Choisir Jeanne la combattante

9 mai 2010

Temps de lecture : 3 minutes

Paris – 09/05/10 – Discours de Annick Martin prononcé lors du dîner de clôture du défilé organisé par l’institut Civitas

Chers amis,

Je vous remer­cie de m’avoir invitée à pronon­cer quelques mots à l’oc­ca­sion de la célébra­tion de Jeanne, Jeanne si chère au coeur des Français, Jeanne dont l’épopée légendaire est dev­enue le sym­bole de la résis­tance nationale, d’une résis­tance active, com­bat­tante et vic­to­rieuse.

Per­me­t­tez-moi de saisir cette occa­sion pour ren­dre hom­mage aus­si, à toutes les femmes de France et d’Eu­rope, qui ont mar­qué le monde par leur courage, voire leur héroïsme.
Prêtes à don­ner leur vie pour leur foi, leur patrie, leur famille, leurs prénoms nous ont émer­veil­lé dès l’en­fance, au point qu’au delà de l’his­toire, elles sem­blent appartenir à la famille de cha­cun d’en­tre nous.
Blan­dine, Geneviève, Isabelle, Jeanne, Char­lotte, des femmes héroïques qui ont mar­qué l’his­toire ; des femmes qui avaient mis leur déter­mi­na­tion et leurs qual­ités morales excep­tion­nelles au ser­vice de caus­es justes. De ces femmes de légende, Jeanne est indu­bitable­ment l’héroïne européenne par excel­lence, car elle est celle qui a réus­si à ren­vers­er le cours de l’his­toire.
Mais à côté de ce par­a­digme d’héroïsme, com­bi­en d’autres femmes anonymes se sont sur­passées à l’oc­ca­sion de ter­ri­bles épreuves, de famines, d’épidémies et de guer­res, et je pense tout par­ti­c­ulière­ment à l’héroïsme des femmes français­es lors de la guerre de 14–18. Je veux leur ren­dre hom­mage. Alors que les pères, les fils et les maris mour­raient par mil­lions dans les Ardennes, en Cham­pagne, en Lor­raine, ces femmes ont assuré à elles seules la survie de notre patrie.

Des plus célèbres héroïnes de l’his­toire européenne à la plus hum­ble « muni­tion­nette » de la grande guerre, toutes ont eu en com­mun de ne pas reculer, de ne pas se soumet­tre, de ne jamais se renier.
Pour leur foi, pour la lib­erté, pour la jus­tice, par amour des leurs, elles se sont battues au grand jour, sans se cacher, sans met­tre leur éten­dard ou leur dra­peau dans leur poche.
En pleine con­science, elles ont sur­mon­té la pusil­la­nim­ité et la peur, elles ont mis en jeu leur vie avec une générosité indi­ci­ble.

Aujour­d’hui de nou­veau notre exis­tence est men­acée. Notre peu­ple, notre patrie, notre civil­i­sa­tion, sont en dan­ger d’anéan­tisse­ment sous le rouleau com­presseur de l’is­lam.

Les Européens, s’ils ne réagis­sent pas, seront très rapi­de­ment con­damnés à la dhim­mi­tude. Il faut avoir con­science que l’is­lam n’est pas une reli­gion d’amour et de paix. Il est au sens lit­téral du terme, un acte de soumis­sion et surtout un sys­tème glob­al avec sa pro­pre croy­ance bien sûr, mais aus­si sa pro­pre loi dont il revendique l’ap­pli­ca­tion partout où le sol est foulé par un musul­man. Sous cou­vert de reli­gion, son prosé­lytisme procède de la con­quête poli­tique. Avec l’is­lam, l’his­toire et l’ac­tu­al­ité nous l’en­seignent : il n’y a pas de cohab­i­ta­tion paci­fique durable.

C’est pourquoi nous devons choisir : accepter sa pro­gres­sion et subir son joug d’i­ci une décen­nie ou deux, ou men­er bataille pour refouler l”  » impéri­al­isme musul­man « .

Le MNR a choisi d’or­gan­is­er la résis­tance active face à ce péril qui nous con­cerne tous.

Notre iden­tité européenne, si elle prend bien sûr, ses racines dans le monde gre­co-romain, s’est con­stru­ite depuis 2000 ans sur les valeurs chré­ti­ennes. Ces valeurs, celles du déca­logue, si elles com­por­tent bien l’amour de notre prochain, ne nous imposent pas de céder à la pres­sion du monde islamique, même s’il se réclame habile­ment, quand cela sert sa stratégie de con­quête, d’o­rig­ines com­munes.

Nous devons être vig­i­lants. Laiss­er pro­gress­er l’is­lam au pré­texte qu’il ne faut aucune entrave à l’ex­pres­sion d’un culte serait faire preuve d’une naïveté sui­cidaire.

Pour notre part, nous respec­tons évidem­ment les croy­ances de tous. Mais à l’é­gard de l’is­lam dont l’ob­jec­tif immuable est la con­quête, par tous les moyens, du monde non musul­man, vous me per­me­t­trez d’avoir un respect  » armé « . Car il est impos­si­ble d’ad­hér­er à un cor­pus qui fait sien la con­quête vio­lente et l’asservisse­ment des indi­vidus et en par­ti­c­uli­er des femmes.
Nous ne l’ac­cepterons jamais.
Nous ne reculerons jamais.

Et je veux, pour finir, m’adress­er aux femmes qui ont choisi de célébr­er Jeanne aujour­d’hui. Je vous le demande du fond du cœur, célébrez Jeanne la com­bat­tante !
Sortez vos dra­peaux, refusez de vous soumet­tre !
Soyez fières d’être ce que vous êtes et de défendre au grand jour notre civil­i­sa­tion européenne et chré­ti­enne !

Liste de diffusion

Share This