Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 03/03/00
Pour la sécurité alimentaire
Bruno Mégret défend la qualité et la sécurité alimentaire au salon de l'agriculture

Le thème du Salon de l'Agriculture 2000 est particulièrement d'actualité. La sécurité et la qualité alimentaires sont en effet un des grands défis de ce siècle.

La mondialisation contre la qualité
La France dispose d'un formidable potentiel agricole : des agriculteurs extrêmement compétents et travailleurs, des produits et des bêtes de grande qualité, des sols riches. Mais la mondialisation actuelle entraîne la frénésie des échanges pour le plus grand profit des multinationales. L'industrialisation des procédés de fabrication et des pratiques agricoles, instaurée par les industries agroalimentaires et qui entraîne pollutions, stérilisation des sols et modifications climatiques, augmente de façon considérable les risques d'accidents graves touchant un très grand nombre de consommateurs.

Les contrôles et l'amélioration des procédures de fabrication n'empêchent pas les inévitables erreurs humaines. Les problèmes techniques (rupture de la chaîne du froid, conditions de stockage et de transport, manipulations), sans oublier les trafics en tout genre d'autant plus difficiles à contrôler que l'on supprime les frontières, seront de plus en plus redoutables et sur une échelle de plus en plus vaste.

La grande distribution, même s'il n'est pas question de la mettre exlusivement en cause, participe à cette "massification". Après avoir été bénéfique pour le consommateur en terme de prix, les concentrations en cours font peu à peu disparaître cet avantage.

Sauvegardons la qualité française

Afin de sauvegarder le travail des agriculteurs et la tradition française d'une agriculture de terroir, garante du "bien-manger", face aux multinationales agroalimentaires, le MNR propose :

- de promouvoir les circuits courts de distribution, y compris pour la grande distribution, par une politique fiscale et réglementaire appropriée ;
- d'encourager une politique de labels et de certifications de qualité par des prix rémunérateurs, des charges diminuées et une défense juridique contre toute tentative d'imitation, selon le système des brevets ;
- de promouvoir l'agriculture biologique qui est un créneau d'avenir ;
- de défendre les productions traditionnelles et l'art culinaire français dont les effets bénéfiques pour la santé ne sont plus à prouver.

Afin de respecter les lois de la vie, le MNR propose :

- d'interdire les OGM et les viandes aux hormones de croissance ;
- de ne pas inciter les éleveurs à distribuer des farines de viande à des herbivores ;
- d'encourager les recherches pour améliorer les résultats de l'agriculture biologique qui, contrairement à une idée reçue, est une agriculture très technique ;
- de permettre la biodiversité des espèces animales et végétales en réglementant les monopoles de fait qui s'installent, notamment en matière de semences ou d'insémination artificielle.

Afin que les agriculteurs qui se sont investis dans une démarche de qualité puissent vivre de leur travail, le MNR propose :

- de rétablir des écluses douanières pour les produits que nous possédons en autosuffisance, au moins pendant les périodes de production ;
- de taxer les produits importés qui ne respectent pas nos réglements comme les résidus de pesticides ou les produits résultant de pratiques culturales antinaturelles.

Pour le Mouvement national républicain et Bruno Mégret, il est urgent de reprendre conscience des spécificités de l'agriculture. L'agriculture travaille sur la vie et ne peut donc entrer sans risque majeur dans un système de compétitivité mondiale basé sur des échanges de produits industriels composés de matériaux inertes. Les agriculteurs français et l'ensemble du peuple français doivent pouvoir gérer leur propre sécurité alimentaire sans être entravés par les lois bruxelloises ni la pression des multinationales.

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page