Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Discours
DISCOURS
Saintes (17) - 03/09/10 - Discours de Francis BOCQUILLET
La violence de la pensée unique
Université d'été 2010 - Thème : "Les Violences".

Avant de commencer mon exposé, voici une citation d'Albert Jacquard ( Biologiste et écrivain Français ) :
'' Exprimer'' une idée est une activité difficile à laquelle il faut s'exercer ; la télé supprime cet exercice ; nous risquons de devenir un peuple de muets, frustrés de leur parole, et qui se défouleront par la violence ''.

Nous souhaitons bien évidemment que ces paroles ne soient prémonitoires.

La bien-pensance
La Bien-pensance, désigne une attitude intellectuelle qu'on accuse de conformisme et de superficialité, parce qu'elle adopte un point de vue, généralement progressiste, qui répète les valeurs putatives de l'ordre établi ou les idées du milieu d'appartenance. On parlera de bien-pensant.
Le terme de bien-pensance est principalement utilisé pour stigmatiser le politiquement correct. L'expression "bien-pensant" est aussi utilisée pour désigner une certaine catégorie d''' intellectuels '' jugés conformistes.


Lire la suite
Paris - 09/05/10 - Discours de Annick MARTIN
Choisir Jeanne la combattante
Discours prononcé lors du dîner de clôture du défilé organisé par l'institut Civitas

Cher(e)s Ami(e)s,

Je vous remercie de m'avoir invitée à prononcer quelques mots à l'occasion de la célébration de Jeanne, Jeanne si chère au coeur des Français, Jeanne dont l'épopée légendaire est devenue le symbole de la résistance nationale, d'une résistance active, combattante et victorieuse.

Permettez-moi de saisir cette occasion pour rendre hommage aussi, à toutes les femmes de France et d'Europe, qui ont marqué le monde par leur courage, voire leur héroïsme.
Prêtes à donner leur vie pour leur foi, leur patrie, leur famille, leurs prénoms nous ont émerveillé dès l'enfance, au point qu'au delà de l'histoire, elles semblent appartenir à la famille de chacun d'entre nous.
Blandine, Geneviève, Isabelle, Jeanne, Charlotte, des femmes héroïques qui ont marqué l'histoire ; des femmes qui avaient mis leur détermination et leurs qualités morales exceptionnelles au service de causes justes. De ces femmes de légende, Jeanne est indubitablement l'héroïne européenne par excellence, car elle est celle qui a réussi à renverser le cours de l'histoire...


Lire la suite
Paris - 08/05/10 - Discours de Annick MARTIN
Peut-on sauver la France ?
Discours prononcé au Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire

La France va inéluctablement vers la faillite.

Le 15 septembre 2008, lorsqu'après la banque d'affaires Bear Stearns, la banque Lehmann Brothers coulait et que ses employés quittaient les bureaux, un modeste carton sous le bras, personne ne se doutait que cette nouvelle faillite allait entraîner un cataclysme programmé depuis que le mondialisme faisait office d'idéologie dominante.

Pour le quidam pas très au fait des affaires financières, il s'agissait d'un événement somme toute ponctuel qui, a priori, ne risquait pas d'avoir une influence importante sur son pouvoir d'achat et sur son avenir. Certains souriaient même en coin, pas mécontents de voir les Golden boys dépités, payer enfin le prix de leurs spéculations effrénées.

Mais il faut se souvenir que quelques semaines avant cette faillite retentissante, cette banque d'affaires était notée AAA par les agences de notation Moody's, Standard and Poor's et Fitch. Il faut se souvenir aussi que le 9 septembre, la banque était notée AA, que le 11septembre elle était menacée de dégradation et que sous cette menace elle a fait faillite le 15. En moins d'une semaine, on a assisté à une dégringolade que rien n'a pu enrayer...


Lire la suite
Duisburg-Marxloh (Allemagne) - 28/03/10 - Discours de Annick MARTIN
Nous avons un grand travail de reconquête à faire
Manifestations contre l'islamisation de l'Europe en Allemagne

Chers amis, chers camarades,

Je suis très fière et très heureuse de venir vous soutenir aujourd'hui, vous mes amis de ProNRW.
Je suis fière d'être à vos côtés, car vous menez le combat de la résistance à l'islamisation. C'est un combat courageux et difficile, mais c'est un combat auquel il ne faut jamais renoncer.
Il ne faut jamais y renoncer car renoncer c'est abandonner notre territoire, c'est abandonner notre identité et c'est choisir pour nos enfants la soumission et la servitude.
En effet, l'islam n'est pas seulement une religion, c'est aussi et surtout un système politique expansionniste. C'est ce système expansionniste qui veut nous imposer sa loi, la charia, que nous refusons et que nous combattons.
Nous ne voulons pas sacrifier les valeurs de notre civilisation européenne aux injonctions du Coran. C'est notre droit.
Nous ne voulons pas sacrifier nos traditions à un mode de vie qui nous est étranger. C'est notre droit.
Nous ne voulons pas sacrifier notre organisation sociale à un nouvel impérialisme : celui de l'islam conquérant et intolérant. C'est notre droit.


Lire la suite
Pont de Sèvres (92) - 05/12/09 - Discours de Annick MARTIN
Résistons à l'alliance des arrogants contre notre peuple
Discours de clôture du Conseil national par Annick Martin

L'échec des idéologies mondialistes
Après l'échec du communisme, nous assistons à son remplacement par le mondialisme : on ne change pas d'objectif, on change de stratégie.
Le totalitarisme brutal du communisme a fait place au totalitarisme pervers du mondialisme.

Deux idéologies parallèles :
d'une part le communisme qui prétendait faire le bien des gens même contre leur volonté, au point qu'on a fini par les assassiner au nom de leur bonheur...
d'autre part le mondialisme instauré lui aussi au nom du droit au bonheur des plus démunis de la planète. Les populations les plus riches étant censées se dépouiller, telles des Saint Martin, pour le bien des pauvres. On a vu ce qu'il en était : une classe internationale cupide s'est enrichie honteusement aux dépens des peuples qui, au fil de l'histoire, avaient su se constituer un patrimoine. Et contrairement à ce qui était annoncé, les plus pauvres se sont encore appauvris... les peuples libres et prospères ont dû renoncer à leurs avantages, sans pour cela que la condition des habitants du Malawi ou du Zimbabwé soit améliorée d'un iota.


Lire la suite
Pont de Sèvres (92) - 05/12/09 - Discours de Bernard BRES
De l'autosuffisance alimentaire
aux dégâts du productivisme

Discours prononcé lors du Conseil national

Aujourd'hui, du poulet en batterie au cochon industriel notre alimentation est de plus en plus standartisée, aseptisée, au goût uniforme et comporte des risques pour l'Homme. Nous sommes, désormais, sous l'hégémonie des transnationales alimentaires et liés au système productiviste qui menace notre environnement et les consommateurs.

Comment en est-on arrivé là et que faire pour un salutaire retour aux produits du terroir ?

Reprenons le fil des événements des 50 dernières années pour mieux comprendre.

1/ les années 1945-58. En 1945, la France était encore rurale (10 millions d'agriculteurs ou plutôt de paysans. Aujourd'hui, ils ne sont guère plus d'1 million soit 4% de la population et 10% des actifs) et les traditions bien ancrées mais il fallait reconstruire et développer notre agriculture pour produire plus afin de satisfaire nos besoins alimentaires. A l'époque la France agricole est faite de petites exploitations non mécanisées, de surfaces non remembrées (parcellaires). La France connait encore les cartes d'alimentation.


Lire la suite
Villepreux - 08/11/09 - Discours de Annick MARTIN
Congrès du Parti de la France
Intervention d'Annick Martin du 8 novembre 2009

Chers amis

Je tiens à vous dire combien j'ai été touchée par votre invitation à votre congrès.

L'avenir de notre famille politique
À cette occasion, je veux vous faire part, au-delà de mes voeux de réussite, de la façon dont je vois l'avenir pour notre famille politique.

Le parti soviétoïde a fait son temps
En effet, nous avons l'habitude de nous plaindre et de regretter le fractionnement en différents partis, en mouvements associatifs, en clubs de pensée, de tout ceux que par commodité de langage on regroupe sous le terme de '' famille nationale ''.

Cette diversité a toujours été vécue comme un handicap, et contrairement à la gauche, nous n'avons pas su l'exploiter. Pendant plusieurs décennies, la droite nationale s'est pliée, pas toujours de plein gré, mais dans un souci d'efficacité respectable, à une organisation pyramidale, calquée sur l'organisation des partis communistes européens, à la différence près qu'à sa tête, régnait sans partage, une personnalité qui s'était imposée, il faut le reconnaître, par son charisme.


Lire la suite
Cologne - 07/11/09 - Discours de Annick MARTIN
Défendons nos racines
Manifestation lors de la pose
de la 1ère pierre de la grande mosquée de Cologne


Chers amis,
chers camarades européens,

Aujourd'hui, de nouveau, nous sommes réunis à l'occasion de la pose de la première pierre de la mosquée monumentale de Köln.

Ce n'est donc pas un événement joyeux pour nous, peuples européens. C'est un événement grave qui prouve que l'avenir de notre civilisation est en danger. C'est le symbole du recul de nos valeurs européennes.

Car l'islam n'est pas seulement une religion. C'est un système de pensée global ; un système totalitaire. Penser que l'islam peut être une religion modérée est une erreur. Penser que l'islam est compatible avec les lois européennes est une erreur. Penser que l'islam respecte également la dignité des hommes et des femmes est une terrible erreur. Je dirais même plus, laisser l'islam s'implanter et se développer sur notre sol est une faute à l'égard des générations futures.


Lire la suite
Saintes (17) - 29/08/09 - Discours de Francis BOCQUILLET
Le mérite dans le monde du travail
Discours à la XIe université d'été du MNR

Avant de parler du mérite dans le monde du travail, rappelons la définition du mérite...

Qu'est ce que le mérite ?

Etymologiquement : du latin meritum, gain, salaire, ce dont on est digne.

Le mérite est ce qui rend une personne digne d'estime, d'éloge, de considération ou de récompense au regard de sa conduite ou des obstacles surmontés. Le mérite peut résulter de diverses qualités morales, intellectuelles ou physiques : l'habileté, le talent, le courage, l'effort fourni, la prise de risque, la responsabilité, l'innovation...

Le mérite implique un effort pour franchir des difficultés et renvoie surtout à une force morale.
Dans un sens plus large, le mérite d'une personne désigne l'ensemble de ses qualités.


Lire la suite
Saintes (17) - 28/08/09 - Discours de Roland CURTET
Les abus contraires
à la reconnaissance du mérite

Discours à la XIe université d'été du MNR

En dehors de l'aspect moral, il y a dans la société deux manières de reconnaître le mérite :
  • la reconnaissance honorifique
  • la récompense financière

    Nous suivrons cette division pour mettre en lumière les abus correspondants.

    Sur le plan officiel, le mérite est reconnu notamment dans quelques ordres : ordre national de la légion d'honneur, ordre du mérite, ordre du mérite agricole, ordre du mérite maritime.

    Le plus prestigieux semble être celui de la Légion d'Honneur, destiné à récompenser une élite du mérite. Le principe en a été lancé en 1802 par Bonaparte, premier Consul. La loi du 29 floréal an X stipule que '' sont membres de la légion tous les militaires qui ont reçu des armes d'honneur. Pourront y être nommés les militaires qui ont rendu des services majeurs à l'Etat dans la guerre de la liberté ; les citoyens qui, par leur savoir, leurs talents, leurs vertus, ont contribué à établir ou à défendre les principes de la République, ou fait aimer et respecter la justice ou l'administration publique ''.


  • Lire la suite
    Saintes (17) - 28/08/09 - Discours de Pierre FORESTIER
    L'Enarchie et le dévoiement du mérite
    Discours à la XIe université d'été du MNR

    ou L'accaparement du pouvoir par l'ENA

    Comment parler de l'ENARCHIE, en quelques minutes, dans le sens que l'on donne confusément à ce mot, comme étant l'appareil de la confiscation du pouvoir politique ?
    Mission difficile tant il faut remonter dans le temps et tenter de comprendre l'enchaînement des faits, le comportement des hommes, celui des gouvernants et des élus, et aussi celui des gouvernés : de la classe moyenne et du peuple.

    Traiter de l'énarchie et du dévoiement du mérite c'est aborder la question de la démocratie et de son dévoiement pernicieux, c'est l'obligation de réfléchir à la définition de ce mot de démocratie.
    Il n'est guère de mots dans le langage politique dont la définition pratique soit l'objet de plus de significations. C'est une question d'une immense prégnance et celui qui l'énonce s'empresse de compléter le substantif par un adjectif qui en qualifie le sens.


    Lire la suite
    Cologne (Allemagne) - 09/05/09 - Discours de Annick MARTIN
    Intervention d'Annick Martin à Cologne, le 9 mai 2009

    Mesdames, messieurs, chers camarades de Cologne et d'Europe,

    Je suis la Secrétaire générale du MNR, le parti français créé il y a 10 ans par Bruno Mégret. Je m'exprime donc au nom de l'ensemble de ce parti, de ses adhérents et de ses électeurs.

    Depuis 2002, nous faisons campagne contre l'islamisation de la France et de l'Europe. Pour nous, il s'agit d'une position constante, au coeur de notre combat politique : nous pensons que l'implantation massive de l'islam n'est pas compatible avec les valeurs de la civilisation européenne. Notre civilisation trouve ses racines dans les identités des peuples d'Europe, or l'islam ne fait pas partie de ces identités.


    Lire la suite
    Lille - 18/04/09 - Discours de Annick MARTIN
    "Ce n'est pas la force mais la persévérance qui fait les grandes oeuvres"

    Notre courant politique est arrivé à la croisée des chemins : un cycle se termine, celui du lepénisme et c'est à nous qu'il appartient désormais de déterminer l'avenir de ce que j'appelle par commodité de langage '' la famille nationale ''.

    Notre réunion aujourd'hui, à Lille, est la preuve qu'une volonté émerge de toutes parts pour transformer cette famille nationale émiettée et dispersée en une véritable force d'avenir. Et je suis à la fois fière et heureuse au nom du MNR que j'ai l'honneur de représenter, de participer à ce que je crois être la naissance d'un grand pôle national.

    Mais avant de crier victoire, je veux rappeler quelque chose de fondamental. Un rassemblement, une alliance, un regroupement, appelons cela comme on veut, cela ne se décrète pas d'en haut, en imposant tel ou tel cadre, selon des négociations menées par les seuls dirigeants, loin des militants et du terrain. Non. Le vrai rassemblement se fait par la base, par la volonté des militants, par la confiance acquise ou retrouvée dans le travail en commun, sur le terrain, face aux difficultés.


    Lire la suite
    Pont de Sèvres (92) - 12/10/08 - Discours de Annick MARTIN
    Reprenons le combat politique
    Discours de clôture du Conseil national par Annick Martin

    Ce conseil national met fin à une période heureusement courte, mais néfaste, de notre mouvement. En effet, depuis plusieurs mois, depuis que notre président a annoncé son retrait de la vie politique, s'est développé un climat délétère au sein de notre direction. Peu à peu se sont instaurées la défiance et la '' complotite '', au détriment de la camaraderie qui nous unissait. Tout cela ayant entraîné le piétinement de notre mouvement, la paralysie militante, une réflexion politique bloquée puisque la recherche d'alliances avec une fraction du FN tenait lieu de politique depuis à peu près six mois. Aujourd'hui, cet épisode malencontreux est clos et je vous remercie de la confiance que vous avez bien voulu accorder aux membres du bureau national que vous avez reconduit dans leurs fonctions, ainsi qu'aux nouveaux venus.


    Lire la suite
    Ferrières (77) - 31/08/08 - Discours de Philippe JOST
    Turquie, non merci !
    Discours à la Xe université d'été du MNR

    Au mois de septembre 2008, les chefs d'Etats européens réunis à Bruxelles décideront de l'ouverture des prochains chapitres de négociations d'adhésion avec Ankara.
    Evénement capital, la poursuite de ce processus marque une complète redéfinition tant de l'idée d 'Europe, que de sa réalité géographique et civilisationnelle.
    En effet, pour nous autres européens, la question turque est un miroir qui nous révèle à nous-mêmes. Elle interroge notre identité, sur ce que nous avons été, ce que nous sommes et sur ce que nous voulons devenir. La Turquie est révélatrice de notre altérité.


    Lire la suite
    Sèvres - 22/06/08 - Discours de Bruno MEGRET
    Au revoir
    Discours de clôture du conseil national du MNR

    Lorsque j'ai pris la décision de me mettre en retrait de la politique et de partir à l'étranger, c'est à vous que j'ai pensé, à cette communauté d'engagement que nous avons constitué ensemble au MNR à laquelle j'étais particulièrelment attaché. Alors, au moment où nos chemins vont se séparer, je voulais vous dire que vous pouvez être fier de ce que vous avez fait et de ce que vous êtes. Sachez que vous resterez toujours dans mon coeur et dans mon esprit et que votre nom à chacun d'entre vous restera pour moi à jamais attaché à ce que j'ai fait de plus difficile et d'une certaine façon de plus grand dans mon existence. En tout cas jusqu'à présent car je compte bien que le destin en décide autrement et que des événements tout aussi intenses mais plus favorables nous réunissent à nouveau. C'est pourquoi, je ne vous dis pas adieu mais au revoir.

    Lire la suite
    Conseil national du 22 juin 2008 - 22/06/08 - Discours de Annick MARTIN
    Notre destin entre nos mains
    Discours d'Annick Martin

    Nous sommes réunis aujourd'hui pour un Conseil National d'une exceptionnelle gravité. C'est avec émotion et une certaine inquiétude que la plupart d'entre nous voient s'éloigner notre Président.
    Depuis un mois, nous connaissons sa décision de prendre du champ, pour, le cas échéant, revenir en homme neuf, si la situation politique le permet. C'est une bonne idée. Mais encore faut-il que nous soyons capables de consolider notre mouvement, de le maintenir en état de fonctionner et même de le développer. Cela nécessite que l'on fasse d'un parti tout de même fatigué par les récentes batailles, un mouvement régénéré et attractif, susceptible de faire adhérer nos compatriotes aux solutions que nous préconisons. En serons nous capables ou le MNR va-t-il disparaître avec son fondateur ?
    La question se pose devant cette difficulté inédite. Le MNR, le MNR auquel nombre d'entre nous appartiennent depuis sa création, le MNR auquel nous avons tant donné, auquel nous avons consacré tant d'énergie, de temps, d'argent, ce MNR par lequel nous avons tant espéré, ce MNR va-t-il survivre ?
    Répondre à cette question n'est pas simple, et il faut se garder autant d'un excès d'optimisme que d'un pessimisme paralysant.

    Lire la suite
    Virtuel - 29/05/08 - Discours de Annick MARTIN
    Contre l'islamigration
    Discours qu'Annick Martin ne prononcera pas à la réunion de la nouvelle droite populaire

    Avant de m'exprimer sur un sujet primordial, celui de l'immigration et de l'islamisation de notre pays et plus largement de l'Europe, je voudrais d'abord lever une ambiguïté et faire taire les rumeurs qui pourraient être suscitées par la malveillance ou l'intérêt.
    Je pense que vous êtes tous au courant de l'annonce du départ de Bruno Mégret. Je tiens donc à faire cette précision liminaire : le MNR ne disparaît pas. Je suis fière de ce qu'il est et d'en être Vice-présidente ; par conséquent, il n'est évidemment pas question pour moi de le quitter au moment où il va falloir tenir le cap.

    Lire la suite
    Paris - 20/05/08 - Discours de Bruno MEGRET
    Déclaration de départ
    Déclaration de Bruno Mégret à l’occasion de son retrait de la politique et de son départ à l’étranger

    J'ai pris une décision importante. Je me mets en réserve de la politique et je pars à l'étranger exercer des responsabilités au sein d'une grande entreprise française. J’estime en effet être arrivé au bout de la démarche que j'ai entreprise il y a maintenant de longues années lorsque je me suis engagé en politique. Je le fais en quittant provisoirement un pays où la médiocrité du débat d’idées, la crise de la classe politique, la tyrannie du politiquement correct ont pour l'instant tout stérilisé. Mais je le fais aussi en sachant que les idées que je porte sont plus utiles et plus attendues que jamais et qu’elles progressent dans l’esprit de nos compatriotes. Je le fais en sachant que la France est une grande nation qui a toujours trouvé en son sein l’énergie pour rebondir et renaître. Je le fais conscient que les temps peuvent changer et que si vient le moment d’une vraie rupture qui exige des hommes libres, des hommes de conviction, des hommes de caractère, je serai toujours disponible.

    Lire la suite
    Paris Moncassin - 01/12/07 - Discours de Bruno MEGRET
    Toujours utile à la France
    Discours de clôture de Bruno Mégret au Conseil national du MNR

    Malgré les apparences nous sommes plus utiles et plus nécessaires que jamais. Nous devons continuer notre combat et nous préparer à incarner une grande alternative. Et pour cela il faut continuer à tenir et durer en étant présents aux élections municipales et en développant notre stratégie de rassemblement, de rénovation et de refondation. La France a toujours besoin de nous.

    Lire la suite
    Paris, Espace Moncassin - 01/12/07 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Le combat contre l'islamisation
    Discours au Conseil national du MNR

    Le plus grand flou statistique règne quant au chiffrage exact des musulmans en France et il ne va pas s'arranger puisque la loi Heurtefeux a été amputé de son article prévoyant un début de commencement de recensement ethnico religieux mais on estime à peu près leur nombre à 5 ou 6 millions.
    Ce qui fait de notre beau pays le plus grand pays musulman d'Europe !
    Pourtant l'islam en France n'est pas pour autant un islam français, ni un islam gallican. J'en veux pour preuve l'incroyable salmigondis de Marocains, d'Algériens, de Turcs, d'Africains qui constituent le Conseil Français du culte musulman. L'islam, c'est un patchwork importé, en aucun cas une religion nationale !
    Et on constate que l'islam ne se dissout pas plus dans la laïcité à la française qu'il ne se fond dans le modèle multiculturel hollandais ou le communautarisme made in england.. L'islam oppose aux normes européennes invariablement la même mauvaise volonté. On peut donc en conclure logiquement que le seul problème, c'est l'islam lui-même.
    C'est donc aux musulmans eux-mêmes d'en répondre ! C'est à eux de s'adapter, pas à nous.
    Pourtant on voit de plus en plus de filles voilées dans les rues ; des mosquées poussent comme des champignons, et parallèlement des calvaires et des croix disparaissent du paysage ; des cours de littérature ou de gymnastique sont empêchés ; des professeurs de philosophie sont menacés de mort ; dans certains quartiers pauvres la seule loi qui s'applique est celle des émirs ; on évite le porc dans les cantines scolaires ou on distribue des repas halal à tout le monde ; on supprime la jambon dans les Franprix de banlieue ; on fait donner les forces de l'ordre pour empêcher la distribution aux SDF de soupe au lard l'hiver. Personne ne proteste quand L'Oréal reconnaît embaucher de préférence le candidat à prénom musulman. On aménage des horaires spéciaux pour les femmes dans les piscines de Strasbourg ou de Lille ; et . le recteur de la mosquée de Paris parle d'une '' talibanisation '' de l'islam de France !



    Lire la suite
    Las Canals - Aveyron - 02/09/07 - Discours de Bruno MEGRET
    La rupture ou le simulacre
    Discours de clôture de la IXe université d'été du MNR

    Cent jours sont passés et l'état de grâce est toujours là. À l'évidence, Sarkozy impressionne, séduit et subjugue. Même pendant les vacances il est omniprésent. Et quand il rentre, il bat encore des records de popularité. Bref il a réussi et tout lui sourit à commencer par les médias. Sarkozy, ça marche : la rupture est au rendez-vous. D'ailleurs il n'a plus d'opposition et il est là pour longtemps. Pas étonnant dans ces conditions, nous dit-on, que la droite nationale soit en pleine décapilotade. Celle-ci se nourrissait des échecs et des turpitudes morales et idéologiques d'un système à bout de souffle. Or Sarkozy a rompu avec le système et il bâtit du neuf. Comme alternative politique, la droite nationale ne sert donc plus à rien. Sarkozy l'a détruite en la rendant obsolète.

    Lire la suite
    Las Canals - Aveyron - 02/09/07 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Les valeurs de civilisation contre l'auto-culpabilisation
    Discours à la IXe université d'été du MNR

    Il y a quelques jours j'en ai entendu une bien bonne qui servira d'introduction à mon propos sur l'auto culpabilisation. J'étais au Maroc, pour un trek dans l'Atlas avec quelques Français d'un assez bon niveau socioculturel. J'en ai entendu un expliquer aux autres que nous (comprendre les Français, les Européens) leur avions pris aussi leurs chiffres ! Voilà jusqu'où va se nicher le sentiment de culpabilité des Français : l'utilisation des chiffres arabes constitue un vol... Ce crétin est peut-être prêt à payer des royalties ?...Les Français sont tenus de croire qu'ils n'ont fait que du mal partout et tout le temps : en conséquence, ils doivent indéfiniment demander pardon. S'ils sont catholiques, c'est qu'ils cautionnent le massacre des Indiens et la destruction des civilisations d'Amérique du Sud (en omettant que ces civilisations étaient déjà moribondes bien avant l'arrivée des conquistadors.) Les Croisades sont maintenant présentées comme d'épouvantables agressions contre de brillantes sociétés incomparablement plus évoluées que les nôtres (en oubliant que c'était juste la riposte militaire à la conquête des plus anciens évêchés de la Chrétienté).

    Lire la suite
    Sèvres - 07/07/07 - Discours de Annick MARTIN
    Droite nationale : un avenir !
    Discours d'annick Martin au Conseil national du MNR

    Il n'y a aucune raison pour que la droite nationale française se délite alors qu'elle est en plein essor dans le reste de l'Europe et même du monde. En revanche, il est manifeste qu'elle a vieilli, que son image est ringarde et qu'elle est trop tournée vers le passé et le conservatisme. Il faut donc la rénover et pour ce qui est du MNR rendre notre mouvement '' visible '' et audible.


    Lire la suite
    Paris Moncassin - 31/03/07 - Discours de Bruno MEGRET
    Pour que ça change
    Discours de clôture au conseil national du 31 mars 2007

    Dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle, la situation est pour le moins paradoxale. Car les choses bougent mais on pourrait croire que rien ne change. À première vue le système politique est toujours là et bien là. Ses candidats dominent dans les médias et dans les sondages. Pour autant la campagne n'est pas dépourvue de sens et de messages. D'abord c'est clair, il y a une évolution très nette de la scène politique française vers la droite. Et le système est tellement rejetté que personne n'ose plus s'en réclamer, même pas les candidats du système. C'est pourquoi nous avons fait le bon choix. Le seul candidat qui incarne un véritable changement, le seul candidat qui exprime le rejet du système et porte le renouveau de notre pays, c'est Jean-Marie Le Pen.

    Lire la suite
    Paris - 10/01/07 - Discours de Bruno MEGRET
    Meilleurs voeux 2007
    Voeux à la presse de Bruno Mégret pour l'année 2007

    Les voeux que je voudrais formuler en ce début d'année pour la France et les Français sont ceux d'un grand changement politique. Je souhaite que notre pays, après des décennies d'immobilisme et de déclin politiquement correct, connaisse une période de renouveau. Et pour cela je formule deux voeux très simples : que Jean-Marie Le Pen franchisse la barre du premier tour de l'élection présidentielle et qu'il l'emporte au second.

    Lire la suite
    Sèvres - 04/11/06 - Discours de Bruno MEGRET
    En ordre pour 2007
    Discours de clôture du Conseil national

    Les trois conditions sont maintenant réunies pour un vrai basculement politique. La situation du pays devient de plus en plus critique. La classe politique est de plus en plus impuissante, incompétente et divisée. Enfin nos idées ont mûri et répondent parfaitement aux impératifs de la situation et aux aspirations de nos compatriotes. On peut donc assurer le renouveau de notre pays. Encore faut-il leur proposer une force crédible et déterminée. Et dans ce processus, dans cette alchimie politique qu'il faut réussir, le MNR a un rôle majeur à jouer. Il peut être le ferment, le catalyseur, le principe actif.

    Lire la suite
    Terride - 27/08/06 - Discours de Bruno MEGRET
    L'autre scénario pour 2007
    Discours de clôture de l'université d'été de 2006

    Les conditions peuvent être réunies pour qu'un autre scénario voie le jour en avril 2007. Un scénario qui ne serait pas un duel Royal-Sarkozy, mais un duel entre notre candidat et un candidat du système, avec cette fois la crédibilité pour bouleverser en profondeur la classe politique et l'emporter ou, à tout le moins, pour jeter les bases qui permettront de l'emporter la fois suivante. Avec l'Union patriotique, tout peut être différent de ce que nous avons connu jusqu'à présent. Les efforts extraordinaires que nous avons déployés pour tenir et durer peuvent porter leurs fruits. Nous pourrons être le ferment de cette alliance et rendre féconds et bénéfiques les succès à venir de notre courant. Le renouveau de notre nation peut être au rendez-vous. Il existe un autre scénario pour 2007.

    Lire la suite
    Sèvres - 20/05/06 - Discours de Bruno MEGRET
    Le retour du possible
    Intervention au conseil national du MNR du 20 mai 2006

    Nous nous approchons des échéances décisives de 2007. Et jamais sans doute la période n'a été aussi critique. D'un côté notre pauvre pays est au plus mal, mais de l'autre ceux qui sont responsables de ses maux n'ont jamais été en aussi mauvaise posture. Les Français n'en peuvent plus de cette classe politique impuissante et néfaste. Ils la sanctionnent à chaque élection. Le seul problème est qu'ils ne voient pas encore la force politique alternative qui pourrait rompre avec les errements actuels et leur rendre l'espoir. Pourtant cette force existe potentiellement. Le projet, les valeurs et les méthodes que cette force doit incarner, au MNR nous les connaissons, nous les avons pensés et mis en forme. Nous avons en quelque sorte les plans de cette force de renouveau. Ils sont là dessinés, calculés, testés et prêts à être mis en oeuvre. Quant aux gros bataillons qui doivent constituer la substance de cette force ils sont là aussi en ordre dispersé, inconscients de ce qu'ils pèsent, mais ils sont là. Dès lors tout est possible. Y compris le renouveau de la France.

    Lire la suite
    Paris Saint-Germain des Près - 14/01/06 - Discours de Bruno MEGRET
    Du pouvoir pour le pouvoir
    Intervention au sixième colloque "avenir de l'Europe" Peut-on encore gouverner la France ?

    Alors que notre pays s'enfonce dans la crise, beaucoup s'interrogent : peut-on encore assurer le renouveau de la France ? Pareille entreprise de redressement nécessite en effet des moyens considérables et l'on est en droit de se demander si, en l'état actuel, nous sommes encore capables de procéder aux transformations de fond sans lesquelles notre pays ne pourrait que déperrir. En vérité, il n'y a aucune fatalité. Pour engager le redressement, il faut simplement que le pouvoir politique et l'Etat retrouvent la puissance et la souveraineté qui permettent d'agir. Pour peu qu'ils s'en donnent les moyens, les Français peuvent renouer avec le politique au sens noble du terme et la France, comme son État, retrouver un minimum de moyens d'action.

    Lire la suite
    Sèvres - 19/11/05 - Discours de Bruno MEGRET
    Préparer la relève
    Conseil national : Préparer la relève

    Nos idées progressent de plus en plus, elles ont le vent en poupe. La classe politique est en crise, la gauche n'a plus rien à proposer, l'UMP est en échec permanent, quant à Le Pen, il est au bout de son parcours et n'incarne plus aucun avenir ni aucun espoir. Or les Français n'en peuvent plus, ils ne veulent plus du système politique, ils aspirent à autre chose, ils attendent une force nouvelle, crédible, qui parle vrai, qui soit porteuse de convictions, de courage et de lucidité. Nous pouvons être cette force de renouveau qui permettra à notre pays de connaître un sursaut.

    Lire la suite
    Paris - Saint-Germain-des-Prés - 24/09/05 - Discours de Roger PSEUDUN
    L'immigration : un danger
    Intervention au colloque "l'immigration est-elle une fatalité ?"

    COMBIEN D'IMMIGRÉS ? QUELQU'UN LE SAIT-IL ?

    Durant des années, la gauche, et la droite officielle à sa traîne, ont minimisé le problème et nous ont seriné qu'il n'y a pas plus d'immigrés que dans les années 30, et que prétendre le contraire, c'est céder aux fantasmes xénophobes d' '' extrême droite '', etc.

    Ensuite de quoi, M. Azouz Begag, ministre délégué à la promotion de l'égalité des chances (sic), vient nous dire qu'il faut plus de '' diversité ethnique et culturelle '' (re-sic) dans la société française, les entreprises, l'Assemblée nationale, les médias, etc. ('' Le Monde '', 11-12 septembre 2005). Il utilise même l'expression '' black-blanc-beur '', qui est celle du lobby immigrationniste depuis des années, en substitution de l'évocation des trois couleurs de notre drapeau, ce qui, sauf erreur, est une nouveauté dans la bouche d'un ministre de la République française, et qui n'est pas du meilleur goût...



    Lire la suite
    Paris - Saint-Germain - 24/09/05 - Discours de Bruno MEGRET
    Immigration : pas de fatalité !
    Intervention au colloque "l'immigration est-elle une fatalité ?"

    L'immigration est une terrible réalité, mais ce n'est pas une fatalité. Car elle est avant tout le fruit de la politique menée depuis des années par le système qui nous dirige. Et une autre politique est possible qui pourrait changer complètement les évolutions actuelles et résoudre très largement le problème. Sur la question des clandestins, des nouveaux migrants, des immigrés en situation régulière, comme sur celle du code de la nationalité, de nouvelles solutions sont possibles.

    Lire la suite
    Paris - Saint Germain-des-Prés - 24/09/05 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Un danger pour notre identité
    Intervention au colloque "l'immigration est-elle une fatalité ?"

    En abordant le thème de l'immigration j'ai conscience que l'affaire est difficile à déployer devant un public qui connaît déjà particulièrement bien le sujet ... Pour nous, nous avons déjà consacré plusieurs colloques et manifestations, plusieurs publications et plusieurs réunions sur ce sujet ; depuis le cri d'Ordre Nouveau en 1973 '' Halte à l'immigration sauvage '', jusqu'à nos récentes campagnes contre l'islamisation de la France, nous n'avons cessé d'alerter l'opinion sur les dangers de l'immigration. Il ne s'agit pas ici de produire un discours xénophobe, et d'ailleurs dans bien des cas nous avons plus d'estime pour certains étrangers - en raison de leurs combats et de leurs luttes - que pour certains de nos prétendus compatriotes... Nous avons tous dans un coin de la mémoire ces vers de Pascal Bonetti qui préfacent le beau livre de Bonnecarrère :
    Qui sait si l'inconnu qui dort sous l'arche immense
    Mêlant sa gloire épique aux orgueils du passé
    N'est pas cet étranger devenu fils de France
    Non par le sang reçu mais par le sang versé ?
    Il ne s'agit donc pas de xénophobie mais d'auto-défense.

    Lire la suite
    Paris - Saint Germain-des-Prés - 24/09/05 - Discours de Annick MARTIN
    Retour et développement
    Intervention au colloque "l'immigration est-elle une fatalité ?"

    L'immigration extra-européenne massive met en péril par sa nature la pérennité de l'identité française et européenne. Aujourd'hui, l'INSEE annonce officiellement que 9 % de la population de la France métropolitaine est originaire d'Afrique et d'Eurasie, c'est-à-dire de Turquie. Ces 9 % sont à l'origine de 16 % des naissances ; ce sont donc 110 000 Français non européens qui naissent chaque année du fait du droit du sol. A ce rythme, dans 25 ans, notre pays comptera 10 millions de résidents légaux extra-européens, soit 15 % de la population, qui assureront 30 % des naissances. Un tiers des Français seront donc extra-européens en 2030... La situation n'est guère plus brillante en Europe, puisque déjà en 2002, l'Europe des 15 accueillait 15 millions d'extra-européens (4 % de la population des Quinze), sans compter ceux qui avaient déjà acquis la nationalité de leur pays de résidence.
    C'est pourquoi l'immigration est le défi majeur que doit relever non seulement notre pays, mais l'Europe toute entière.


    Lire la suite
    Paris - Saint Germain-des-Prés - 24/09/05 - Discours de Yves DUPONT
    Préférence et assimilation
    Intervention au colloque "l'immigration est-elle une fatalité ?"

    L'assimilation est une notion qui s'oppose à celle d'intégration. Depuis que la classe politique reconnaît qu'il y a un problème posé par des populations venues d'ailleurs, celle-ci ne cherche qu'à apporter une seule réponse, celle de l'intégration. Or qu'est-ce qu'intégrer ? C'est incorporer une substance dans une autre sans que ni l'une ni l'autre ne voit ses propriétés être modifiées. En un mot, l'intégration est un mélange. C'est d'ailleurs dans ce sens que le mot est couramment utilisé par exemple en cuisine ou dans les protocoles industriels. L'intégration des populations c'est exactement cela : on cherche à amalgamer sur notre sol des populations déracinées, d'horizons différents, de cultures différentes. On cherche à les intégrer à un cadre administratif dans l'espoir que tout ce monde cohabitera tant bien que mal. C'est le modèle américain qui juxtapose des populations différentes, des Européens, des Africains, des Chinois, des Hispano, toutes ces communautés conservant intact leur caractère propre. C'est un vrai mélange, ce que traduit bien l'expression de melting pot.

    Lire la suite
    Terride - 28/08/05 - Discours de Bruno MEGRET
    La crise des fauteurs de crise
    Discours de clôture de l'Université d'été du MNR

    ''L'intégration ça marche'', ''l'Europe est notre avenir'' et ''la mondialisation est bénéfique'', telles sont les trois idées fondamentales qui organisent tout dans notre pays. Or ces ides sont des idées fausses. Tout l'édifice politique et intellectuel de la pensée unique repose donc sur du vent. Quant aux hommes, Les politiques n'ont plus aucun pouvoir. La prétendue élite dirigeante, responsable de tous les échecs de notre pays, a perdu toute légitimité. Ce sont les médias qui exercent le plus de pouvoir et en leurs sein, les plus puissants sont les saltimbanques, les Ardisson, les Coué, les Ruquier, les Fogiel, les Zéro. Le fou du roi est monté sur le trône et continue à faire le pitre. Les fauteurs de crise sont actuellement en pleine crise. Ceux qui, au fil des décennies écoulées, ont provoqué le déclin de notre pays sont aujourd'hui eux même en déclin.

    Lire la suite
    Château de Terrides - 27/08/05 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Tourner la page de mai 68
    Intervention à l'université d'été 2005 du MNR

    Les ''événements de mai 68'' constituent une espèce de tsunami politique, social et culturel qui a déferlé sur la France : aussi brutal et irrépressible, aussi destructeur et stérile. Comme un raz de marée, il s'est retiré de lui-même mais il a laissé derrière lui des traces qu'on retrouve partout aujourd'hui : la haine de la France et le mépris des Français, et plus largement, la haine de la société occidentale, de ses réalisations, de son histoire et de son avenir, la haine du Blanc, de l'Européen, du Catholique, en un mot la haine de soi, ''la francophobie'', voire ''l'europhobie.'' Il s'agit d'un poison mental, d'une intoxication fatale dont nos compatriotes doivent se guérir - ou être guéris - avant de pouvoir envisager ne fut-ce que l'espoir d'un renouveau !

    Lire la suite
    Château de Terrides - 27/08/05 - Discours de Bernard BRES
    L'école peut-elle être sauvée ?
    Intervention à l'université d'été 2005 du MNR

    Aujourd'hui, l'Éducation dite ''nationale'' est un monstre froid qui engendre des barbares. Elle compte pourtant 1 700 000 fonctionnaires dont près de 900 000 enseignants, elle absorbe 20 % du budget et malgré cela, des élèves entrent en Sixième en ne sachant pas lire ! Et comment en serait-il autrement ? On y met en oeuvre des préceptes absurdes : les enfants auraient tous les mêmes aptitudes, toute sélection serait nocive, l'apprentissage ne pourrait se faire que dans le cadre du plaisir, toute contrainte devrait être proscrite, tout ce qui est ancien serait mauvais par essence. Aussi faut-il, face à ces principes absurdes, un grand changement porté par des mesures audacieuses. Par exemple : le libre choix de l'école par les parents, plus d'autonomie pour les établissements, la fin de la dictature des syndicats, la remise en cause du collège unique, le rétablissement des notes, des prix et du classement, le retour de la neutralité à l'école.

    Lire la suite
    Château de Terrides - 27/08/05 - Discours de Roger PSEUDUN
    Désislamiser la France
    Intervention à l'universit d'été 2005 du MNR

    L'islamisation de notre pays se poursuit. Il s'agit là d'une entreprise politique d'hégémonie. Nous ne contestons pas aux musulmans le droit de pratiquer leur religion en privé. Le problème est ailleurs : sous couvert d'activités religieuses, nous avons affaire à un parti islamiste qui déguise ses initiatives politiques sous des apparences religieuses. Notre civilisation est incompatible avec l'islam et il est préférable que les deux se développent sur des territoires distincts. Comme c'est l'islam qui nous envahit, il nous faut résister à cette conquête et le contenir en ses territoires traditionnels.

    Lire la suite
    Château de Terrides (Tarn-et-Garonne) - 26/08/05 - Discours de Francis DUCREUX
    La réalité de la crise française
    Intervention à l'université d'été 2005 du MNR

    La crise dont souffre actuellement notre pays affecte tous les secteurs de notre vie quotidienne. Sa durée et son intensité sont telles que d’aucuns la tiennent pour irréversible.

    Plus concrètement et largement perçue sous son aspect politique, économique et social, elle est surtout spirituelle, éthique, intellectuelle, psychologique ...

    C’est pour éviter de sombrer dans la décadence qu’il importe, au plus tôt, de remédier à cette situation morbide, consécutive à une rupture d’équilibre.

    Lire la suite
    Paris - George V - 12/06/05 - Discours de Bruno MEGRET
    Une stratégie pour la France
    Intervention au colloque : Quel avenir pour la France ?

    La France est une très grande nation. Et même si elle est aujourd'hui en retrait, elle possède encore de façon potentielle les bases et le souffle pour un renouveau d'envergure. Encore faut-il qu'elle se fixe une stratégie. À l'extérieur, la France pourrait s'ériger en moteur d'une l'Europe européenne, indépendante et puissante par une démarche concrète, non institutionnelle et audacieuse, reposant sur un noyau dur de quelques États. À l'intérieur, la France doit développer un modèle original fondé sur un renouveau économique et une nouvelle cohésion nationale. Si une telle stratégie était suivie avec détermination, la France pourrait redevenir la première puissance en Europe et l'Europe pourquoi pas la première puissance dans le monde.

    Lire la suite
    Paris Georges V - 24/05/05 - Discours de Bruno MEGRET
    Votez non à la constitution
    Votez non à la constitution
    Discours au meeting pour le Non


    L'entreprise bruxelloise est trompeuse car elle ne mène pas à l'Europe. Il ne faut pas pour autant demander l'isolement et le repli dans une démarche passéiste et ringarde. Nous devons proposer une autre voie pour l'Europe : l'Europe européenne, indépendante et puissante. Le non peut être l'occasion d'un grand virage qui nous ferait tourner le dos au déclin, à la soumission, aux repentances, à la dilution, à la misère et aux injustices. Les Français peuvent prendre l'initiative de lancer ce grand mouvement de renaissance en disant non à la classe politique, non à l'abaissement de la France, non à la destruction de l'Europe, non à la Turquie, non à la constitution, non au référendum !

    Lire la suite
    Paris George V - 24/05/05 - Discours de Annick MARTIN
    Turquie et islamigration
    Turquie et islamigration, deux raisons de dire non, intervention au meeting du non

    Le premier argument pour le non est de toute évidence la nécessité de faire barrage à l'entrée de la Turquie dans l'Europe. Car dans cette constitution, il y a un passager clandestin : c'est la Turquie. Je ne m'étendrai pas sur ce sujet, mais il faut indiquer à ceux qui n'auraient pas eu le courage d'aller jusqu'à la page 165, que l'acte final a été signé par les 25, les 2 nouveaux (Bulgarie et Roumanie) et ... la Turquie (Türkiye Cumhuriyeti Adina). Le deuxième argument est lié à la conjugaison de deux problèmes : l'islamisation et l'immigration que l'on peut appeler l'islamigration. Alors pour dire non à la Turquie, pour dire non à l'islamigration, il faut dire non à la constitution !

    Lire la suite
    Paris George V - 24/05/05 - Discours de Bruno MEGRET
    Recomposition en vue
    Recomposition en vue au lendemain du 29 mai
    Discours au meeting pour le Non


    Au-delà d'une prise de conscience sur les véritables enjeux de la construction européenne, la victoire du Non le 29 mai serait, à l'évidence, un désaveu cinglant pour la classe politicienne qui, de l'UMP au PS en passant par l'UDF et les Verts, fait activement et parfois hystériquement campagne en faveur du Oui au référendum promettant si le Non l'emporte un séisme ou un Tsunami ! On ressent bien, indépendamment des enjeux européens, la peur sous-jacente de la classe politicienne face à la défiance et à l'hostilité de moins en moins cachée du peuple français à son égard. Car si le Non gagne dimanche prochain, il ne s'agira pas d'un simple mouvement d'humeur de l'électorat mais d'un rejet franc, massif et profond du système. Et la victoire du Non permettra une recomposition ou du moins les prémices d'une recomposition politique au sein de laquelle le MNR aura une place centrale.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 09/04/05 - Discours de Bruno MEGRET
    La civilisation, le nouvel enjeu
    Intervention au colloque ''La civilisation, le nouvel enjeu ?''

    La configuration du monde est en train de changer. Il n'est plus bipolaire mais devient multipolaire, chaque pôle correspondant à l'une des grandes civilisations de la planète. Ainsi en ce début du XXIe siècle, les civilisations sont devenues les nouveaux vecteurs de l'histoire et de la politique. Ce changement d'échelle représente pour les Européens un véritable défi qu'ils sont pratiquement les seuls à devoir relever. Car, l'Europe est la seule civilisation à devoir s'adapter au choc des civilisations. Les autres y sont prêtes puisqu'elles sont déjà érigées en État comme la Chine, le Japon, l'Inde et bien sûr les États-Unis. Certes, il y a l'Union européenne, mais celle-ci ignore les deux impératifs essentiels que sont l'identité et la puissance. Il faut donc ouvrir une voie nouvelle. Pour défendre notre identité, retrouver la puissance, peser dans le monde et rester dans l'histoire il faut faire entrer notre civilisation dans le champ du politique.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 09/04/05 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Les valeurs de notre civilisation
    Intervention au colloque "La civilisation, le nouvel enjeu ?"

    Ayant inventé en Grèce la cité, la liberté sous la loi, la science et l'école, puis à Rome la ''personne", le droit et la propriété privée, ayant choisi d'utiliser la raison humaine dans les deux registres de la science grecque et du droit romain pour inscrire dans l'histoire l'éthique chrétienne, l'Europe marche depuis l'origine vers toujours plus de liberté. De sa liberté, l'Européen se sert dans l'action et pour l'action. Les Européens comprirent les premiers que le monde pouvait être transformé au profit de l'homme et que cette tâche était à leur portée. Enfin le secret de la réussite universelle européenne est l'esprit d'équilibre et de modération. Elle s'est manifestée notamment dans le système politique que les peuples européens sont les seuls à avoir mis en place au fil des siècles sur leur territoire

    Lire la suite
    Paris Bercy - 09/04/05 - Discours de Yves DUPRES
    Mortelle, notre civilisation ?
    Intervention au colloque "La civilisation, le nouvel enjeu ?"

    Toute construction, toute entreprise humaine est mortelle... Pourquoi notre civilisation échapperait-elle à cette règle ? Notre déclin est-il inéluctable ? Nous ne le pensons pas, car à nos maux, il y a des responsables qui par bêtise, lâcheté, aveuglement, ou intérêt laissent la situation se dégrader. Ils invoquent la fatalité. Ils devraient pourtant savoir que l'Histoire n'est que le fruit de l'action des hommes. Ils ne peuvent pas non plus se réfugier derrière l'ignorance car depuis des siècles, l'Histoire nous enseigne aussi comment naissent, se développent et meurent les civilisations. Dans le cas des civilisations précolombiennes l'échéance était inéluctable. Même si Cortès ou Pizarre avaient été vaincus, d'autres conquistadors seraient venus et auraient fini par triompher tant leur supériorité était flagrante ; dans d'autres cas par contre, rien n'était écrit. L'empire romain n'est pas mort à cause des invasions germaniques ; il s'est effondré lorsque ses citoyens n'ont plus eu le courage de se battre et de travailler, lorsque les vertus qui fondaient leur force les eurent désertés. Battons nous pour que perdure notre civilisation.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 09/04/05 - Discours de Annick MARTIN
    Le choc des civilisations
    Intervention au colloque "La civilisation, le nouvel enjeu ?"

    Le choc des civilisations est un phénomène nouveau et récent ; au point que son existence même a donné lieu à une véritable polémique. Il s'agit pourtant non seulement d'une réalité mais d'une véritable clé pour comprendre les affrontements d'un type nouveau que nous vivons et pour évaluer les menaces qui pèsent sur notre civilisation. La civilisation européenne se trouve confrontée à ses propres interrogations et son destin est d'autant plus problématique que ses adversaires sont conscients de sa faiblesse. Face à la fragilisation de la civilisation européenne, l'islam, parce qu'il est intrinsèquement fondamentaliste, restera toujours l'islam. La civilisation européenne restera-t-elle toujours la civilisation européenne ?

    Lire la suite
    Paris Bercy - 09/04/05 - Discours de Yves DUPONT
    De la nation à la civilisation
    Intervention au colloque "La civilisation, le nouvel enjeu ?"

    Lorsque l'on énumère les cercles d'enracinement que sont la famille, la province, la nation et la civilisation, on présente la civilisation - pour nous, l'Europe - comme le cercle d'attachement le plus éloigné. Est-ce bien logique aujourd'hui ? Car ce qui fonde le sentiment d'appartenance au groupe, c'est un ensemble de caractères communs mais aussi la présence d'une menace sur l'existence du groupe. Durant le Haut Moyen Age, lorsque les grands féodaux s'affrontaient les uns aux autres, l'attachement à la province était plus fort que l'attachement à la nation au demeurant en construction. Aujourd'hui, c'est la civilisation européenne qui est en péril. Et ce qui pose problème dans les quartiers où cohabitent des communautés différentes ce sont les différences de culture bien plus que les différences nationales. Notre principal cercle d'appartenance est maintenant notre civilisation plus encore que notre nation.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 12/02/05 - Discours de Bruno MEGRET
    L'Europe première puissance
    Intervention au colloque ''L'Europe, première puissance ?''

    J'accuse les promoteurs de l'Europe bruxelloise de pervertir l'Europe. Leur projet, s'articule autour des droits de l'homme et du mondialisme économique, deux notions qui n'ont rien de spécifiques à l'Europe. Dès lors cette construction prétendument européenne n'a rien d'européenne et ne mène pas à l'Europe. Il ne s'agit pas de détruire les nations pour ériger une super nation. Mais de détruire les nations pour les diluer dans un ensemble qui se diluera lui-même dans le reste du monde. La construction européenne ne construit pas l'Europe. Aussi faut-il lui opposer un autre projet, celui d'organiser notre continent pour que l'Europe devienne la première puissance mondiale. Cela passe par la démographie, l'industrie, la science, la monnaie et la défense, les cinq priorités incontournables aux quelles devraient se consacrer les autorités européennes !

    Lire la suite
    Paris Bercy - 12/02/05 - Discours de Bernard BORNETTE
    L'offensive industrielle
    Intervention au colloque "L'Europe, première puissance ?"

    L'économie européenne est atone : de 2003 à 2005 le PIB de la zone euro n'aura progressé que de 3,8 %, pour 10,4 % aux USA.... et 26 % en Chine. Pourtant au sommet de Lisbonne en 2000 les Quinze s'étaient engagés à rendre l'économie européenne la plus compétitive du monde. On n'en demande pas tant dans l'immédiat, mais au moins que l'on cesse de se faire distancer. Il y a donc une urgente nécessité pour l'Europe à lancer une stratégie industrielle offensive dans tous les secteurs clefs pour reconquérir une position de premier plan.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 12/02/05 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Qu'est-ce que l'Europe ?
    Intervention au colloque "L'Europe, première puissance ?"

    L'Europe est une réalité qui n'a pas à ''se construire'', c'est une réalité géographique, une réalité humaine tant anthropologique qu'historique, une réalité civilisationnelle. Paul Valéry appelait l'Europe ce ''petit cap du continent asiatique'', pourtant personne n'a jamais parlé d'un ''sous-continent'' européen ! La sémantique nous donne d'emblée une indication de première importance sur la réalité continentale de l'Europe. L'Europe a été un phare de l'humanité. Et nous ne pouvons admettre qu'il s'éteigne.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 12/02/05 - Discours de Annick MARTIN
    Le renouveau démographique
    Intervention au colloque "L'Europe, première puissance ?"

    L'Europe pourrait redevenir une très grande puissance, voire la première puissance mondiale, à condition d'être offensive sur le plan industriel, scientifique et monétaire. Mais il est certain que cette renaissance ne pourra se faire si l'Europe ne prend pas conscience d'une autre nécessité, tout aussi stratégique, celle d'un renouveau démographique. En effet, nous traversons une très grave crise démographique : l'Europe ne renouvelle plus ses générations. Faute d'une natalité suffisante, et du fait de l'allongement de la durée de vie, on observe un vieillissement très préoccupant des européens avant d'assister, si rien ne change, à une diminution pure et simple de la population. Il faut donc renoncer au palliatif inadapté qu'est l'immigration et oser faire de la natalité une priorité nationale et européenne !

    Lire la suite
    Paris Bercy - 12/02/05 - Discours de Yves DUPONT
    Le rayonnement scientifique
    Intervention au colloque "L'Europe, première puissance ?"

    La puissance européenne s'est bâtie sur le développement industriel, lui même assis sur le formidable essor des sciences et des techniques. Toute l'aventure industrielle du XIXe siècle repose sur les formidables avancées en électromagnétisme et en thermodynamique auxquelles sont associés les noms de grands savants pour la plupart européens. Ampère, Carnot, Faraday, Maxwell, Hertz, Lorentz et tant d'autres sont à l'origine de ces progrès exceptionnels. Est-ce encore le cas ? On pourrait penser que cette prééminence s'est estompée et que maintenant l'Europe n'a plus de rôle prépondérant en matière scientifique. Pourtant les Européens gardent encore une large part des découvertes fondamentales et la véritable richesse européenne est sa capacité à mener la science mondiale. Il est temps de s'en redonner les moyens.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 12/12/04 - Discours de Roger PSEUDUN
    L'islam hégémonique
    Intervention au colloque "L'islam, jusqu'où ?"

    Une question politique et non religieuse
    Voyant les affiches du MNR '' Non à l'islamisation'' on pourrait craindre que nous ne prônions une nouvelle guerre de religion ; les chefs islamiques ne se font pas faute d'ailleurs de prendre la posture des persécutés pour rassembler les sympathies et attirer sur nous les foudres de la critique, et même de la répression.
    Il n'en est rien.
    Il est vrai que nous défendons les racines chrétiennes de l'Europe, tout simplement parce qu'elles sont, avec d'autres, une composante essentielle de notre identité. Mais en tant que parti politique, nous ne sommes liés à aucune religion et nous ne déclarons la guerre à aucune religion. La pratique religieuse des personnes appartient à la sphère privée et ne nous concerne pas. Comme l'écrit Bruno Mégret : '' La liberté de culte, le droit d'honorer le dieu de son choix constitue, bien sûr, un droit essentiel et je le respecte pleinement. Je ne mets donc nullement en cause le droit des musulmans actuellement présents en France à pratiquer leur religion. Et c'est d'ailleurs bien ce qu'ils font. Personne ne leur conteste ce droit. Ils ne sont nullement empêchés de pratiquer. Le problème n'est donc pas là. ''
    Ce n'est pas une vue de l'esprit. Mme Betoul Fekkar-Lambiotte, la seule femme initialement pressentie pour le Conseil français du Culte musulman, en a démissionné le 8 février 2003 pour '' attirer l'attention sur la montée progressive de l'intégrisme musulman ''. Elle accuse l'Union des Organisations islamiques de France (UOIF) de diffuser '' un islam parfaitement rétrograde, sans la moindre perspective d'adaptation à la République '' (Libération, 10/02/03). Pour elle, la pratique religieuse est personnelle et n'a pas besoin de mosquées. Elle affirme : '' J'ai été une inspectrice de la République Française, et j'exigeais que les musulmanes se mettent en maillot et prennent les cours de natation.''
    En réalité, le problème que pose l'islam à la société française est un problème de société, un problème politique, non un problème religieux.


    Lire la suite
    Paris-Bercy - 11/12/04 - Discours de Bruno MEGRET
    Relever le défi de l'islam
    Pour contrer l'offensive politique de l'Islam. Intervention au Colloque l'Islam jusqu'où ?

    Nous respectons l'Islam en tant que religion. Mais nous nous opposons au projet politique des islamistes de mettre en pratique le Coran sur notre sol dans toutes ses conséquences publiques, politiques et sociales. L'Islam, qui est en pleine offensive démographique et politique, est en effet incompatible avec notre civilisation européenne et chrétienne et peut donc nous détruire. Pour contenir l'offensive politique de l'Islam, il est essentiel de limiter l'immigration, d'écarter l'Islam de l'espace public, de réaffirmer nos valeurs et notre identité et de combattre le terrorisme islamique dans le monde. Enfin il est capital de maintenir la Turquie à l'extérieur des frontières de l'Europe. L'Islam est le défi numéro un qu'il nous faut relever.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 11/12/04 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Notre identité face à l'islam
    La défense de l'identité face à l'immigration musulmane. Intervention au Colloque l'Islam jusqu'où ?

    Ce qu'il faut rappeler en premier lieu à nos compatriotes, c'est que tout ce dont ils bénéficient aujourd'hui est d'origine exclusivement européenne. C'est en Europe et nulle part ailleurs que s'est construite toute notre civilisation : l'invention de la cité et de la liberté sous la loi par Athènes, la création du droit, la conceptualisation de la personne et la reconnaissance de la propriété privée à Rome, leur synthèse et leur valorisation dans la Chrétienté, les Lumières, l'essor des sciences et des techniques, la Révolution industrielle sont des événements qui n'ont eu lieu qu'en Europe et dont nous sommes tous les bénéficiaires aujourd'hui.

    Lire la suite
    Paris Bercy - 11/12/04 - Discours de Yves DUPONT
    Réponse politique à l'islam
    Le combat politique face à la subversion islamiste. Intervention au Colloque l'Islam jusqu'où ?

    Dans l'esprit du public, l'islam est une religion avec son corpus de dogmes et de préceptes. Et le responsable politique se trouve a priori bien désemparé pour prendre des mesures qui iraient à l'encontre d'une religion et d'un culte. Chacun sent bien que l'on touche là à la sphère privée, aux croyances, aux convictions intimes, et il n'est pas dans la tradition occidentale que l'Etat s'immisce au plus profond de la sphère privée. C'est donc sur un terrain exclusivement politique qu'il faut lancer la contre offensive. La politique islamiste doit se combattre de la même façon que l'on a combattu - ou que l'on aurait du combattre - le communisme qui lui aussi visait à un changement radical de la société.

    Lire la suite
    Sèvres - 27/11/04 - Discours de Bruno MEGRET
    Quand l'UMP vire au rose
    Discours au Conseil national du MNR

    Le MNR poursuit son combat avec détermination et conviction. Un combat rendu chaque jour plus nécessaire par l'augmentation des difficultés que connaissent les Français et par l'échec cuisant de l'UMP, qui, loin de les résoudre, mène la politique de la gauche. Depuis son arrivée au pouvoir, l'UMP entreprend en effet ce qu'on n'attendait pas d'elle mais ne réalise pas ce qu'on attendait d'elle. Elle fait par exemple voter un texte anti-homophobe mais ne réduit pas les impôts. Elle veut instaurer un CV anonyme mais n'endigue pas l'immigration. Sur tous les plans, Côte d'Ivoire, islamisation, économie, Turquie, c'est souvent pire que la gauche. L'UMP vire au rose.

    Lire la suite
    Thenissey - 30/08/04 - Discours de Bruno MEGRET
    Pour le retour du politique
    Discours de clôture de l'université d'été du MNR

    Lorsque l'on contemple le spectacle de décadence qu'offre aujourd'hui notre pays, on ne peut qu'être inquiet. Pourtant il faut conserver l'espoir car tout demeure possible. Les causes du déclin ne résultent pas d'une fatalité mais de l'action néfaste de certaines de nos élites qui ont réussi à substituer au pouvoir politique le pouvoir des médias et de la justice. Or ce pouvoir d'influence et de contrôle ne peut, par nature, rien accomplir. Dès lors, notre pays ne peut qu'aller à vau-l'eau. Pour contrer ces phénomènes délétères, il suffit donc de réhabiliter la politique, de rendre la puissance à l'État et à notre pays. Or, cela peut se produire presque mécaniquement car la puissance est en train de revenir grâce à l'Europe. Et si elle revient, notre peuple, va s'en trouver transformer. Quelles que soient son apathie, la puissance peut le transcender et le pousser à reconquérir ses prérogatives politiques. Et si la politique et la puissance reviennent, le renouveau suivra.

    Lire la suite
    Thénissey - 30/08/04 - Discours de Yves DUPONT
    Défendre nos valeurs
    La défense de nos valeurs de civilisation : un enjeu vital. Discours à l'université 2004

    La question de la civilisation est bien évidemment au coeur de nos préoccupations et on pourrait légitimement penser qu'il en est ainsi pour toute personne intéressée par la politique. Curieusement, il semble que nous soyons à l'heure actuelle les seuls sur la scène politique à avoir ce genre de préoccupations, lesquelles constituent pourtant l'essence du politique. Il y a quelques mois, j'étais invité à un café philosophique sur le thème des différences entre la gauche et la droite. Il y avait là un représentant de l'UDF, conseiller général au demeurant sympathique, envoyé par la droite, qui nous a expliqué qu'il n'était pas de droite mais plutôt de gauche, et de nombreux représentants de gauche qui ont parfaitement résumé les préoccupations de leur courant : la défense des populations, et singulièrement des plus démunis, qui vivent à un instant donné sur un territoire donné, tour cela enrobé à la sauce des droits de l'homme. Aucune préoccupation liée à notre héritage, à notre culture, à nos valeurs, bref, à ce que nous sommes.

    Lire la suite
    Thenissey - 29/08/04 - Discours de Annick MARTIN
    Le MNR maintient le cap
    Discours de l'université d'été 2004

    Un parti politique, à l'instar de toute entreprise, se construit dans la durée et avec ténacité, et j'ajouterais : sans états d'âme. Au cours des ateliers, on a rappelé longuement les circonstances qui, petit à petit, ont fait du MNR un parti politique nouveau, qui possède aujourd'hui sa propre identité. Cela n'a pas toujours été facile, il nous a fallu revoir notre discours dans sa forme, sans pour cela renoncer aux lignes de force de notre programme. Il a fallu aussi appréhender des situations politiques nouvelles : le passage à l'euro, l'Europe des 25 et bientôt l'arrivée d'une constitution européenne. Mais nous n'avons jamais perdu de vue nos grands objectifs. Ainsi, nous avons été les premiers à lancer une campagne contre l'entrée de la Turquie dans l'Europe, puis de nouveau les premiers à oser une campagne contre l'islamisation de notre pays. Sur la protection sociale , nous avons fait les propositions les plus justes et les plus favorables à notre pays concernant les retraites. Et c'est plus globalement pour notre peuple, pour sa liberté et pour la France, que le MNR, avec vous, avec votre courage, avec votre détermination, maintient le cap.

    Lire la suite
    Thenissey - 29/08/04 - Discours de Luc VAN ENGELANDT
    Pour une écologie de qualité
    Face aux atteintes à l'environnement : une écologie de qualité. Discours à l'université 2004

    Parmi les périls qui menacent la France et l'Europe, les dangers qui pèsent sur l'écologie sont à mettre au premier plan. L'heure est donc venue de faire entendre un message mettant en avant la notion de responsabilité, le goût de l'effort et surtout un retour à des valeurs humaines et environnementales qui permettent de lutter contre toutes ces formes de pollution qui intoxiquent nos corps et nos esprits.

    Lire la suite
    Thénissey - 29/08/04 - Discours de Thierry CUVILLIER
    Réforme de la Sécu
    La réforme de la Sécu : l'échec prévisible. Discours à l'université 2004

    En tant que simple citoyen contribuable électeur mais également acteur du système de santé, j'ai eu envie de comprendre quelles étaient les propositions présentées par notre ministre de la Santé, M. Philippe Douste-Blazy, concernant la réduction du déficit endémique de la sécurité sociale (22 300 Euros/minute !). Dans un premier temps, je vais rappeler la situation comptable du système de santé français actuel. Ensuite, je mentionnerai brièvement la chronologie des événements qui ont permis de faire paraître au Journal officiel du 17 août 2004 le texte de loi relatif à l'assurance maladie. En troisième partie, je montrerai les principales orientations de cette loi qui ambitionne la mise à plat d'ici 2007 du déficit annuel d'environ 14 milliards d'euros.

    Lire la suite
    Thenissey - 28/08/04 - Discours de Yves DUPRES
    Recomposition à droite
    Discours de l'université d'été 2004

    Les conditions pour voir émerger une vraie droite sont au nombre de trois : le déclin du Front National, l'échec puis l'implosion du conglomérat UDF/ RPR, enfin, l'essor d'un pôle à la fois ferme dans ses principes et intelligent et novateur dans leur formulation. La nouvelle droite que nous appelons de nos voeux, se devra d'affirmer sans complexe, un certain nombre de principes : défense de l'identité française face aux différents phénomènes de dilution, promotion de la civilisation européenne face à la montée de l'Islam, affirmation des valeurs qui ont forgé la grandeur de notre Nation, combat pour les libertés individuelles et collectives menacées dans de nombreux domaines, ceux de l'économie et de la pensée en particulier.

    Lire la suite
    Thenissey - 28/08/04 - Discours de Roger PSEUDUN
    Le PS : l'opposition par défaut
    Discours à l'université d'été 2004

    Depuis la Libération, la gauche occupe une position hégémonique sur le plan idéologique. Mais de plus en plus, le PS doit composer avec la réalité. Et le 21 avril 2002, la réalité s'est vengée des lubies socialistes et à infliger à Jospinun échec cinglant. Et cet échec n'est que la traduction électorale d'un échec historique, qui touche aussi le parti communiste et les autres partis de gauche. Aujourd'hui les contradictions internes se multiplient et pour affirmer son identité de gauche, le PS choisit la fuite en avant dans la défense des causes les plus douteuses : le mariage homosexuel, l'affaire Battisti. Le parti socialiste ne porte plus de grand projet. Conduit par des chefs, soucieux d'abord de leur avenir personnel, ce parti ne constitue plus un recours, il n'est qu'une fausse opposition, une opposition par défaut.

    Lire la suite
    Thenissey - 27/08/04 - Discours de Bruno MEGRET
    Perspectives pour le MNR
    Discours d'ouverture de l'université d'été 2004

    La situation délétère de la classe politique doit nous conduire à persévérer dans notre combat avec en tête deux mots clefs : l'espoir et le devoir. L'espoir, parce que cette situation de crise prélude à des bouleversements de grande ampleur. Une redistribution des cartes est inéluctable. Et sans doute se fera-t-elle en priorité dans la partie de l'échiquier la plus fragile, celle qui est occupée actuellement par le FN et celle où nous avons bien sûr nos plus forts ancrages. Tout demeure donc possible pour notre mouvement et pour notre combat et nous devons conserver l'espoir. Encore faut-il accomplir notre devoir. C'est-à-dire assurer le rôle qui doit être le nôtre. Celui de construire une alternative politique qui soit fondée sur nos valeurs, nos convictions et notre vue du monde, mais qui soit aussi crédible, réaliste et en phase avec notre époque. Une alternative au système politique actuel que personne aujourd'hui n'est en mesure d'incarner et que nous sommes donc les seuls à pouvoir proposer.

    Lire la suite
    Paris - 07/03/04 - Discours de Bruno MEGRET
    Le MNR, le renouveau
    Discours à la convention électorale du MNR pour les régionales

    Les Français sont de plus en plus déboussolés et suivent comme une spirale du désespoir. Une spirale qui les conduit à sanctionner à chaque élection ceux qui sont en place. Et pour ce faire, ils votent pour ceux qu'ils avaient sanctionné la fois précédente. Ou alors ils s'abstiennent ou votent pour des partis qui stérilisent leur voix. La volonté du MNR dans cette élection est de briser ce cercle vicieux, de faire comprendre aux Français qu'il peut y avoir un changement important. Celui d'une vraie droite, sans laxisme ni extrémisme qui offre les solutions aux défis qui nous sont lancés. Face à l'islamisation, il faut rejeter à la fois le communautarisme et la discrimination positive et défendre notre identité et nos institutions en s'appuyant sur la république et sur notre civilisation. Face au déclin économique, il faut rejeter à la fois le socialisme et l'ultra-libéralisme et appliquer les principes de liberté et de responsabilité. Face à la question européenne, il faut rejeter à la fois le repli chauvin sur soi et l'européisme déracinant pour proposer une Europe forte, indépendante et puissante qui respecte les nations.

    Lire la suite
    Paris - 15/11/03 - Discours de Bruno MEGRET
    Les lignes de fracture
    Intervention au Conseil national du MNR

    La période que nous vivons est marquée par des lignes de fracture qui peuvent bouleverser l'avenir pour le pire comme pour le meilleurs. Il y a le phénomène d'islamisation de notre pays avec la montée du parti islamiste qui cherche à développer son emprise sur la société française. Il y a la détérioration de la situation économique, financière et industrielle avec un vrai danger de décrochage pour notre pays. Il y a enfin l'élargissement de l'Union européenne avec la possibilité que l'Europe bruxelloise connaisse un coup d'arrêt. Or, face à ces lignes de fracture, l'UMP est complètement dépassée et se révèle à l'évidence incapable d'assurer le renouveau de notre pays. Le projet du MNR de créer une vraie droite sans laxisme mais sans extrèmisme prend donc tout son sens pour relever les défis qui s'annoncent. Sous sa forme actuelle, ou sous la forme qu'il conviendra de lui donner dans l'avenir, il est la réponse aux grands problèmes de notre temps.

    Lire la suite
    Saintes-Maries-de-la-Mer - 31/08/03 - Discours de Bruno MEGRET
    La nouvelle donne politique
    Discours à l'université d'été du MNR 2003

    La situation de la France et du monde est particulièrement paradoxale. Car apparemment tout va mal, tout devrait être source pour nous de mécontentement et d'inquiétude. Et pourtant, quand on y regarde de près, il existe aussi de puissants courants encore souterrains mais qui poussent dans notre sens et qui pourraient bien changer complètement la donne. Car, il y a bien une nouvelle donne politique et géopolitique qui peut nous porter et porter notre pays vers un grand renouveau : un recul de l'idéologie de gauche et du mondialisme, un retour de l'Europe et donc de la France comme grande puissance.

    Lire la suite
    Paris-Babylone - 12/04/03 - Discours de Bruno MEGRET
    Tenir, durer et gagner !
    Intervention du matin au Conseil national d'avril 2003

    Pour notre mouvement, rien n'est joué. Tout demeure possible dès lors que nous demeurons vivants. Car si nous avons échoué jusqu'à aujourd'hui, ce n'est pas pour des causes structurelles de fond mais bien plutôt en raison d'une conjoncture et d'un environnement qui nous a été systématiquement défavorable. Nous avons donc la nécessité de continuer notre combat. Car, si la conjoncture nous a été défavorable, sur la scène politique mouvante et fragile qui est celle de notre pays, elle peut demain se retourner à notre avantage. Nous devons donc rester vivants pour exploiter la fenêtre de tir qui, demain, pourra se présenter à nous. Nous devons durer et durer pour pouvoir, le moment venu, saisir l'occasion, l'opportunité qui se présentera. Tel est notre devoir et notre mission.

    Lire la suite
    Paris-Babylone - 12/04/03 - Discours de Bruno MEGRET
    L'espoir au-delà des épreuves
    Intervention de l'après-midi au Conseil national du MNR d'avril 2003

    Malgré les épreuves du temps présent, nous avons des motifs d'espérer. En dépit des difficultés considérables qui handicapent notre combat, il y a des raisons majeures pour croire que tout peut encore changer et que le renouveau peut venir. Il y a d'abord ce fait essentiel que la gauche connaît une crise sans précédent. La défaite de Jospin au mois d'avril dernier n'est pas qu'un phénomène conjoncturel lié à l'éclatement des candidatures de gauche et à la personnalité peu sympathique du leader socialiste, il s'agit d'un phénomène beaucoup plus important qui traduit un rejet profond de l'idéologie de gauche. La gauche française arrive aujourd'hui en fin de cycle historique. Mais, chose très positive, il n'y a pas que le socialisme à se trouver sur le recul, le mondialisme va aussi, sans doute, connaître des revers. La roue tourne, les idées que nous combattons appartiennent au siècle passé, nos idées sont celles du siècle qui s'éveille.

    Lire la suite
    Paris - vaugirard - 17/11/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Nouveau départ pour le MNR
    Interventions au Conseil national de novembre 2002

    Nous voici réunis pour un Conseil national historique. Historique parce qu'il pourrait s'agir du dernier Conseil de notre jeune mouvement. Historique parce qu'il peut au contraire être l'occasion d'un nouveau départ. Oh, non pas un départ en fanfare. Non, mais simplement un refus de la fatalité, un refus de l'abandon, de la soumission et du désespoir. Montrons que le MNR est bien un mouvement d'exception capable, non seulement de traverser une tourmente qui aurait pulvérisé tout autre parti, mais surtout de poursuivre son combat avec panache. Et je vous propose donc dans cet esprit un plan de redémarrage en 12 points. Car nous devons continuer : la France peut encore se redresser et nous avons notre rôle à jouer. Nous n'avons pas à nous poser la question de savoir si nous allons réussir ou non. La question qui nous est posée maintenant est de savoir si, oui ou non, nous allons continuer à accomplir notre devoir pour la renaissance de notre peuple, de notre nation et de notre civilisation. Je vous demande de répondre oui en votant pour la motion que je vous propose.

    Lire la suite
    Périgueux - 30/08/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Sans laxisme ni extrèmisme
    Discours de cloture de l'université d'été de Périgeux

    Le MNR est un mouvement politique sain, constitué de femmes et d'hommes généreux, animé par un idéal ne comportant aucune zone d'ombre, qui ne craint pas de s'afficher au grand jour et qui n'a rien à voir avec l'extrême droite, le racisme ou l'antisémitisme. En cessant d'être confondu avec le FN, nous correspondrons je crois à ce à quoi aspirent une grande partie des électeurs : des idées fermes mais mesurées, une droite courageuse et intelligente mais sans extrémisme ni passéisme. C'est donc ce travail de renouveau, d'identification et de reconnaissance que nous devons mener de façon à rendre parfaitement évident cet espèce d'aggiornamento.

    Lire la suite
    Paris Ecole militaire - 19/04/02 - Discours de Bruno MEGRET
    La défense nationale
    Comment remettre notre armée au service d'une certaine vision de la France et de L'Europe

    La question de la défense de la France a été complètement occultée pendant cette campagne présidentielle. Pourtant, je le rappelle, le président de la République est le chef des Armées. Il est celui qui détient le pouvoir de déclencher une frappe nucléaire. D'ailleurs, je le signale en passant, l'aptitude à exercer cette responsabilité doit être, à côté du programme, l'un des critères de sélection des candidats. Et les Français doivent aussi se poser cette question : peut-on confier le bouton nucléaire à Laguiller, à le Pen, à Chevènement, à Mamère ou à Hue ?

    Lire la suite
    Paris - 04/03/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Comme les droites en Europe
    Intervention au colloque "les idées nationales en Europe"

    Je voudrais d'abord remercier les orateurs qui m'ont précédé pour le très beau voyage à travers l'Europe qu'ils nous ont offert. Ils nous ont montré le formidable réveil des peuples européens. Et, quelle que soit la forme par laquelle se manifeste ce renouveau politique, il y a à l'évidence comme une lame de fond qui se lève et qui pourrait bien balayer notre continent tout entier. Beaucoup de nos idées commencent à être mises en oeuvre par des gouvernements proches de notre famille politique. Beaucoup de pays connaissent l'émergence de mouvements de droite puissants et victorieux.

    Lire la suite
    Nice - 24/02/02 - Discours de Catherine MEGRET
    Les maires avec Mégret
    Intervention de Catherine Mégret , maire de Vitrolles en provence au congrès de Nice

    Les maires ont aujourd'hui un pouvoir essentiel : décider qui peut légitimement, parce qu'il a un projet, se présenter à la présidence de la République ; et qui pourra pendant les trois semaines de la campagne officielle accéder aux grands médias. Ce pouvoir, ils doivent l'exercer pour la démocratie et je compte sur eux pour permettre à nos idées et à nos valeurs de s'exprimer.

    Lire la suite
    Nice - 24/02/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Le retour de l'histoire
    Discours au congrès de Nice pour la convention de la campagne présidentielle

    Avez-vous entendu les coups de gong, les coups de gong qui ont retenti sur notre sol ? Ils ont fait vibrer toute la société française, ils ont résonné comme l'annonce d'événements majeurs, comme l'ouverture d'une ère nouvelle plus tragique et plus dure, ils nous annoncent le retour de l'Histoire. Songez-y, le plus important d'entre eux est survenu le 11 septembre dernier. Il s'agissait des monstrueux attentats islamistes perpétrés contre New York et Washington, révélant de façon dramatique la réalité du choc des civilisations. Montrant qu'aucune puissance, même la plus hégémonique, n'est à l'abri de cet antagonisme. Un antagonisme dans lequel nous sommes, nous autres Français, dramatiquement impliqués. Un antagonisme qui fracture notre société, met en cause son identité, ses valeurs et sa cohésion. Un antagonisme lourd de menaces.

    Lire la suite
    Nice - 23/02/02 - Discours de Yves DUPONT
    Pour la droite de conviction
    Intervention au congrès de Nice

    Dans toutes les couches sociales, aux quatre coins du pays, il se trouve peu ou prou 30 % de Français profondément attachés à l'indépendance nationale, à la défense de notre identité française, à nos communautés essentielles la patrie et la famille ainsi qu'aux vertus occidentales le respect de la vie, le courage, la ténacité, le gout du travail, le respect des libertés, l'aspiration à l'ordre et l'harmonie, bref ce qui fonde l'ensemble de nos valeurs. Le paradoxe apparent c'est qu'il ne s'est pas encore trouvé 30 à 35 % de Français pour transformer leurs aspirations profondes en vote efficace. Certains ne votent pas, d'autres votent encore pour les formations politiquement correctes tandis que les autres éparpillent leurs voix sur des formations rivales. Il faut donc trouver une expression politique qui permette de représenter et de rassembler le profond courant d'opinion que constitue la droite nationale et républicaine. Il y a à cela plusieurs conditions impératives : ne pas être monomaniaque, pouvoir rassembler , s'appuyer sur un programme sérieux, désigner clairement l'adversaire principal. Parcequ'il répond à ces exigences, notre candidat incarne une candidature de fondation pour une droite nationale et républicaine, moderne, tournée vers l'avenir et unie. Dans le but de gagner et à terme d'envoyer Mégret à l'Elysée.

    Lire la suite
    Nice - 23/02/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Trois ans pour forcer le destin
    Intervention au congrès de Nice : Le MNR n'est pas un mouvement comme les autres

    Il y a moins de trois ans nous fondions le MNR. Pour ceux qui étaient présents, vous vous en souvenez sûrement, il s'agissait d'un week-end pluvieux à La Baule, lors d'un conseil national, le 2 octobre 1999. Les mois précédents avaient été difficiles et l'été morose car les résultats des élections européennes n'avaient pas été à la hauteur de nos espérances. Pourtant nous avons tenu et pour l'avenir, il nous faut simplement de la ténacité encore et encore, de la persévérance et de la détermination encore et encore. Et je dis aux impatients, à ceux qui changent de pied en chaque circonstance, toujours à l'affût de ce qui paraît porteur ou à la mode, je dis à ceux qui étaient avant-hier pour Villiers, hier pour Pasqua, aujourd'hui pour Chevènement, je leur demande de prendre un peu de recul et de réaliser que les grandes réussites ne viennent jamais d'attitudes vibrionnaires ou de coups de circonstances. Les grands basculements comme celui auquel nous aspirons viennent de loin et ils résultent d'une action menée dans la durée avec clarté et persévérance. Ceux qui veulent à tout moment gagner tout de suite échouent toujours. Ceux qui réussissent sont ceux qui acceptent les échecs et les épreuves. Et on les distingue précisément par leur capacité à surmonter les échecs et à rebondir sur les épreuves.

    Lire la suite
    Nice - 23/02/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Les jeunes avec Mégret
    Discours à la jeunesse au congrès de Nice

    Les jeunes, en ces temps de campagne présidentielle, deviennent pour quelques semaines, un gibier électoral particulièrement couru. Les candidats de la classe politicienne rivalisent de démagogie pour capter ce nouvel électorat. Mais ce dont la jeunesse a besoin, ce n'est pas de vieux idéologues rassis et démagogues qui incitent la jeunesse de notre pays à se coucher, à capituler et à subir. Non, ce dont la jeunesse a besoin, c'est d'un idéal, c'est d'être fière de son peuple, c'est d'être confiante en son avenir et d'avoir, à la tête de l'Etat, un chef pour commander car c'est bien ce qui manque aujourd'hui.

    Lire la suite
    Paris - 07/02/02 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
    Les femmes dans le coran
    Discours au colloque "les femmes et l'islam"

    Le statut de la femme dans le Coran est une question qui suscite de nombreux conflits d'opinion car elle est celle qui résume le mieux l'absolue contradiction qui existe entre notre mode de vie et celui des musulmans du monde entier. Les droits et les devoirs sont irrémédiablement conçus en fonction d'une division sexuelle des rôles donnant la prééminence au père, à l'époux, au fils et plaçant à jamais les femmes sous contrôle masculin. C'est cet ordre archaïque et barbare qui est contenu dans le Coran. Il aboutit à une catastrophe civilisationnelle : l'exclusion de la moitié de la population et la détérioration morale, sociale, économique et politique qui en découle commence à produire ses effets dans notre France.

    Lire la suite
    Paris - Babylone - 07/02/02 - Discours de Lysiane CHOUKROUN-DUPONT
    La coranisation des lois
    Discours au colloque "les femmes et l'islam"

    Avec ses 1.500 mosquées officielles, ses 600 écoles coraniques scolarisant 35.000 étudiants, sa communauté de fidèles de l'ordre de 5 à 8 millions d'individus, la France est le pays d'Europe, d'ores et déjà, le plus exposé à la menace islamique. Mais cet aspect quantitatif ne constitue somme toute qu'une facette du problème. Car parallèlement, l'Islam a commencé à investir très concrètement l'édifice institutionnel français. On peut à juste titre parler de "coranisation" des lois françaises. Car même minoritaires, les musulmans tentent d'imposer leur loi, ou leur vision de la loi existante.

    Lire la suite
    Paris Babylone - 07/02/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Les dangers de l'islamisation
    Intervention au colloque "Les femmes et l'islam"

    Les témoignages, les exemples, les rappels historiques, les analyses juridiques et sociologiques que nous venons d'entendre sont particulièrement éclairants et souvent bouleversants. Ils montrent à quel point la conception de la femme véhiculée par l'islam va à l'inverse des valeurs européennes, à l'inverse de notre civilisation. Mais ce n'est pas seulement par sa conception de la femme que l'islam se révèle incompatible avec ce que nous sommes en tant que Français et Européens, c'est par l'ensemble des valeurs et des modes de vie qu'il véhicule. Je ne parlerai bien évidemment pas ici d'un point de vue religieux - la liberté de conscience appartient à chacun et je la respecte - mais je parlerai d'un point de vue culturel, d'un point de vue civilisationnel, d'un point de vue politique. L'islam est incompatible avec notre monde pour cinq raisons fondamentales.

    Lire la suite
    Paris - 27/01/02 - Discours de Bruno MEGRET
    Tout demeure possible
    Tout demeure possible, je compte sur vous ! Discours au Conseil National MNJ

    Nous venons d'entrer dans le XXIème siècle et, soyons-en bien conscients, c'est en même temps dans une nouvelle ère de l'histoire du monde que nous pénétrons. L'époque qui s'ouvre ne sera plus, c'est clair, celle de la société ramollie et assoupie que nous avons connue dans la seconde moitié du XXème siècle. Certains croyaient que l'histoire allait disparaître. Elle revient en force avec sa dimension tragique, avec ses menaces, mais aussi avec la liberté qu'elle donne aux hommes de subir leur sort ou de forcer leur destin. Les mois qui viennent de s'écouler nous ont donné trois signes puissants qui résonnent comme un coup de gong. Il faut s'en inquiéter, mais il ne faut pas s'en lamenter. Il faut regarder la réalité en face avec lucidité et courage. Car rien n'est joué, rien n'est perdu, il n'est pas trop tard, tout demeure possible. Et cette période plus dure qui s'annonce peut être aussi l'occasion d'une renaissance de notre nation, d'un réveil de notre peuple, d'un grand renouveau de notre civilisation.

    Lire la suite
    Sangatte - 15/12/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Fermer Sangatte
    Discours devant le camp de clandestins de Sangatte

    Nous sommes ici à Sangatte devant l'un des symboles les plus absurdes et les plus scandaleux de la politique d'immigration du gouvernement socialiste. Nous sommes ici dans cette commune enracinée du Pas-de-Calais, sur une terre française, pour dire haut et fort notre volonté de rétablir en France les lois de la République, notre volonté de faire respecter la France et les Français

    Lire la suite
    Paris - 08/12/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Face au choc des civilisations
    Discours au colloque "l'Europe face au choc de civilisation"

    Les attentats islamistes du 11 septembre dernier ne sont déjà plus dans l'actualité quotidienne. Pour autant, les conséquences de ces événements dramatiques occupent tous les esprits et font, avec la guerre en Afghanistan, la une des journaux. Ces attentats monstrueux vont en effet rester dans l'histoire comme le passage dans une nouvelle ère et sonnent l'entrée tragique de notre monde dans le XXIe. Et, même si beaucoup cherchent, comme après la chute du mur de Berlin, à nier tout basculement, maints observateurs sont amenés à parler d'un choc des civilisations.

    Lire la suite
    Paris - 08/12/01 - Discours de Yves DUPONT
    Le 11 sept date historique ?
    Colloque "l'Europe face au choc de civilisation"

    D'autres événements que le 11 septembre ont marqué l'histoire récente. Le monde a connu de nombreux drames d'ampleur parfois considérable, pourtant chacun ressent plus ou moins intuitivement que le 11 septembre fait parti de ces tournants qui peuvent modifier le cours de l'histoire et du même coup le cours de notre combat national. Il montre que nos analyses sont justes et que notre conception de l'essence même du politique est fondée. Nous sommes revenus aux fondamentaux de l'histoire et nous assistons aux premiers soubressauts d'un gigantesque choc des civilisations.

    Lire la suite
    Paris Wagram - 22/11/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Un projet pour la France
    Discours de lancement de la campagne présidentielle

    Je suis candidat à la présidence de la République. J'ai annoncé officiellement ma décision au Stade de France le 14 novembre dernier. Cette candidature est un engagement qui marque une date majeure dans ma vie. Il ne s'agit pas pour moi de jouer un coup politique ou de passer par une étape traditionnelle pour un chef de parti. Bien sûr, tout cela existe, mais cette candidature va bien au-delà, car nous ne jouons pas un jeu politicien ou un coup électoral. Ce n'est pas d'une démarche de carrière ou d'appareil qu'il s'agit, mais d'une affaire qui concerne la France et son destin.

    Lire la suite
    Saint-Denis-Stade de France - 14/11/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Déclaration de Saint-denis
    Déclaration de candidature à la présidence de la République

    J'ai décidé d'être candidat à la présidence de la République pour remettre de l'ordre en France.
    J'ai voulu en faire l'annonce ici, au Stade de France, parce qu'ici même il y a quelques semaines notre hymne national a été sifflé et nos couleurs salies. Notre nation a été conspuée chez elle par des étrangers qui portent la nationalité française. Et dix millions de téléspectateurs ont pu assister en direct à l'échec de l'intégration, au choc de civilisation et à l'humiliation de la France, devant son Premier ministre qui n'a rien fait pour laver cet affront. Ma candidature est donc la réponse à ceux qui défient notre pays, qui bafouent nos lois, qui détruisent nos valeurs et qui diluent notre identité.

    Lire la suite
    Vienne - 10/11/01 - Discours de Bruno MEGRET
    La droite et les médias
    Les partis de droite et les médias en Europe. Discours du colloque de Vienne

    Il est devenu habituel de considérer que les médias constituent le quatrième pouvoir, après les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Je crois que cette vision des choses est dorénavant contraire à la réalité. Car les médias sont aujourd'hui le premier pouvoir en France. Et, en devenant le pouvoir numéro un et en se faisant le vecteur de la pensée unique, dictent-ils leur politique aux Français et vont-ils à l'encontre de la démocratie

    Lire la suite
    Nogent-sur-Marne - 14/10/01 - Discours de Bruno MEGRET
    L'Europe face à l'islamisme
    Discours au conseil national du MNR pour lancer la précampagne présidentielle et législative

    Au cours de ces mois de septembre et d'octobre 2001, nous sommes entrés brutalement et tragiquement dans le XXIe siècle. Chacun doit en effet mesurer l'importance du choc qui est survenu et je parle bien sûr du World Trade Center, mais aussi de Béziers, de Toulouse et du match France-Algérie. Les événements récents ont déstabilisé une situation et des rapports de force qui étaient figés depuis des années. Et cette remise en marche de l'histoire ne peut que nous servir et servir la France et l'Europe.

    Lire la suite
    Poitiers - 30/09/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Le symbole de Poitiers
    Sur le site de la bataille de Poitiers

    Dans la plaine qui s'étend derrière moi, il y a maintenant près de treize siècles, s'est déroulée une bataille aux conséquences considérables. Le lieu paraît aujourd'hui anodin. Sans doute n'a-t-il pratiquement pas changé depuis l'an 732. Les paysans l'ont labouré, ensemencé et planté au fil des siècles écoulés et leur sueur est venue, après le sang des guerriers francs, fertiliser cette terre que l'on pourrait parcourir sans jamais imaginer l'importance des évènements qui s'y sont déroulés. Car la bataille de Poitiers n'a pas été qu'un évènement décisif pour le destin de la France, elle a rendu possible l'avenir de l'Europe et elle constitue l'une des clés de l'histoire du monde. Car sur ces champs, aujourd'hui paisibles, ce ne fut pas seulement le duel entre le duc franc Charles Martel et l'émir Abd El Rhaman. Ce ne fut pas seulement l'affrontement de deux armées ou celui de deux royaumes, ce fut le choc de deux civilisations : la civilisation européenne et chrétienne face à la civilisation arabo-musulmane.

    Lire la suite
    Poitiers - 30/09/01 - Discours de Bruno MEGRET
    La France après le 11 sept
    Discours à Poitiers

    Des attentats islamistes monstrueux ont eu lieu à New York et à Washington il y a 20 jours, une gigantesque explosion aux origines des plus douteuses est survenue à Toulouse il y a 10 jours, et nous sommes aujourd'hui, ici, à Poitiers. Le symbole est clair, le message me paraît lumineux : nous sommes confrontés à une menace islamique de grande ampleur et nous voulons nous y opposer. Nous voulons que la France s'y oppose, nous voulons qu'elle préserve son intégrité, c'est-à-dire son identité et sa sécurité. Et c'est tout le sens du combat politique que nous menons et que nous allons amplifier avec force et détermination pour les élections présidentielle et législatives. Car, là aussi, que les choses soient claires. Dans l'élection présidentielle qui vient je serai candidat pour incarner cette volonté de sécurité et d'identité. Et avec vous, nous allons nous battre pour remettre de l'ordre en France.

    Lire la suite
    Paris - Ranelagh - 22/09/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Riposte au 11 Septembre
    Riposte au 11 Septembre : Discours devant l'ambassade d'Afganistan

    Nous sommes réunis ici de façon symbolique à proximité de l'ambassade d'Afghanistan pour dénoncer le terrorisme islamique qui a frappé aux Etats-Unis et qui menace notre pays. Nous sommes ici pour appeler les Français, tous les Français à ouvrir les yeux sur la montée de cette terrible menace. Et nous demandons au gouvernement de cesser de se mettre la tête dans le sable, et d'affronter avec lucidité la réalité.

    Lire la suite
    Salon de Provence - 16/09/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Relever le défi islamiste
    Discours à Salon de Provence : Relever le défi islamiste

    Ce qu'on croyait impossible est arrivé. Ce qui relevait des films de fiction, ou des romans d'espionnage s'est retrouvé mis en scène dans la réalité en plus spectaculaire et dramatique encore. Et je parle vous l'avez compris des attentats monstrueux qui sont survenus aux Etats-Unis il y a quelques jours seulement. Je voudrais rendre hommage aux victimes et exprimer ma sympathie à leur famille et à l'ensemble des Américains qui viennent de subir ces événements tragiques. Pour cela ils ont notre compassion et notre soutien. Mais au-delà, passés l'émotion, la douleur et le deuil, il est nécessaire de tirer de ces événements dramatiques les enseignements politiques qui s'imposent. Et je n'en vois qu'un seul qui domine tous les autres : l'islamisme est devenu une menace majeure. L'islamisme met en cause la paix du monde, compromet la sécurité des occidentaux, détruit nos sociétés européennes et affecte la vie quotidienne des Français.

    Lire la suite
    Périgueux - 02/09/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Remettre de l'ordre en France
    Discours à l'Université d'été du MNR

    Nous venons de passer ensemble trois jours de détente et de bonne humeur parce que les difficultés majeures que traverse aujourd'hui notre pays, certes, nous attristent, mais provoquent en nous une forme de joie comme celle que l'on ressent lorsque face aux épreuves on s'engage, on se bat, on accomplit son devoir. Car nous sommes là pour nous battre sans attendre en retour places, honneurs ou avantages. Nous sommes là malgré toutes les difficultés qui nous assaillent, nous sommes là sans soumettre notre engagement à rien d'autre que la fidélité à nos valeurs et à notre peuple. Nous sommes là simplement parce que nous aimons la France et que nous voulons accomplir notre devoir de Français.

    Lire la suite
    Paris - Place Vendôme - 30/06/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Pour la liberté et la démocratie
    Procès de la prime de naissance : Riposte à l'injustice d'État

    Nous sommes ici devant le ministère de la Justice pour crier notre colère face à l'injustice, pour manifester notre révolte face au scandale suprême que constitue une justice injuste. Nous sommes ici pour exprimer notre inquiétude de voir les Français perdre leur liberté, de voir les Français écrasés sous la chape de plomb du politiquement correct, étouffés sous la pensée unique.

    Lire la suite
    Domrémy - 13/05/01 - Discours de Bruno MEGRET
    Combat et espoir
    Célébration de la Fête Nationale de Jeanne d'Arc

    Nous voilà cette année ici à Domrémy pour célébrer la fête nationale de Jeanne d'Arc. Et si nous le faisons c'est bien sûr par attachement à nos traditions et à notre histoire, c'est évidemment par affection pour cette figure si originale, si attachante et si emblématique de notre peuple mais c'est aussi pour saluer les vertus qu'elle incarne. Car Jeanne d'Arc est aussi la manifestation historique de ces deux qualités si profondément françaises et si essentielles à la vie d'un peuple : l'aptitude au combat et à l'espoir. L'épopée de Jeanne d'Arc est en effet là pour nous le rappeler : lorsque l'on conserve la capacité d'espérer et de se battre, lorsque l'on croit à des valeurs supérieures qui transcendent le présent, lorsque l'on est capable de refuser la fatalité et de résister à l'insupportable, alors tout est possible. Et la France, songez-y, est aussi le produit éternellement renouvelé de cette double capacité à se battre et à espérer.

    Lire la suite
    Versailles - 21/01/01 - Discours de Bruno MEGRET
    La relève à droite
    Discours à la convention municipale du MNR

    Notre pays traverse bel et bien une crise sans précédent et on peut dire que, jamais depuis le début de la Ve République, la classe politicienne n'aura connu une déliquescence aussi avancée. De plus à cette crise morale s'ajoute une crise idéologique de grande ampleur. Une crise qui se traduit par une dérive généralisée de la classe politicienne vers la gauche. Or, la France est à droite et les Français de droite sont plus nombreux que jamais. Voilà pourquoi l'avenir nous sourit.

    Lire la suite
    Poitiers - 30/09/00 - Discours de Bruno MEGRET
    Pour que vive la France
    Discours de présentation du programme du MNR

    Aujourd'hui, ici, à Poitiers, notre mouvement vient d'adopter son programme de gouvernement ''Pour que vive la France''. Ce faisant, il vient d'accomplir un acte majeur sans lequel une formation politique n'existe pas vraiment. Un mouvement est en effet une communauté d'hommes et de femmes rassemblés par un projet qu'ils proposent à leurs compatriotes de réaliser au service du bien commun. Cet acte fondateur, le MNR l'a accompli alors qu'aucune formation de la classe politique ne serait aujourd'hui en mesure de le faire.

    Lire la suite
    Quimper - 27/08/00 - Discours de Bruno MEGRET
    Rétablir la sécurité
    Discours à l'université d'été du MNR

    Avec cette université d'été, nous donnons le coup d'envoi de la première grande offensive politique du MNR depuis sa création. Face à l'insécurité qui devient l'un des principaux problèmes de la société française, l'une des principales causes de souffrance et de mal-être de beaucoup de nos compatriotes. Or il n'y a à cela aucune fatalité. On a connu en d'autres périodes de l'histoire de France des époques peut-être encore moins sûres et, chaque fois, on a su rétablir l'ordre et la sécurité.

    Lire la suite
    Domrémy - 14/05/00 - Discours de Bruno MEGRET
    L'exemple de jeanne d'Arc
    Célébration de la Fête Nationale de Jeanne d'Arc

    Pour tous les hommes, à travers le temps, Jeanne d'Arc représente un symbole. Un symbole des peuples qui défendent leur liberté contre la force injuste de l'oppresseur. Et pour nous, aujourd'hui, c'est d'abord ce symbole que nous célébrons. Par ces temps d'obscurantisme moderne, de terreur sourde et de renoncement général, nous sommes venus ici, à Domrémy, proclamer l'espoir qui est le nôtre de voir revenir la liberté, la vraie, celle qui permet l'insolence et la joie. Et nous disons que c'est possible car nous savons que rien n'est perdu, rien n'est fini, rien n'est trop tard ni pour nous ni pour notre nation.

    Lire la suite
    Saint-Denis - 01/05/00 - Discours de Bruno MEGRET
    Pour les travailleurs Français
    Discours de La Fête du Travail à Saint-Denis

    Ici à Saint-Denis, en ce premier mai de l'an 2000, nous sommes réunis pour saluer les travailleurs français. Et ici, au coeur de ce département envahi, aujourd'hui, alors que la France est broyée par une mondialisation frénétique, nous sommes là pour exprimer une revendication essentielle. Nous sommes là pour crier avec force : "les Français d'abord" ! Nous sommes là pour demander que nos compatriotes soient de nouveau prioritaires dans leur propre pays. Et surtout les plus modestes d'entre eux, ceux qui subissent de plein fouet la terrible injustice de passer après les étrangers.

    Lire la suite
    Neuilly - 04/03/00 - Discours de Bruno MEGRET
    Mobilisation municipale
    Discours à la Convention municipale de Neuilly

    Quatre cent vingt-cinq têtes de liste d'ores et déjà investies ! Nous voilà en ordre de bataille pour les prochaines élections municipales. Le coup d'envoi est donné, notre campagne est lancée et d'ici au scrutin de l'année prochaine, je le dis et je vous le demande, nous n'allons plus relâcher nos efforts. Avec ce scrutin, nous allons démontrer ce que la volonté peut accomplir en politique. Par notre enthousiasme, par notre courage et notre détermination, nous avons surmonté toutes les épreuves et nous allons forcer le succès. Sans moyens, sans soutiens, dans l'occultation médiatique la plus totale, nous existons, nous combattons, nous lançons l'offensive et nous vaincrons !

    Lire la suite
    Bagnolet - 05/02/00 - Discours de Bruno MEGRET
    Non au désordre
    Discours au Conseil national du MNR

    Il est clair que les choses ne vont pas pouvoir continuer encore longtemps comme ça ! Car tout ce qui fondait notre société et ses valeurs se délite, jusqu'à ce qu'il y a de plus précieux. L'école, par exemple qui devrait être ce lieu privilégié, protégé, préservé, ce sanctuaire auquel on confie ses enfants pour qu'ils reçoivent une instruction, eh bien ! aujourd'hui, l'école devient un lieu de violence, de peur et de haine.

    Lire la suite
    Paris Wagram - 16/11/99 - Discours de Bruno MEGRET
    Non à la colonisation
    L'immigration concerne tout le monde et tend à toucher l'ensemble du territoire

    L'intégration prônée par la classe politique est d'ores et déjà un échec. Et pour refuser de le voir les dirigeants de l'Etablissement nous précipitent vers de terribles drames. Ils s'en prennent aux Français qu'ils culpabilisent, soupçonnent et accusent pendant que trop d'immigrés bénéficient eux de l'impunité et de la mansuétude généralisée des autorités. Eh bien nous au MNR, nous sommes lucides et nous nous opposons à cette situation! Nous refusons que la France se couvre de mosquées monumentales. Nous refusons que nos lois et nos coutumes soient bafouées chez nous par l'Islam. Nous ne voulons pas que les jeunes filles portent le tchador à l'école. Nous refusons que l'on pratique l'excision ou la polygamie dans notre pays.Parce qu'accepter cela, même le tolérer, c'est déjà s'adapter aux lois et aux coutumes des étrangers, c'est déjà s'engager dans la logique de la colonisation à rebours.

    Lire la suite
    La Baule - 02/10/99 - Discours de Bruno MEGRET
    Pour la nation et la république
    Discours au Conseil de fondation du MNR

    Le comité national vient de prendre ce matin une décision majeure : nous nous constituons en Mouvement national républicain. Notre emblème est la feuille de chêne dans le drapeau tricolore et notre sigle le MNR. Ces décisions deviendront effectives d'ici à un mois. Notre mouvement prend maintenant son vrai départ et, je le dis, nous entendons aller loin car notre objectif c'est la victoire. La victoire de nos idées, la victoire de notre mouvement. Pour la France et pour les Français !

    Lire la suite
    Nogent Baltard - 19/09/99 - Discours de Bruno MEGRET
    Reprendre l'offensive
    Parceque nous avons la foi en notre peuple et notre nation, dans la France et dans son destin

    Notre pays a connu dans sa longue histoire bien des périodes critiques et à chaque fois il a su se ressaisir et reprendre sa marche en avant. Je suis convaincu que la France va de nouveau montrer sa capacité à renaître. Et comme il est clair que le renouveau ne viendra pas des vieux partis décadents de la classe politique, il ne pourra venir que de notre côté. Nous allons reprendre l'offensive politique. Notre tâche est immense et nos moyens apparemment limités. Mais nous avons un atout qui nous donne une force extraordinaire. C'est la foi qui est la nôtre, la foi en notre peuple et notre nation. La foi dans la France et dans son destin.

    Lire la suite
    Beaune - 29/08/99 - Discours de Bruno MEGRET
    Tradition et modernité
    Discours à l'université d'été du MNR

    Il y a exactement un an débutait la crise au sein de l'ancien FN. Aujourd'hui, un an plus tard, elle est consommée. Nous affirmons donc notre volonté de rassembler tous ceux qui veulent le triomphe des idées et des valeurs nationales dans le respect des institutions de notre pays et en rupture avec l'extrême-droite . Nous ne sommes pas une fédération de groupuscules survivants des combats perdus. Nous sommes des réalistes, enracinés dans leur époque et nous entendons ancrer nos valeurs dans notre temps pour agir sur la réalité. Nous voulons faire la synthèse des traditions et de la modernité.

    Lire la suite


     La décadence des valeurs
     Face au PS, l'alternative nationale
     Immigration : l'invasion continue
     Le mondialisme triomphant !
     Lettre de Bernard BORNETTE
     La dé mondialisation, c'est possible ! ou ?
     Mondialisation, démondialisation :
    les enjeux
     Mondialisation : La grande illusion !
     Regroupement familial : 35 ans plus tard
     Résister à la colonisation
     Les menaces du terrorisme en France
    et en Europe
     Le spectre de la guerre civile
     La violence de la pensée unique
     Qu'est-ce que la violence ?
     Choisir Jeanne la combattante
     Peut-on sauver la France ?
     Nous avons un grand travail de reconquête à faire
     Le MNR face au débat sur l'Identité nationale
     Résistons à l'alliance des arrogants contre notre peuple
     De l'autosuffisance alimentaire
    aux dégâts du productivisme
     Congrès du Parti de la France
     Défendons nos racines
     Le mérite dans le monde du travail
     Le Mérite
     Les abus contraires
    à la reconnaissance du mérite
     L'Enarchie et le dévoiement du mérite
     Intervention d'Annick Martin à Cologne, le 9 mai 2009
     "Ce n'est pas la force mais la persévérance qui fait les grandes oeuvres"
     La nouvelle stratégie des islamistes
     Réflexion et action
     Reprenons le combat politique
     Turquie, non merci !
     L'identité européenne
     La prétendue impuissance de l'Europe face à l'islamisation
     Au revoir
     Notre destin entre nos mains
     Contre l'islamigration
     Déclaration de départ
     Toujours utile à la France
     Le combat contre l'islamisation
     Défendons notre identité
     La rupture ou le simulacre
     Préparer les Municipales
     Les valeurs de civilisation contre l'auto-culpabilisation
     Idées pour le nouveau siècle
     L'Europe face à l'islamisation
     Rassembler la droite nationale
     Droite nationale : un avenir !
     Pour que ça change
     Meilleurs voeux 2007
     En ordre pour 2007
     L'autre scénario pour 2007
     Pour une politique permettant de rétablir la sécurité en France
     La voie de la France
     Le retour du possible
     Rétablir la liberté de presse
     Du pouvoir pour le pouvoir
     Préparer la relève
     L'immigration : un danger
     Immigration : pas de fatalité !
     Un danger pour notre identité
     L'échec de l'intégration
     Retour et développement
     Préférence et assimilation
     La crise des fauteurs de crise
     Un nouveau modèle français ?
     En finir avec la culpabilisation
     Tourner la page de mai 68
     L'école peut-elle être sauvée ?
     Désislamiser la France
     Un choc salutaire pour l'Europe
     La crise : déclin ou défi
     La réalité de la crise française
     Une stratégie pour la France
     Où en sont la nation et la République ?
     Votez non à la constitution
     Turquie et islamigration
     Recomposition en vue
     La civilisation, le nouvel enjeu
     A quoi sert la civilisation ?
     Les valeurs de notre civilisation
     Mortelle, notre civilisation ?
     Le choc des civilisations
     De la nation à la civilisation
     L'Europe première puissance
     L'offensive industrielle
     Qu'est-ce que l'Europe ?
     Bruxelles contre l'Europe
     Le renouveau démographique
     L'indépendance militaire
     Le rayonnement scientifique
     La puissance monétaire
     L'islam hégémonique
     Relever le défi de l'islam
     La menace islamique turque
     Le mondialisme musulman
     L'islam théocratique
     Notre identité face à l'islam
     Réponse politique à l'islam
     Quand l'UMP vire au rose
     Pour le retour du politique
     Défendre nos valeurs
     Rééquilibrer les pouvoirs
     Le MNR maintient le cap
     Pour une écologie de qualité
     Réforme de la Sécu
     Pour une Europe puissante
     Nos valeurs face à l'islam
     Recomposition à droite
     Le PS : l'opposition par défaut
     Réhabilitation du politique
     Considérations géopolitiques
     Perspectives pour le MNR
     Le MNR, le renouveau
     Les lignes de fracture
     La nouvelle donne politique
     Tenir, durer et gagner !
     L'espoir au-delà des épreuves
     Nouveau départ pour le MNR
     Sans laxisme ni extrèmisme
     La défense nationale
     Comme les droites en Europe
     Italie : victoire à droite
     Les maires avec Mégret
     Le retour de l'histoire
     Pour la droite de conviction
     Trois ans pour forcer le destin
     Les jeunes avec Mégret
     Les femmes dans le coran
     Etre femme en terre d'islam
     La coranisation des lois
     Les dangers de l'islamisation
     Tout demeure possible
     Fermer Sangatte
     Face au choc des civilisations
     Le 11 sept date historique ?
     Un projet pour la France
     Déclaration de Saint-denis
     La droite et les médias
     L'Europe face à l'islamisme
     Le symbole de Poitiers
     La France après le 11 sept
     Riposte au 11 Septembre
     Relever le défi islamiste
     Remettre de l'ordre en France
     Pour la liberté et la démocratie
     Combat et espoir
     La relève à droite
     Pour que vive la France
     Rétablir la sécurité
     L'exemple de jeanne d'Arc
     Pour les travailleurs Français
     Mobilisation municipale
     Non au désordre
     Non à la colonisation
     Pour la nation et la république
     Reprendre l'offensive
     Tradition et modernité

     Consulter notre magazine
     Contactez-nous
     Découvrez le MNR
     Adhérez au MNR

        Culture
        École
        Économie
        Environnement
        Europe
        Famille
        Identité
        Immigration
        International
        Islam
        Libertés
        MNR
        Mondialisation
        Nation
        Politique
        République
        Sécurité
        Social
        Travail
        Turquie
        Valeurs


     OK
     
    Remonter en haut de la page