L’autre scénario pour la France et l’Europe. Introduction

18 juin 2020

Temps de lecture : 3 minutes

Fin de cycle, début de siècle

Aujour­d’hui tout est blo­qué, mais demain tout ne pour­rait-il pas bouger ? La morosité, le fatal­isme et le renon­ce­ment sem­blent gag­n­er les Français, mais est-on cer­tain que l’ardeur et l’en­t­hou­si­asme ne pour­raient pas les ani­mer à nou­veau ? Notre nation subit et s’a­ban­donne, mais est-elle vrai­ment inca­pable de retrou­ver la force et l’am­bi­tion ? Ce qui n’é­tait pas pos­si­ble hier ne peut-il le devenir demain ? Ne sommes-nous pas à la croisée des chemins ?

J’ai pour ma part des répons­es à ces inter­ro­ga­tions. Des répons­es qui ont pris la forme d’un espoir et d’une volon­té et qui m’ont con­duit à écrire cet ouvrage.

D’un côté, en effet, et j’en suis le pre­mier désolé, nom­bre de mes analy­ses et de mes prévi­sions sur l’évo­lu­tion de la société française se trou­vent validées par les faits. Mais, de l’autre, et j’en éprou­ve une grande joie, les valeurs et les idées que je défends et qui peu­vent assur­er le renou­veau de notre pays sem­blent gag­n­er en audi­ence et en pop­u­lar­ité. J’en suis con­va­in­cu : le com­bat qui est le mien depuis mon entrée en poli­tique pour­rait bien aboutir dans les quelques années qui vien­nent. Jamais je n’ai ressen­ti de façon aus­si aiguë la per­spec­tive d’un grand change­ment.

Pour­tant, comme beau­coup de Français, j’ai été gag­né par le doute et, cer­tains soirs, un sen­ti­ment de las­si­tude, voire de dés­espérance, m’en­vahis­sait. Devant le spec­ta­cle pitoy­able de l’ac­tu­al­ité quo­ti­di­enne, face à l’ag­gra­va­tion inces­sante des prob­lèmes, l’indi­gence des poli­tiques et la puis­sance de la pen­sée unique, j’ai par­fois eu l’im­pres­sion qu’une spi­rale irré­sistible aspi­rait notre pays vers l’abîme.

À quoi bon dès lors con­tin­uer à se bat­tre ? D’au­tant que les dif­fi­cultés qui s’a­mon­ce­laient sur mon chemin sem­blaient, tel un signe funeste du des­tin, m’in­viter à renon­cer. Éloigne­ment de cer­tains proches, prob­lèmes financiers, per­sé­cu­tion judi­ci­aire, occul­ta­tion médi­a­tique, scores élec­toraux déce­vants, chaque épreuve nou­velle réson­nait mal­gré moi comme un mes­sage : « La France n’a plus d’avenir, toi non plus, aban­donne ! »

J’au­rais pu alors créer une entre­prise, me pas­sion­ner pour mon méti­er, me con­sacr­er davan­tage à ma famille, pour­tant je n’ai pas renon­cé. Est-ce par obsti­na­tion aveu­gle ou par intu­ition clair­voy­ante, est-ce par goût du défi ou par sens du devoir, je l’ig­nore, mais je sen­tais au fond de moi comme la chaleur des brais­es qui indique que le feu peut repren­dre.

Et j’ai pris du recul. Libéré des con­tin­gences de l’ac­tion immé­di­ate, n’ayant pas à pren­dre posi­tion à tout moment, à me soumet­tre aux impérat­ifs des médias et à m’adapter aux actions des adver­saires, j’ai réfléchi, j’ai voy­agé, j’ai ren­con­tré des gens de toutes con­di­tions.
Ma pen­sée a mûri, j’ai observé les grandes forces qui façon­nent le monde de ce début de siè­cle, j’ai analysé les courants qui tra­versent notre société. À tra­vers la cen­sure du poli­tique­ment cor­rect, je me suis effor­cé de décrypter le mes­sage de nom­breux intel­lectuels. Der­rière le prisme défor­mant des sondages et des médias, j’ai cher­ché à com­pren­dre les aspi­ra­tions véri­ta­bles de notre peu­ple. C’est alors qu’une cer­ti­tude s’est peu à peu imposée à moi : nous vivons la fin d’un cycle poli­tique et idéologique et, si nous sommes à l’aube d’un nou­veau siè­cle, ce peut être aus­si le début d’une ère nou­velle pour notre nation et notre civil­i­sa­tion. Dès lors, rien n’est joué, notre pays n’est pas con­damné au déclin, il peut même con­naître une authen­tique renais­sance.

Certes, dans les apparences rien n’est changé ou, plutôt, tout con­tin­ue à empir­er. Mais, en pro­fondeur, de puis­sants courants sont à l’œu­vre qui peu­vent boule­vers­er com­plète­ment le des­tin de notre nation. Cette évo­lu­tion n’est évidem­ment pas vis­i­ble dans le com­porte­ment offi­ciel du pou­voir poli­tique ou médi­a­tique, mais elle prend une ampleur crois­sante auprès d’une majorité de nos com­pa­tri­otes et chez les plus éclairés des intel­lectuels. Mal­gré la pres­sion du con­formisme offi­ciel, la chape de plomb du poli­tique­ment cor­rect se fis­sure pro­gres­sive­ment. Sur des sujets autre­fois tabous, les lignes de défense de la pen­sée unique com­men­cent à céder.

Notre pays entre donc dans une péri­ode cri­tique. Il s’ap­proche du gouf­fre où il pour­rait som­br­er, mais, à mesure que le dan­ger grandit, les réac­tions sal­va­tri­ces se mul­ti­plient. Aujour­d’hui, les signes précurseurs de son redresse­ment se perçoivent déjà. Les pon­cifs de la pen­sée unique sont rejetés par le peu­ple et désavoués par les faits. Les ten­ants du sys­tème sont de plus en plus con­testés. Des idées neuves émer­gent. De nou­velles per­spec­tives s’ou­vrent. Des cartes vont être redis­tribuées.

Aus­si suis-je con­va­in­cu que notre nation peut con­naître, dans un avenir rel­a­tive­ment proche, un véri­ta­ble sur­saut. Mal­gré la com­plex­ité du monde con­tem­po­rain, mal­gré les con­traintes qui sem­blent le paral­yser, notre pays peut se res­saisir, cess­er de subir et s’ou­vrir un chemin.
L’ob­jet de ce livre est d’ex­plor­er cette voie nou­velle et de lui don­ner une expres­sion poli­tique. Nos com­pa­tri­otes cherchent en effet une issue à leurs dif­fi­cultés et ne voient pour l’in­stant aucun pro­jet ni aucune force vers lesquels se tourn­er. Les maîtres de la pen­sée unique s’ef­for­cent de leur faire croire qu’il n’y a pas d’autres pos­si­bil­ités que celles qu’ils incar­nent. Dans cet ouvrage, je veux leur dire qu’il est une autre voie capa­ble de leur ren­dre l’e­spoir et d’as­sur­er l’avenir de notre nation.

Il existe pour la France et l’Eu­rope un autre scé­nario que celui du renon­ce­ment et de l’a­ban­don. C’est cette stratégie que je veux présen­ter. C’est cette voie que je veux ouvrir.

Bruno Mégret

Liste de diffusion

Share This