Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 15/06/00
Non au quinquennat
Référendum sur le quinquennat : le MNR votera Non !

Le quinquennat constitue une triple imposture. Il ne répond à aucune des questions institutionnelles qu'il prétend résoudre. Il rabaisse inutilement la fonction politique. Enfin, il détourne les Français des véritables problèmes de la France. C'est pourquoi, s'il était présenté aux suffrages des Français, nous voterions trois fois non. Non au quinquennat ! Non à Chirac ! Non à Jospin !

Le quinquennat n'empêchera pas la cohabitation
Les partisans du quinquennat prétendent que celui-ci permettra d'éviter les cohabitations. C'est faux ! D'abord parce que la réforme propose que les mandats présidentiels et législatifs aient désormais la même durée, mais elle ne prévoit nullement de les faire coïncider. Ensuite, parce que la cause majeure de la cohabitation n'est pas institutionnelle mais politique. La cohabitation est provoquée et permise par l'absence de différence entre des partis institutionnels professant tous les mêmes idées, ou plutôt la même absence d'idée. En effet, pourquoi offrir une majorité à un Président sans projet ? La vraie solution à la cohabitation, ce n'est donc pas le quinquennat mais le retour à un vrai débat politique. Réforme inutile, présentée conjointement par Chirac et Jospin, le quinquennat représente au contraire la quintessence même de la cohabitation ! Votez oui au quinquennat c'est donc en fait plébisciter la cohabitation.

Une fausse solution à la nullité de la classe politique
Il est vrai que de prime abord, l'idée de raccourcir le mandat d'un président tel que Chirac peut apparaître séduisante. Mais l'instauration du quinquennat n'est de ce point de vue qu'une fausse bonne solution. Comme l'a d'emblée fait remarquer Bruno Mégret, "aujourd'hui en France, ce ne sont pas les institutions qui fonctionnent mal, ce sont les responsables politiques qui n'assument pas correctement leur mission. Si le Président n'est pas la hauteur de sa fonction, un mandat de 5 ans sera encore trop long. Par contre, s'il est en mesure d'accomplir les réformes nécessaires au redressement de la France, le quinquennat sera trop court." Résumons : si les présidents sont mauvais, il ne faut pas raccourcir leur mandat, il faut les changer !

Il renforce l'influence des faiseurs d'opinion et des lobbies sur la vie politique
Réduire le mandat présidentiel à 5 ans, c'est affaiblir considérablement la position du chef de l'Etat. C'est le priver de la hauteur et de la neutralité nécessaires à l'accomplissement de sa fonction au service des intérêts fondamentaux de la nation, tels que par exemple la souveraineté et l'indépendance nationale. Instaurer le quinquennat c'est immerger le chef de l'Etat dans le marigot des querelles politiciennes, institutionnaliser la campagne présidentielle permanente et donc renforcer encore l'emprise des lobbies et faiseurs d'opinions sur la vie politique française.

Le quinquennat masque les vrais problèmes des Français
Le débat sur le quinquennat masque les véritables problèmes des Français. Plutôt que de consulter les Français sur ce faux problème, le chef de l'Etat aurait été mieux inspiré de recueillir leur avis sur les questions de fond que sont par exemple, l'immigration, la fiscalité, le passage à l'euro etc. Voilà pourquoi la vraie réforme institutionnelle voulue par les Français, ce n'est pas le quinquennat, mais l'instauration du référendum d'initiative populaire qui permettrait à nos compatriotes de se prononcer, enfin, sur les problèmes qui les préoccupent. Le seul rééquilibrage institutionnel qui vaille, c'est celui qui rendrait la parole au peuple. C'est le projet défendu par le MNR !

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page