Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 01/04/05
Pour une Europe puissante
Tribune de Bruno Mégret dans Le Figaro : Les clés d'une puissance renouvelée

Si l'opinion reste aussi indécise sur la question du référendum, c'est sans doute parce que le débat européen est le plus ambiguë qui soit. Et comment ne le serait-il pas ? Derrière le mot d'Europe, les promoteurs du projet bruxellois dissimulent en effet une vision qui n'est pas celle de l'Europe. Leurs conceptions s'articulent autour de deux idées forces : les droits de l'homme et le libéralisme économique. Or, ces deux notions sont certes d'origine occidentale mais, de portée universelle, elles ne sont nullement fondatrices d'une nouvelle entité politique et historique.

Ainsi, par exemple, le refus des exclusions qui condamne la préférence nationale rejette également la préférence européenne. Et l'impératif d'abaissement des frontières vaut pour celles qui séparent les États entre eux comme pour celles qui séparent l'Europe du reste du monde.

Il n'est donc pas étonnant que cette vision de l'Europe conduise ses promoteurs à vouloir faire entrer la Turquie dans l'Union. Il suffit à leurs yeux que ce pays adhère aux principes de l'économie libérale et à ceux des droits de l'homme pour y trouver sa place. Mais, selon cette logique, il n'y a pas de limites à l'Europe et n'importe quel pays du monde satisfaisant à ces critères pourrait demain intégrer l'Union. Cette construction prétendument européenne n'a dès lors rien d'européen.

Elle ne constitue au fond qu'une étape dans le grand projet de mondialisation. Il ne s'agit pas en effet de détruire les nations pour ériger une super nation, mais de détruire les nations pour les diluer dans un ensemble qui se diluera lui-même dans le reste du monde. L'Europe de Bruxelles est une machine à dissoudre. La construction européenne ne construit pas l'Europe.

Or, le monde change et ne s'achemine pas vers une planète unifiée. On voit bien qu'il ne sera pas unipolaire, ni bipolaire, mais que de grandes puissances vont s'imposer dans les décennies qui viennent. Il y aura toujours les États-Unis, il y aura la Chine, l'Inde, la nébuleuse islamique et, hélas, il n'y aura pas la France. La seule grande question qui se pose est de savoir s'il y aura l'Europe.

La construction européenne n'a donc de sens que si elle permet à la civilisation, aux nations et aux peuples européens de retrouver leur place sur la scène du monde et de l'histoire. Il faut faire de l'Europe une grande puissance, pourquoi pas la première puissance mondiale ?

Cela peut paraître utopique. Mais c'est possible car l'Europe possède encore tous les atouts nécessaires pour jouer ce rôle. Ne dispose-t-elle pas d'une population plus nombreuse et d'un PIB équivalent à celui des États-Unis ?

Le principal problème est qu'elle ne le sait pas. Les derniers Jeux olympiques d'Athènes ont été à cet égard très intéressants. Officiellement, les grands vainqueurs furent les États-Unis d'Amérique avec 103 médailles et, derrière eux, de façon très révélatrice, la Chine avec 63 médailles. Et chacun d'expliquer que ces résultats préfigurent les équilibres géopolitiques à venir. Pourtant, si l'on additionne les médailles remportées par les pays membres de l'Union européenne, alors c'est elle qui l'emporte et de loin, écrasant tous ses concurrents avec 286 médailles.

Encore faut-il que l'Union européenne, au lieu de se perdre dans les méandres des débats institutionnels, de s'enliser dans le marécage des réglementations tentaculaires et de céder aux chimères de l'élargissement asiatique de l'Union, se consacre à tout ce qui peut renforcer sa puissance collective. Si elle agissait ainsi, alors tout changerait. Car elle aurait un projet que tout le monde peut comprendre et auquel tout le monde peut contribuer. Si l'on suit la logique de la puissance, tout devient simple. On sait où l'on va et l'on sait ce qu'il faut faire.

Il faut notamment mener une stratégie industrielle dans tous les secteurs clefs, engager une grande politique de recherche scientifique, faire de l'euro une monnaie de change et de réserve et créer une alliance militaire européenne se substituant à l'Otan. Voilà les priorités incontournables auxquelles devraient se consacrer les autorités européennes !

Malheureusement, ce n'est pas ce qu'elles font et on le voit de façon évidente avec le projet de constitution. Simple usine à gaz institutionnelle qui ne fonde nullement l'Europe puissance qu'il faudrait créer, cette constitution ne définit par les frontières de l'Europe. Elle n'établit pas le principe de l'indépendance de notre continent et ignore l'impératif de puissance, que ce soit sur le plan industriel, monétaire ou militaire.

Cette constitution ne sert donc à rien et ne fonde rien. Il faut dès lors s'y opposer pour arrêter le processus délétère de Bruxelles qui prétend faire l'Europe en la détruisant. Et ouvrir la porte à une autre Europe, une Europe puissance. Une Europe qui cesse d'être l'un des facteurs du déclin de la France pour devenir l'instrument de son renouveau.

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page