Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 19/09/06
Persécution judiciaire
Affaire des timbres postes de Vitrolles : Déclaration liminaire de Bruno Mégret devant le tribunal correctionnel de Marseille

Pour moi les faits sont d'une très grande simplicité. Dans le cadre de l'élection présidentielle de 2002, j'ai souhaité que deux lettres signées du maire de Vitrolles soient envoyées aux maires de France pour les inviter à parrainer ma candidature. Quelque temps après, j'apprends que ces deux envois ont été financés à tort par la mairie. Je demande que la commune soit immédiatement remboursée sur mes fonds officiels de campagne. Ce qui a été fait sans délai.

Voilà pourquoi je me trouve aujourd'hui traîner devant votre tribunal et j'en conçois un sentiment de profonde injustice. Et cela d'autant plus que j'ai déjà été très lourdement puni pour cette malencontreuse erreur. C'est en effet sous le prétexte de cette affaire que le Conseil constitutionnel a rejeté mon compte de campagne et que les dépenses occasionnées par ma candidature ne m'ont pas été versées à hauteur de 5 MF. J'ai même dû rembourser à titre personnel le million de francs que l'État m'avait avancé et qui bien sûr avait été dépensé.

Il s'agit donc d'un détournement de fonds unique dans l'histoire de la République puisque les fonds en question sont dès l'origine dans les caisses de la collectivité publique et que ce prétendu détournement a permis à la collectivité de faire 5 MF d'économie ! Des détournements de fonds de ce type, il en faudrait tous les jours pour renflouer les caisses de l'État.

J'ai donc le sentiment d'être victime d'une véritable persécution judiciaire. À lui tout seul le nombre de procès dont nous avons été victimes, mon épouse et moi-même, depuis que nous avons entrepris de conquérir électoralement la ville de Vitrolles en est la preuve car c'est un record de près d'un procès par an pendant six ans.

Et je n'affabule pas : l'avocat général à la cour d'Aix-en-Provence qui jugeait la dernière affaire en date, l'affaire Quadri-système, a très explicitement déclaré qu'il ne faisait pas partie de ces magistrats qui s'acharnent sur les hommes politiques et qu'il se désolidarisait des propos tenus en première instance par le procureur de la République.

Je constate d'ailleurs que sont mis en examen tous les acteurs de la chaîne hiérarchique de la commune de Vitrolles à l'exception du secrétaire général et du trésorier payeur. N'ont été retenus en effet que ceux qui étaient membres du MNR. Je constate également que, lorsque l'ancien maire socialiste de Vitrolles M. Anglade a été jugé et condamné pour un véritable détournement de fonds, la commune qui s'était portée partie civile a été déboutée. Cette fois-ci elle ne le sera certainement pas. Deux poids deux mesures.

J'ajoute que ces procès surviennent toujours comme par hasard dans les mois qui précèdent une élection à laquelle je suis candidat. Le dernier procès en date, le procès Quadri-système, a eu lieu, je vous le rappelle, les 15 et 16 décembre 2003, quelque temps avant l'élection régionale du 21 mars 2004 à laquelle j'étais candidat. Aujourd'hui, après avoir traîné pendant près de cinq ans, cette affaire vient à l'audience, comme par hasard, au moment où s'ouvre la campagne électorale pour les élections présidentielles à laquelle je suis candidat.

Il s'agit donc d'une scandaleuse persécution, d'autant plus injuste que le MNR a toujours recherché la gestion la plus rigoureuse possible sur le plan éthique. Je rappelle que, lorsque mon épouse est arrivée à la mairie, elle a réduit les émoluments des élus et divisé par deux les frais de représentation. Lorsque l'équipe socialiste a pris les rênes, sa première décision a été de doubler le budget relatif aux émoluments des élus. J'ajoute également que la municipalité MNR a subi trois contrôles de la Chambre régionale des comptes en six ans alors que l'équipe socialiste précédente n'en n'avait subi aucun au cours des quinze années précédentes.

Nous sommes victimes d'un véritable acharnement et donc d'une réelle injustice. Or, si la justice devient injuste il y a plus de justice. Car, avec ce genre de procès, ce n'est pas moi qui suis discrédité dans l'opinion mais la justice et je crois réellement qu'elle n'a pas besoin de cela en ce moment.

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page