Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Élections
Élections
Élections, le 11/03/01
Municipales 2001
Plus de sécurité, moins d'impôts, moins d'immigration

Les axes de la campagne

Pour des villes plus sûres
- Par le respect des lois de la République par tous et partout
- Par une lutte sans pitié contre les squatts, sources de drogue et d'insécurité
- Par l'arrêt de toute aide sociale aux parents d'enfants mineurs délinquants récidivistes
- Par la remise en cause de l'actuelle politique de la ville : moins d'agents d'ambiance, plus d'agents de police
- Par l'aide à l'amélioration des conditions de vie et de travail des policiers, des gendarmes et des pompiers (accès au logement, modernisation des commissariats et des casernes ainsi que des véhicules et des moyens qui leur sont affectés)
- Par la création ou le renforcement de polices municipales, présentes sur le terrain 24 h/24 et en particulier la nuit (en un mot, dissuasives pour les voyous et rassurantes pour les honnêtes citoyens)
- Par la négociation d'accords polices municipales / police nationale / procureurs permettant une coopération harmonieuse de ces différentes forces
- Par la création d'une police des transports
- Par l'amélioration de l'éclairage des rues et des espaces verts et la vidéo-surveillance
- Par le développement d'un gardiennage de proximité dans les ensembles HLM et les logements qui sont la propriété de sociétés d'économie mixte.
- Par des moyens en surveillance suffisants pour assurer la sécurité dans les écoles, les collèges et les lycées.

Pour des villes moins imposées
- Par la baisse progressive de la taxe d'habitation et de la taxe professionnelle
- Par la renégociation des contrats d'approvisionnement en eau permettant la baisse du prix au robinet
- Par la diminution du train de vie de la commune et une gestion plus rigoureuse des dépenses de communication et de propagande, et des frais de représentation et de voyage des élus
- Par l'arrêt des subventions de complaisance aux associations immigrées et aux copains
- Par le maintien des libertés communales et le refus des instances intercommunales bureaucratiques et coûteuses pour le contribuable
- Par la redynamisation du tissu économique local.

Pour des villes plus familiales
- Par une politique d'accueil des enfants : primes de naissance, crèches, haltes-garderies en nombre suffisant, prix des cantines scolaires raisonnables pour tous, aires de jeux sécurisées pour les enfants
- Par le libre choix de l'école par les parents, par l'assouplissement des cartes scolaires pour les écoles et les collèges
- Par un développement des services aux personnes âgées (aides et soins à domicile, loisirs, accompagnement aux démarches administratives)
- Par une politique du logement facilitant les regroupements intergénérations
- Par une culture populaire, enracinée et accessible à tous grâce à l'aide et au développement des conservatoires de musique, des écoles artistiques et des harmonies, chorales et fanfares municipales
- Par le développement du sport de loisirs et du sport amateur et l'aide aux petites associations sportives plutôt qu'aux grands clubs commerciaux.

Pour des villes plus françaises
- Par la préférence nationale en matière d'emplois, d'aide sociale et de logements
- Par une application intelligente des règles d'attribution des logements sociaux permettant d'en faire bénéficier d'abord les familles et les travailleurs français
- Par l'arrêt des subventions aux associations étrangères et aux lieux de culte musulman
- Par le respect des règles républicaines de la laïcité à l'école (tenues vestimentaires, assiduité aux cours, menus dans les cantines)
- Par l'encouragement au commerce français et l'établissement de règles sociales, sanitaires et fiscales aussi strictes aux commerces étrangers qu'aux commerces français
- Par la mise en valeur et l'aide aux associations françaises enracinées (activités de sports et de loisirs traditionnelles, activités culturelles, expression des traditions provinciales françaises)
- Par une initiation aux traditions culinaires françaises dans les écoles et les cantines publiques où les produits du terroir seront privilégiés
- Par l'organisation de manifestations populaires de qualité mettant en avant le patrimoine culturel local et régional.

Pour des villes où il fait bon vivre
- Grâce à une ville propre et tranquille (contre les nuisances sonores et visuelles : tags, friches urbaines, affichage commercial agressif et envahissant)
- Grâce au développement des équipements publics de sécurité et de confort : abribus, espaces verts
- Grâce à un urbanisme respectant les volumes et les couleurs de la ville
- Grâce à un réseau de transport public utilisant des carburants non polluants
- Grâce à une revitalisation des commerces de centre-ville et de quartiers et la dynamisation des marchés traditionnels
- Grâce à une politique dynamique de fleurissement et de plantation
- Grâce à la généralisation du tri sélectif des déchets
- Grâce à l'aménagement d'espaces piétonniers
- Grâce à la mise en place d'un numéro vert ''SOS doléances'' avec réactions de la mairie sous 48 heures
- Grâce à l'accès aux informations municipales et aux démarches administratives par Internet
- Grâce à la remise en valeur du patrimoine architectural, culturel et festif de la commune.

Les candidats

Le MNR présente 396 listes pour les élections municipales des 11 et 18 mars 2001. Présent sous ses couleurs dans 80% des villes de plus de 100 000 habitants, dans 70% des villes de plus de 50 000 habitants et aussi dans 60% des villes de plus de 30 000 habitants, le MNR affirme sa solide implantation politique.

Les résultats : une implantation réussie

Le MNR a démontré à l'occasion des élections municipales 2001 sa vitalité militante et sa capacité à s'implanter dans le paysage politique local, lequel constitue le levier naturel des prochaines offensives.

Le MNR a présenté 212 listes dans les villes de plus de 9.000 habitants, soit davantage que tous ses concurrents directs réunis (FN, RPF et MPF) ou encore que les Verts (177 listes), lesquels bénéficient d'une couverture médiatique exceptionnelle et sont représentés tant à l'Assemblée nationale qu'au gouvernement.
Les listes MNR ont couvert l'ensemble des régions françaises, à l'exception de la Champagne-Ardenne.
Le MNR a rassemblé directement sous ses couleurs 227.635 électeurs, soit 45% des voix qui se sont portées sur une liste du courant national (contre le tiers lors des élections européennes).
Ces élections municipales confirment l'ascendant pris par le MNR au sein de la droite nationale et républicaine : le RPF et le MPF ont été quasiment absents de cette échéance et le FN connaît une grave érosion de son socle électoral.

Un nombre d'élus municipaux MNR important

Le MNR a obtenu près de 250 conseillers municipaux, élus dans 1 département sur 3. Les départements où l'enracinement du MNR, par son nombre d'élus municipaux, est le plus visible sont par ordre décroissant : les Bouches-du-Rhône (94 élus), la Seine-Saint-Denis (27), le Nord (16), le Pas-de-Calais et le Haut-Rhin (14), les Yvelines (8), le Bas-Rhin, l'Eure-et-Loir, la Seine-et-Marne et les Hauts-de-Seine (6) et le Rhône (5). Elus pour 6 ans, les conseillers municipaux du MNR ont le temps devant eux et constituent d'ores et déjà les relais privilégiés de la (re)conquête du courant national et républicain.

La consolidation des pôles nationaux

Les 2 villes de plus de 30.000 habitants gérées par le MNR (Marignane et Vitrolles-en-Provence) restent dirigées par un maire MNR.
Ces victoires sont aussi symboliques que politiques :
Daniel Simonpieri, qui aurait été réélu dès le 1er tour sans la présence d'une liste parasite du FN résiduel, a obtenu un véritable plébiscite au 2e tour avec 62,52% des voix ;
Catherine Mégret, que tous les " sondeurs " et autres " politologues " donnaient très largement battue à Vitrolles (et malgré les attaques incessantes tant politiques que médiatiques, administratives et judiciaires), a réussi à conserver cette ville-symbole de la préférence nationale à la droite de conviction : 45,32% en triangulaire.
De même a été réélu dès le 1er tour le conseiller régional MNR Luc Béjean, maire de Montéplain dans le Jura.
Enfin le MNR consolide à cette occasion son pôle des Bouches-du-Rhône et supplante le FN actuel dans 10 régions sur 22, s'affirmant comme la première force nationale tout particulièrement dans les départements d'Alsace, d'Auvergne, de Lorraine, de Franche-Comté, de Bretagne, du Nord-Pas-de-Calais et du Limousin ainsi que dans les Charentes et en Dordogne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Eure-et-Loir, Loiret, Maine-et-Loire, Vendée, Hautes-Pyrénées, Alpes-de-Haute-Provence, Ain et Seine-Maritime.

Les plus beaux scores du MNR

Feyzin (69) Albert Robles 15,1%
Val-de-Reuil (27) Thierry William 15,49%
Saint-Denis (93) Jean-François Galvaire 15,61%
Bron (69) Michèle Morel 16%
Hoenheim (67) Stéphane Bourhis 16%
Villeurbanne (69) Pierre Vial 16,26%
Mons-en-Bareuil (59) Rémy Castermans 16,48%
Limay (78) Philippe Schleiter 16,48%
Tremblay-en-France (93) Vincent Perfetti 16,56%
Hénin-Beaumont (62) Steeve Briois 17,48%
Illkirch-Graffestaden (67) Georges-Pierre Noth 17,82%
Peymeinade (06) Dominique Vidal 18%
Oyonnax (01) André Clavel 18,10%
Bobigny (93) Lucette Marchenoir 18,21%
Chalette-sur-Loing (45) Alain Lebaube 19,33%
Mulhouse (68) Gérard Freulet 20,11%
Grande-Sainte (59) Patrick Laurent 21,16%
Montigny-en-Gohelle (62) Laurent Brice 21,47%
Fosses (95) François Lusinchi 21,56%
Sainte-Marie-aux-Mines (68) Christian Chaton 22,2%
Rognac (13) Gilles Lacroix 25%
Salon-de-Provence (13) Philippe Adam 26%
Vaires-sur-Marne (77) Pierre-Jean Prillard 26,22%
Cernay (68) Jean-Marie Schneider 26,85%
Vernouillet (28) Denis Daude 27,66%
Loos (59) Jacques Bourez 28,58%
Pierrefitte (93) Franck Timmermans 29,05%
Sainte-Sigolène (43) Paul Brulé 34,24%
Wingles (62) Freddy Baudrin 35,43%
Vitrolles-en-Provence (13) Catherine Mégret 39%
Velaux (13) Guy Vidal 40%
Marignane (13) Daniel Simonpieri 47,80%

Et aussi en listes d'union :
Gardanne (13) : 16%
Versailles (78) : 20,58%
Ajaccio (20) : 37,44%
Montfermeil (93) : 53,23%

Les plus belles progressions du MNR

- LIMOGES
- Orabona en 95 = 2331 (4,07%)
- Orabona en 2001 = 2743 (5,79%, élu)

- ANGERS
- Quélennec en 95 = 2077 (4,30%)
- Motte en 2001 = 2296 (5,39%)

- BOULOGNE-SUR-MER
- Fourny en 95 = 761 (4,31%)
- Fourny en 96 (partielle) = 1224 (8,15%)
- Fourny en 2001 = 1270 (9,45%)

- CLERMONT-FERRAND
- Jaffrès en 95 = 1956 (4,41%)
- Poitrineau en 2001 = 2101 (5,85%)

- BREST
- Morize (FN) en 1995 = 2 786 voix (5,33%)
- Morize (MNR) en 2001 = 2 773 (5,54%)

- MONTÉLIMAR
- Rosello en 95 = 959 (7,49%)
- Michel en 2001 = 1222 (9,70%)

- BERGERAC
- Baconnet en 95 = 880 (6,75%)
- Durin en 2001 = 1731 (14,91%)

- LES PENNES-MIRABEAU
- Joubeaux en 95 = 867 (9,44%)
- Joubeaux en 2001 = 959 (10,78%, élu)

- DUNKERQUE
- Eymery en 95 = 3284 (10,03%)
- Eymery en 2001 = 3947 (13,20%)

- RIS-ORANGIS
- Lespagnon en 95 = 1132 (12,35%)
- Lespagnon en 2001 = 1098 (14,39%)

- HÉNIN-BEAUMONT
- Briois en 95 = 1470 (12,92%)
- Briois en 2001 = 1999 (17,49%)

- ROGNAC
- Agorrat en 95 = 843 (17,30%)
- Lacroix en 2001 = 1267 (24,54%)

- GRANDE-SYNTHE
- Lorant en 95 = 1831 (19,18%)
- Lorant en 2001 = 1807 (21,27%)

- CERNAY
- Kastner en 95 = 833 (20,54%)
- Schneider en 2001 = 1019 (26,85%)

- ILLKIRCH
- Noth en 95 = 1545 (17,45%)
- Noth en 2001 = 1519 (26,85%)

Consulter la liste des candidats têtes de liste
Imprimer cette page




 Européennes 2009
 Législatives 2007
 Référendum de 2005
 Sénatoriales 2004
 Européennes 2004
 Régionales 2004
 Législatives 2002
 Présidentielle 2002
 Sénatoriales 2001
 Municipales 2001
 Cantonales 2001
 Européennes 1999

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page