Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 15/02/00
Insécurité : chiffres manipulés
Les chiffres baissent, pas l'insecurité !

Gravement mis en cause par la vague de violence sans précédent qui s'est abattue sur les établissement scolaires, le gouvernement socialiste a riposté en publiant de providentielles statistiques, selon lesquelles la hausse de l'insécurité aurait été maîtrisée avec une augmentation minime de 0,07 %. Mais les statistiques gouvernementales n'ont convaincu personne. Ni les Français, ni les experts !

En prétendant chiffres à l'appui que l'insécurité se serait stabilisée en 1999, le gouvernement socialiste a fait un triple flop.

3.5 millions de délits recensés
Flop parce que, si bidouillés soient-ils, les chiffres du ministre reflètent une situation intolérable avec plus de 3,5 millions de crimes commis en un an, soit quand même 10 000 par jour. Flop aussi, parce que la "stabilisation" globale masque mal la spectaculaire explosion de la violence. Ce sont les crimes et délits contre les personnes qui augmentent le plus. Les "coups et blessures" s'aggravent de 9,7 % et les menaces, chantages et racket de 10,6 % !

Flop enfin parce que plus personne ne croit aux chiffres officiels. Ni les Français, ni les experts. Pour Bruno Aubusson de Cavarlay, chercheur au CNRS : "le chiffre de + 0,07 % de crimes et délits par rapport à 1998 est plutôt drôle ! On va chercher deux chiffres après la virgule pour laisser entendre qu'on dispose d'une mesure capable d'une telle précision...On oublie que les statistiques dépendent d'une foule de facteurs."

Tout d'abord, les chiffres officiels ne recensent par nature que les crimes et délits répertoriés par les forces de police. Si bien que de nombreuses infractions échappent à cette comptabilité, à commencer par celles commises sur des personnes qui par lassitude ou fatalisme renoncent à porter plainte.

Bidouillages en tout genre
Pire encore ! Comme le note le criminologue Christophe Soullez : "certaines plaintes ne sont pas répertoriées de façon volontaire par les services de police. Conséquence : une sous-estimation des faits constatés. De même, certains actes pouvant théoriquement faire l'objet d'une plainte seront simplement mentionnés sur le registre de la "main courante" et ne seront pas inclus dans les statistiques." C'est dire si les instructions données par la hiérarchie permettent de minorer ou majorer à volonté les chiffres officiels en fonction notamment des critères d'opportunité politique (lire encadré ci-dessous).

L'inquiétant chiffre noir
A côté du chiffre officiel de la criminalité, il existerait donc un chiffre noir intégrant toutes les infractions non recensées par les autorités de police. Pour tenter de le cerner, l'Institut des hautes études de la sécurité intérieure a mené, fin octobre 1999, une grande enquête de "victimisation", la méthode consistant à interroger un échantillon représentatif de Français. Selon cette étude "le total des délits cités par les sondés serait cinq fois supérieur aux statistiques officielles !" Si bien que le nombre réel de crimes et délits commis en France en 1999 se monterait non pas à 3,5 mais à 17,5 millions. De quoi ramener le minsitre à plus de modestie...

Désinformation socialiste sur la sécurité à Vitrolles
A en croire le ministère socialiste de l'Intérieur, l'insécurité serait maîtrisée partout en France. Partout, partout ! A une exception près cependant : Vitrolles-en-Provence, ville dans laquelle les services de M. Chevènement croient déceler une hausse de l'insécurité.

Il est vrai qu'il ne pouvait en être qu'ainsi. A Vitrolles-en-Provence, la muncipalité a multiplié par deux les effectifs de la police municipale, développé la vidéo-surveillance, ouvert un nouveau commissariat et deux antennes d'îlotage, créé une brigade canine, une brigade équestre et une brigade d'intervention rapide. Autant d'initiatives dont on sait bien qu'elle sont de nature à aggraver considérablement l'insécurité... pour les voyous !

Si bien que les faits sont là :
Depuis l'arrivée de l'équipe municipale de Catherine Mégret on a enregistré :
+ 13,6 % d'arrestations
+ 41,5 % d'affaires élucidées
+ 62 % de garde à vue
- 20 % de crimes et délits en 97 - 11 % de crimes et délits en 98
- 13 % de crimes et délits en 99.
A Vitrolles ce n'est pas l'insécurité qui augmente mais l'efficacité de la police municipale.

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page