Communiqué du 28/01/02

28 janvier 2002

Temps de lecture : < 1 minute

Insécurité : la faillite de Jospin

Pour Bruno Mégret, can­di­dat à l’élec­tion prési­den­tielle, l’am­pleur des chiffres d’aug­men­ta­tion de la délin­quance et de la crim­i­nal­ité con­stitue une con­damna­tion sans appel de MM. Jospin et Chevène­ment. Le gou­verne­ment socia­lo-éco­lo-com­mu­niste, de par sa poli­tique lax­iste, est en effet directe­ment respon­s­able de cette explo­sion de la violence.

Au moment où s’ou­vre la cam­pagne prési­den­tielle, il est main­tenant clair pour tous les Français que M. Jospin a fail­li à sa mis­sion prin­ci­pale de pro­tec­tion et de sécu­rité. La respon­s­abil­ité pre­mière d’un État est en effet d’as­sur­er l’or­dre pub­lic. Or, le Pre­mier min­istre a tout misé sur la préven­tion et fait adopter des mesures qui pro­tè­gent et libèrent les voy­ous comme la loi Guigou. En organ­isant ain­si le grave désor­dre que subis­sent aujour­d’hui nos com­pa­tri­otes, le can­di­dat social­iste à la prési­den­tielle se dis­qual­i­fie pour exercer une quel­conque respon­s­abil­ité de chef d’État.

Voir aussi

Liste de diffusion

Share This