Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 29/01/02
MNR : 15.6% à Marseille
Le point sur les élections partielles

La montée en puissance du MNR : la preuve par les faits
Pratiquement chaque week-end est organisée une élection cantonale partielle. Depuis bientôt un an, des dizaines de milliers de Français ont été ainsi consultés, dans les conditions d'un scrutin, ce qui constitue un " sondage " grandeur nature scientifiquement plus réaliste et plus représentatif que la somme de toutes les enquêtes d'opinion réalisées en parallèle, par ailleurs grandement contestées par leurs propres auteurs et pourtant complaisamment relayées et commentées par les médias.

Ces élections partielles, quoique structurellement défavorables à des mouvements comme le MNR, confirment une double tendance de fond :
- la bonne santé du courant national, qui augmente globalement ses scores par rapport aux élections générales de mars 2001 ;
- la montée en puissance du MNR au sein de ce courant porteur, contredisant ainsi de façon éclatante les " intentions de vote " publiées par les instituts de sondage tant en valeur absolue qu'en poids au sein du courant national et identitaire.

Ainsi en moins d'un an, le vote national est passé d'une moyenne de 9,91 % en mars 2001 à 15,50 % en janvier 2002, soit une hausse de plus de 50 % (+ 56,41 %).

Les trois élections cantonales partielles du mois de janvier dernier (vote national observé de 15,5 %) ne constituent pas une exception, mais prolongent et renforcent la progression observée pendant toute l'année 2001 (avec une moyenne sur l'année de 10,71 % et de 13,25 % pour le seul deuxième semestre).

Au sein de ce bloc, c'est le MNR qui assure principalement cette bonne santé électorale, puisqu'il fait plus que doubler son score initial (+ 139,86 % entre mars 2001 et janvier 2002), quand le FN ne progresse de son côté que de 20,86 %.

Notons que si le renforcement du MNR est continu tout au long de l'année 2001, la forte croissance de ses résultats intervient surtout à partir du deuxième semestre (6,20 % contre moins de 3 % aux élections générales du mois de mars), confirmant ainsi sa très forte adéquation avec les attentes des Français depuis les évènements de la rentrée 2001 (attentats islamiques anti-américains, incidents du Stade de France, ethnicisation croissante de la délinquance violente, etc.).

Les trois dernières élections sont à cet égard particulièrement caractéristiques.

A Briec, dans le Finistère, seul le FN avait présenté un candidat aux élections cantonales de mars 2001 et obtenait un score de 2,21 %. Lors des élections partielles du 20 janvier 2002, le MNR a présenté pour la première fois dans ce canton rural difficile un candidat qui a obtenu 1,72 % des voix quand celui du FN stagnait à 2 %, soit une quasi-égalité entre les deux mouvements et une progression globale du vote national de + 21 %.

A Bourgogne (Marne), le même jour, le candidat FN réalisait 6,47 % et celui du MNR 4,13 %. Là encore, par rapport aux élections de mars 2001, le FN a reculé (de trois points puisqu'il obtenait 9,44 % l'année dernière) alors que le MNR a quant à lui progressé (plus de 4 % contre 3,69 % il y a moins d'un an), ramenant ainsi l'écart proportionnel entre les deux mouvements de 1 sur 2,5 au profit du FN à 1 sur 1,57.

A Marseille, dans le 16e canton, le courant national passe de moins de 22 % en mars 2001 à plus de 32 % le 27 janvier 2002. Le candidat du FN gagne 3,5 points en moins d'un an (de 13,23 % à 16,8 %) mais celui du MNR progresse deux fois plus vite (de 8,73 % à 15,6 %). C'est-à-dire que le MNR double presque son score initial (+ 78,69 %) quand le FN se contente d'une progression de 17,91 %. Marseille ne constitue donc pas une exception mais une accélération de la tendance observée ces derniers mois : le vote national retrouve et souvent dépasse ses plus hautes eaux, et au sein de ce vote, le MNR est en train de rattraper le FN.

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page