Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 22/05/13
Dominique Venner : un Samouraï d'occident

Le 21 mai à 16 H devant le maître autel de Notre-Dame de Paris, Dominique Venner s'est donné la mort avec une arme à feu ancienne à un coup car il savait que sa main resterait ferme. Auparavant il avait laissé une lettre d'adieu à ses proches : '' Au soir de cette vie, devant les périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d'agir tant que j'en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable...alors que tant d'hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté. Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies. Je m'insurge contre la fatalité. Je m'insurge contre les poisons de l'âme qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation... Je m'insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations ''.

Dominique Venner était né en 1935 ( son père avait milité chez les Croix de Feu, puis au PPF de Doriot) .A 18 ans, il s'engagea en Algérie où il servit avec courage (décoré ) jusqu'en 1956. Cette expérience le marqua à jamais. Ensuite, il fonda avec Pierre Sidos '' Jeune Nation '', participa après Budapest à la mise à sac du siège du PC à Paris, puis soutint l'OAS Métro ce qui lui valut d'être arrêté et embastillé en avril 61 et ce, durant 18 mois comme détenu politique. C'est alors qu'il écrivit son fameux manifeste '' Pour une critique positive '' qui allait devenir une sorte de bréviaire pour les nationalistes révolutionnaires et inspirer tous les mouvements de la Droite nationale. Il y prône le retour à l'identité et aux traditions (''La tradition est le coeur déployé dans le temps d'une civilisation, ce qui demeure dans notre inconscient, notre façon d'être devant la vie, la mort, l'amour, l'histoire et le destin '') incarnées par une élite héroïque qui cultive une éthique de l'honneur, le dépassement de soi, la célébration des racines et du sang. C'est un retour aux sources gréco-romaines : Venner admirait par dessus tout Homère. En 63, il fonde Europe Action dont sortira ensuite Occident puis participe avec A. de Benoist à la fondation du GRECE dont le lointain héritier est le Bloc Identitaire. L'anticommunisme, la lutte contre la subversion, la défense de l'Occident seront des constantes de son oeuvre. Dès lors,Venner exerce un magistère intellectuel. Il définit ainsi sa quête : '' la nature comme idéal, l'excellence comme but, la beauté comme horizon ''. Après 67, il abandonne l'engagement politique direct (en 72, il refuse de prendre la tête du FN naissant) et se consacre à l'écriture et à l'étude de l'histoire '' une déesse qui s 'avance sur le char de l'imprévisible et de l'inattendu ''. D'une plume étincelante et rigoureuse vont naître des ouvrages remarquables qui vont faire référence bien au-delà de notre famille de pensée. Citons quelques oeuvres magistrales de cet '' historien méditatif '' comme il se définissait : Baltikum, le Blanc soleil des vaincus, les Blancs et les Rouges, Histoire de la collaboration, Histoire critique de la Résistance, Histoire et traditions des Européens, Jünger, le Choc de l'Histoire, le Siècle de 1914 et le superbe Coeur rebelle qui était le sien, sans oublier ses livres sur les armes et la chasse. Enfin, il fonde en 1991 la revue Enquête sur l'Histoire devenue en 2002 La Nouvelle Revue d'Histoire reconnue comme une sinon la meilleure en l'espèce par ses pairs. Bref, un héritage considérable. Venner était un homme exigeant et secret, noble d'esprit et d'une grande hauteur d'âme tel le chevalier de Dürer qu'il admirait tant. Alors pourquoi ce suicide à Notre-Dame alors qu'il n'avait pas la foi chrétienne ce que d'aucuns lui ont reproché ? Ce n'est pas comme l'ont affirmé certains médias incultes par provocation ou par lâcheté mais bien au contraire une sorte de courage suprême et un sacrifice dans un lieu hautement symbolique pour mettre en garde contre le génocide européen. Etrangement, l'Evangile lui-même ne dit-il pas : '' Il n'y a pas de plus grand courage que de donner sa vie pour ses amis ''... Venner admirait la mort volontaire des anciens romains, d'un Drieu, d'un Montherlant ou celle de Mishima dont le geste se voulait une protestation contre l'indignité où avait sombré son pays. Venner lui-même affirmait : '' Il n'y a pas d'âge pour s'indigner autrement qu'en paroles, mettre sa peau au bout de ses idées et témoigner pour l'avenir ''. Il voulait rester maître de son destin jusqu'à la dernière seconde '' Cette seconde ultime a autant d'importance que le reste d'une vie. C'est pourquoi, il faut être soi-même jusqu'au dernier instant... C'est ainsi que l'on est vainqueur du néant... '' Venner était un '' Samouraï d'Occident '' titre de son livre testament qui paraîtra à titre posthume ; le sous-titre '' Bréviaire d'un insoumis '' résume bien la vie de l'auteur. Son geste tragique est donc, en réalité, un geste d'espoir : '' J'offre ce qu'il me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation''. Il pensait que : '' les héros et les dieux peuvent toujours revenir et qu' il n'y a de fatalité que dans l'esprit des hommes ''. Ce guerrier ascétique est mort comme il avait vécu, tel un stoïcien, debout, illustrant le précepte de Nietzsche : '' Ecris avec ton sang et tu apprendras que le sang est esprit ''. Ainsi comme les héros homèriens dans l'Iliade ( '' Zeus vous a fait un destin afin que plus tard, vous soyez chantés par les hommes à venir '') Dominique Venner vivra à tout jamais dans notre mémoire.

Bernard Brès,
Membre du Bureau National du MNR


Le communiqué du MNR
Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page