Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Dossiers
Dossiers
Dossier du 23/04/03
Nouvelle crise au FN
La nouvelle crise du FN rend le MNR plus nécessaire que jamais

Le dernier congrès du FN a révélé l'existence d'une nouvelle crise très profonde au sein du mouvement lepéniste. Cette situation, qui met en cause la survie même du Front national, rend plus nécessaire que jamais l'existence du MNR et justifie pleinement sa stratégie "Tenir, durer, gagner".

1 - Le Front national connaît une crise profonde et durable
Le déroulement du congrès de Nice montre qu'il y a maintenant clairement deux camps au Front national. D'une part, Le Pen et son entourage familial avec sa fille et, de l'autre, les cadres qui refusent le népotisme du chef.

Les résultats de l'élection au Comité central de ce mouvement ont en effet constitué un véritable désaveu pour Marine Le Pen et tous ses amis. Celle-ci a reculé de la dixième place au congrès de Paris en 2000 à la trente-quatrième place au congrès de Nice. Pire encore, tous ses amis se sont retrouvés battus ou en queue de liste. De son côté, Bruno Gollnisch est arrivé en tête et tous ses proches ont été particulièrement bien élus, tels Roger Holeindre, Martial Bild et même Jacques Bompard, classé sixième, qui avait pourtant publiquement mis en cause Le Pen.

Le conflit est donc ouvert, d'autant que Le Pen, refusant de prendre en compte le vote de son mouvement, a promu sa fille vice-présidente et a fait entrer au Bureau politique une dizaine de militants proches de Marine Le Pen. Il n'a par ailleurs pas été avare de menaces : '' Depuis 1997, je sais comment m'y prendre'', '' Ceux qui ne partagent pas ma façon de voir peuvent s'en aller '', '' Il y a des gens qui meurent avant leur chef ou leur président''. La guerre interne est durablement installée au Front national.

2 - Le Pen est le seul responsable de cette crise comme de celle de 1998
Cette nouvelle fracture au sein du Front national intervient exactement selon le même schéma que lors de la crise précédente, qui avait provoqué la scission et l'émergence du MNR. Les troubles de l'époque avaient trouvé leur origine au congrès de Strasbourg. Bruno Mégret y avait été élu brillamment en première position, loin devant Gollnisch et ceux que Le Pen poussaient contre lui. A l'époque, Marine Le Pen n'avait même pas été élue. Ce résultat avait suscité la colère du président du FN, qui avait alors décidé de détruire et d'éliminer Bruno Mégret. Multipliant contre lui les provocations et les tentatives d'humiliation, il avait créé progressivement un climat de guerre civile interne, jusqu'à aboutir à l'explosion du 5 décembre 1998 dont l'ampleur l'avait surpris.

Aujourd'hui, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Pourtant, Bruno Mégret n'est plus au Front national. C'est donc Le Pen qui est le seul responsable des crises qui se multiplient dans son mouvement. Apparemment, les dégâts majeurs causés de son fait au FN en 1999 ne lui ont pas servi de leçon puisqu'aujourd'hui, il initie exactement le même processus qu'alors. Aujourd'hui, les plus sceptiques peuvent donc enfin comprendre qu'en 1999, Bruno Mégret et ses amis étaient bien en légitime défense et dans leur bon droit et qu'ils n'ont agi que pour sauvegarder leurs idées et leur combat.

3 - Le Pen est un homme profondément nuisible à ses idées
Cette nouvelle crise du Front national montre encore mieux la réalité du personnage Le Pen. Il apparaît en effet clairement que le président du FN ne se bat pas pour faire avancer ses idées et pour installer en France un grand parti de droite nationale. Il se bat pour lui, pour son clan familial, afin d'en retirer le maximum d'avantages personnels en terme de finances et de notoriété. Pour lui, peu importent les cadres, les adhérents ou les électeurs, ce ne sont que des moyens qu'il méprise, seule compte sa personne, et celle de ses proches.

Lorsque le rideau tombera, Le Pen apparaîtra comme un personnage profondément nuisible pour ses idées et pour son pays. Il aura réussi, par ses dérapages et ses outrances, à faire diaboliser ses idées, à les discréditer, à les marginaliser et à les enfermer dans l'extrémisme. Il aura donc stérilisé les voix de plusieurs millions de nos compatriotes et engagé les Français qui lui faisaient confiance dans une impasse politique totale, comme on l'a encore vu aux dernières élections présidentielles.

Aux prochaines élections régionales, Le Pen va recommencer à tromper les électeurs. Il prétend vouloir conquérir la région PACA, mais en 1998, il avait eu la possibilité d'y faire gagner le Front national, et il avait délibérément tout sabordé. A l'initiative de Bruno Mégret, des accords ponctuels avaient été passés avec la droite classique pour permettre l'élection d'un président de droite face à la gauche, ce qui avait provoqué un grand trouble dans la classe politique. En contrepartie de l'élection de M. Blanc dans le Languedoc-Roussillon, de M. Millon en Rhône-Alpes et de plusieurs autres, la droite classique avait accepté de faire élire un président Front national en PACA, à condition que ce ne soit pas Le Pen. Celui-ci avait alors exigé publiquement d'être le président de façon à tout faire capoter.

4 - Le Front national ne peut que décliner : le MNR est plus nécessaire que jamais
Le dernier congrès du Front national montre clairement que ce mouvement n'existe qu'à travers Le Pen et que ce dernier ne veut pas le voir lui survivre. Depuis l'origine, il a toujours cherché à détruire ceux qui, dans son entourage, pouvaient lui succéder. Aujourd'hui, il utilise sa propre fille pour éliminer Gollnisch, mais son objectif ultime n'est pas de la mettre à sa place. Car sa volonté, comme il l'a dit lui même, est '' de rester à la tête du parti jusqu'à 95 ans. '' Et après lui, le déluge...

Il n'y aura donc pas de succession à Le Pen. Sa fille, que l'on surnomme '' Papadit '' n'a d'ailleurs absolument pas l'envergure pour diriger un mouvement. Plus le temps va passer, plus Le Pen va décliner et plus le FN va s'affaiblir.

Le MNR est donc indispensable pour porter, sans l'extrémisme du FN, les idées pour lesquelles les électeurs lui accordent leur soutien. Le MNR est plus nécessaire que jamais pour que les idées nationales et républicaines ne soient plus diabolisées et marginalisées et pour qu'elles puissent être portées au pouvoir. Face à l'imposture de Le Pen, la démarche de Bruno Mégret et du MNR est donc à la fois légitime et utile. Le FN ne débouchera sur rien. Le MNR peut assurer le succès de nos idées.

Imprimer cette page




 Hélie Denoix de Saint-Marc : un chevalier des temps modernes
 Projet de réforme des retraites proposé par le MNR
 Dominique Venner : un Samouraï d'occident
 Université d'été 2011 du MNR
 Faut-il vraiment se réjouir
des "révolutions arabes" ?
 Université d'été 2010 du MNR
 Université d'été 2009 du MNR
 PROTEGER LES FRANÇAIS
 Projet de financement de la Sécurité Sociale par une "Cotisation sociale sur le chiffre d'affaires" (C.S.C.A)
 Sarkozy et les dividendes
 Et si on parlait de l'Euro ?
 Europe: Sarkozy rejoint le MNR
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page