Communiqué du 22/03/11

22 mars 2011

Temps de lecture : < 1 minute

Action en Libye : pour quoi faire ?

Le MNR con­damne la démarche Française effec­tuée con­join­te­ment avec la Grande Bre­tagne et le Liban qui a abouti au vote de la réso­lu­tion 1973 de l’ONU. Il con­damne égale­ment l’empressement avec lequel Sarkozy a engagé notre armée. Une fois de plus, au nom d’un devoir d’ingérence, nous inter­venons sur un ter­ri­toire sou­verain dans le cadre d’une opéra­tion qui va, comme en Bosnie ou au Koso­vo, prof­iter aux islamistes.

Kad­hafi était un ancien ter­ror­iste, mais, il coopérait au moins avec les occi­den­taux pour lut­ter con­tre l’im­mi­gra­tion clan­des­tine. Cette poli­tique était prob­a­ble­ment pour lui le moyen de gag­n­er une nou­velle vir­ginité et de béné­fici­er de sub­stantiels avan­tages, notam­ment de l’I­tal­ie, mais elle ser­vait directe­ment nos intérêts.

Au lieu d’aller envoy­er nos sol­dats se faire trouer la peau pour des rebelles islamistes prêts à pren­dre le pou­voir, que le gou­verne­ment fasse régn­er l’or­dre dans nos cités, notam­ment dans nos ban­lieues « sen­si­bles », c’est-à-dire gan­grénées par le com­mu­nau­tarisme allogène extra-européen.

Le ter­ror­isme est aus­si l’arme du faible con­tre le fort. Nos gou­ver­nants devront par ailleurs ren­dre des comptes si Kad­hafi lançait des actions ter­ror­istes en France pour répli­quer à nos bombardements.

Voir aussi

Liste de diffusion

Share This