Communiqué du 16/04/20

16 avril 2020

Temps de lecture : < 1 minute

Confinement pour covid 19 : pas d’inquiétude, l’avortement est toujours aussi facile !

Un décret pub­lié au Jour­nal Offi­ciel le 15 avril 2020 stip­ule que :

« Eu égard à la sit­u­a­tion san­i­taire (…), les inter­rup­tions volon­taires de grossesse pra­tiquées par voie médica­menteuse par un médecin ou une sage-femme peu­vent être réal­isées jusqu’à la fin de la sep­tième semaine de grossesse (ou neuf semaines d’amén­or­rhée, date des dernières règles). »

Ce décret fait suite à l’avis de la Haute Autorité de San­té, saisie en urgence par Olivi­er Véran, min­istre des Sol­i­dar­ités et de la San­té. Ain­si, le délai pour l’IVG médica­menteuse en ville est allongé de deux semaines.

Faut-il donc que nos autorités (y com­pris celle de la san­té) soient obsédées par l’idée de tuer des embryons (présen­tée comme un « droit fon­da­men­tal » des femmes), pour pren­dre une telle déci­sion !

Réaf­fir­mons que l’a­vorte­ment ne peut être, au mieux, qu’un pis-aller face à une sit­u­a­tion de détresse (Simone Veil l’avait d’ailleurs pré­cisé en 1975, mais ses « suc­cesseurs » l’ont bien oublié).

Voir aussi

Liste de diffusion

Share This