Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 10/02/01
Priorité à la sécurité
Pour rompre avec 20 ans d'insécurité, il faut rompre avec la classe politicienne qui en porte la responsabilité.

Comme à chaque veille d'élection, les politiciens de l'Etablissement font mine de découvrir l'insécurité dont souffrent les Français, et promettent que cette fois ils vont réagir. Mais les solutions qu'ils préconisent visent essentiellement à renforcer encore la prévention, c'est à dire à donner davantage de subventions à l'immigration et plus de droits aux délinquants. Car ceux-là même qui, tels Jospin ou Chirac, prétendent aujourd'hui prendre des mesures énergiques sont ceux qui ont adopté voici quelques semaines seulement la loi sur la présomption d'innoncence qui va jusqu'à ôter aux policiers le droit d'interroger les criminels et les délinquants qu'ils arrêtent ! Pour rompre avec 20 ans d'explosion de l'insécurité, il n'y a donc pas d'autre solution que de rompre avec la classe politicienne qui en porte la responsabilité. Et ce, dès les prochaines élections municipales.

Explosion des crimes et délits
Malgré ses tours de passe-passe statistiques, le ministère de l'Intérieur ne parvient pas à masquer l'explosion de la délinquance. Ainsi, l'année dernière, quelque 50 000 actes de violence urbaine ont été enregistrés, soit 20 % de plus qu'en 1999. Mais c'est l'évolution sur la décennie entière qui donne la pleine mesure de la montée de la barbarie. Entre 1991 et 2000, les crimes et délits contre les personnes ont augmenté de plus de 60 % et les vols avec violence de plus de 50 %. Or, tous ces chiffres ne prennent en compte que les crimes et délits recensés par les services de l'Etat, excluant par là tous les faits ne donnant pas lieu à une plainte en bonne et due forme. Tant et si bien que pour l'institut des hautes études de la sécurité intérieure, qui préfère procéder par enquêtes auprès des victimes, le chiffre réel de l'insécurité serait "cinq fois supérieur" à celui publié par le ministère de l'Intérieur.

La place des "jeunes"
Signe des causes réelles de cette évolution : la part prise dans l'insécurité par les moins de 18 ans, les fameux "jeunes" dont parlent les médias. Ces derniers sont désormais à l'origine de 25 % des crimes et délits, et même de 50 % des violences urbaines. Plus significatif encore pour la seule région parisienne : les "agressions à caractère sexuel" liées au "phénomène de bandes" se livrant à "des viols collectifs" a augmenté de 46 % en 5 ans ; les agressions sexuelles commises par des "jeunes" sur d'autres mineurs connaissant sur la même période une progression de 84 %.

Aucune ville n'est plus épargnée
Le cliché de la banlieue de grande ville livrée à l'insécurité est périmé. Non pas que le problème ait été résolu, mais les villes moyennes et les sous-préfectures rurales ne sont désormais plus épargnées. En 1993, les Renseignements généraux répertoriaient 425 quartiers frappés de violences urbaines. Il y en aurait aujourd'hui plus de mille... De même, comme en témoigne l'explosion des agressions commises contre les enseignants ou les personnels hospitaliers, la violence s'est banalisée au coeur même de ces lieux jadis considérés comme des sanctuaires.

Le grand banditisme renaît dans les cités
Alors qu'on le croyait en perte de vitesse, le grand banditisme renaît de ses cendres. Outre les attaques de fourgons blindés, au cours desquelles quinze convoyeurs ont été grièvement blessés et cinq tués, quelque 745 banques ont été victimes de braquages. Selon les services de police, cette évolution est due à la disparition de la frontière entre petite délinquance et grand banditisme, de nombreux petits caïds de banlieues passant rapidement de la délinquance à la criminalité et au banditisme.

Laxisme des autorités et impunité des voyous
Depuis dix ans que l'insécurité explose, les autorités publiques ont été incapables de prendre les mesures nécesssaires pour rétablir l'ordre républicain. Du fait de leur laxisme et du manque de moyens attribués aux forces de l'ordre, seuls 28 % des crimes et délits sont aujourd'hui élucidés en France. Près de 75 % des crimes et délits ne sont donc jamais sanctionnés. Une tendance appelée à s'aggraver du fait de la nouvelle loi sur la présomption d'innocence, qui permet aux voyous de ne pas répondre aux questions que leurs posent les policiers lors des gardes à vue... Si l'on ajoute à cela les peines dérisoires qui sont prononcées à l'encontre des rares crimes et délits élucidés, on comprend le sentiment d'impunité dont jouissent aujourd'hui les voyous. On est bien loin de la fameuse "tolérance zéro" dont prétendent maintenant s'inspirer certains membres de la classe politicienne...

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page