Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Communiqués
Communiqués
Communiqué du 08/12/09
Alors qu'un débat sur l'identité nationale est lancé, l'enseignement de l'histoire est menacé !

Alors qu'un débat sur l'identité nationale est lancé, Luc Chatel, ministre de l'Education, prévoit de ne plus rendre obligatoire l'enseignement de l'histoire en classe de terminale S et, en compensation, il augmente les heures de cours en première (4 heures au lieu de 2 h 30). Les lycéens de S seront évalués en fin de première par une épreuve anticipée du baccalauréat en cette matière, comme pour le français. L'objectif serait de donner plus de temps aux scientifiques pour se consacrer à leur spécialisation. Quant aux élèves de section S soucieux d'améliorer leur niveau en histoire-géographie, un enseignement facultatif de 2 heures leur serait consenti en terminale. Huit historiens de renom dont Jean Tulard, Jacques le Goff ont déjà signé la pétition pour s'insurger contre cette mesure .

On sait ce qui advient d'une discipline rendue optionnelle : c'est sa disparition à plus ou moins long terme. Cette réforme encourage le bachotage : avec quatre heures de cours en classe de première, les élèves contraints d'acquérir des connaissances en un temps réduit, risquent d'ingurgiter des faits qu'ils n'auront pas le temps de digérer et surtout, ils n'auront pas la maturité pour prendre le temps de la réflexion. Comme pour le Français le programme sera '' très cadré '' a annoncé le ministre ! Cela promet !Et puis cette année il n'est question que de la terminale S, mais l'an prochain pourquoi pas la terminale ES (Économie) ? Et quel sera l'avenir de la philosophie ? la section L étant déjà réduite à une peau de chagrin !

Le MNR estime que cette réforme n'est pas innocente : l'histoire (comme la philosophie) sont les matières à supprimer quand les pouvoirs veulent s'assurer des citoyens dociles.
Après les communistes qui en 1969 en Tchécoslovaquie ont fait chasser des universités et des instituts 145 historiens tchèques de peur de les voir entretenir la mémoire nationale, le pouvoir mondialiste craint que la jeunesse ne prenne plaisir à retrouver ses racines. Décidément l'usine à fabriquer des crétins avec sa machine à décerveler, continue de fonctionner !


Imprimer cette page




 Année 2013
 Année 2012
 Année 2011
 Année 2010
 Année 2009
 Année 2008
 Année 2007
 Année 2006
 Année 2005
 Année 2004
 Année 2003
 Année 2002

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page