Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 08/03/11
Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?

Une analyse de François THUILLIER.

Les révolutions arabes, un événement historique majeur, un bouleversement comparable à la chute du mur de Berlin. Une mutation qui va faire entrer le monde musulman dans l'ère de la démocratie. Les journalistes et la classe politique ne trouvent pas assez de superlatifs pour saluer, louer et encenser les insurrections de Tunisie, d'Egypte, de Libye et d'ailleurs. On salue la victoire de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme, on se réjouit de l'heureux événement, on vilipende ceux qui demeurent sceptiques, on fait la chasse à ceux qui ont eu des complaisances pour les dictateurs déchus. Bref, les faiseurs d'opinion sont satisfaits.

Qu'en est-il en réalité et y a-t-il réellement matière à se réjouir ? Notons d'abord qu'il est très difficile de savoir ce qui se passe vraiment dans cette région du monde et soulignons combien il faut être circonspect quant aux prétendues infos colportées par les médias français et occidentaux. Ainsi est-il curieux de constater que la Tunisie par exemple, bien que récemment '' libérée '', génère un flux d'immigrés renouvelé. Et la télévision, sans s'interroger davantage, nous vante d'un côté les progrès de la liberté dans ce pays tout en nous expliquant de l'autre qu'il en résulte un flux massif de "réfugiés". Comme si les Tunisiens fuyaient la liberté.

Autre sujet d'étonnement concernant la Libye où l'on nous explique qu'il s'agit d'un soulèvement sans chef ni structure. Pourtant, dans les reportages filmant des scènes de rue, on entend distinctement, lorsque le fond sonore n'est pas coupé, les cris de '' Allah akbar '' caractéristiques des militants islamistes.

Une fois de plus la réalité est différente et moins favorable que celle complaisamment mise en scène par les médias. Que peut-il en effet résulter de ce réel bouleversement ? Une chose est certaine, ces pays ne vont pas passer de la dictature à une démocratie paisible et évoluée comme l'Espagne après Franco ou la Pologne après la chute du mur de Berlin. On ne peut donc que se livrer au jeu des hypothèses et des scénarios.

Admettons alors que ces pays ne basculent pas immédiatement dans une autre dictature, pire que la précédente, comme ce fut le cas lorsque le shah d'Iran fut renversé pour céder la place au régime des ayatollahs. Et imaginons qu'ils s'essayent réellement à la démocratie, celle-ci sera nécessairement instable et cela pour trois raisons. D'abord, il n'existe aucune tradition démocratique dans les pays musulmans. Ensuite, il n'y a pas de forces démocratiques constituées, organisées et puissantes capables d'exercer le pouvoir avec le soutien d'une majorité. Enfin, parce que les seules forces structurées, constituées des islamistes et des forces armées, ne sont pas par nature démocratiques.

Dès lors, trois scénarios sont possibles. Le premier est celui du chaos plus ou moins violent qui se prolonge. Aucune force politique ne parvient à s'imposer, les conflits sont permanents, la guerre civile larvée et le terrain favorable aux actions des terroristes islamistes, bref un scénario à l'irakienne, sans l'armée américaine pour assurer un minimum de stabilité.

Deuxième scénario, une force politique parvient à s'imposer au pouvoir et à rétablir l'ordre. Mais dans ce cas ce ne peut être que le fait des islamistes qui sont les seuls à disposer, comme en Egypte avec les frères musulmans, d'une organisation qui soit à la fois structurée et légitime. Et dans ce cas la démocratie sera vite étouffée pour laisser place à un régime dictatorial de type théocratique.

Troisième scénario, l'armée réagit et prend le pouvoir pour faire cesser le désordre. Mais cette formule qui, soit dit en passant, serait sans doute la moins pénalisante risque de ne pas être viable dans le long terme car l'armée n'est nulle part animée par une idéologie solide et autonome comme ce fut le cas en Turquie avec le kémalisme. Elle risque donc d'être travaillée de l'intérieur par les islamistes notamment et de ne pouvoir jouer longtemps un rôle politique bénéfique et autonome.

Le seul cas de figure qui permettrait à l'armée de reconstruire un régime stable et durable serait celui où l'un de ses dirigeants s'imposerait comme un chef d'Etat charismatique, reconstituant autour de lui un Etat fort. Un nouveau Moubarak ou un nouveau Ben Ali en quelque sorte. Suprême ironie de l'histoire.

Il apparaît donc, au vu de cette analyse, que le meilleur des scénarios consisterait à reconstituer un régime à l'image de ceux qui ont été renversés mais avec une nouvelle légitimité et des hommes nouveau. Quant au pire des scénarios et sans doute le plus probable, c'est celui de la prise de pouvoir par les islamistes dans toute la partie nord de l'Afrique.

Ajoutons que, si les scénarios ci-dessus sont hypothétiques, il demeure en revanche une certitude : cette crise va gravement et durablement détériorer la situation économique de ces pays et donc intensifier de façon dramatique l'afflux d'immigrés en Europe.

Risque d'islamisation des régimes politiques du nord de l'Afrique, perspective de chaos au Maghreb et au Proche-Orient, intensification dramatique de l'immigration, y a-t-il réellement des raisons de se réjouir des "révolutions arabes" ?


François THUILLIER
Membre du Conseil national du MNR.


Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page