Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Discours
DISCOURS
Domrémy - 13/05/01 - Discours de Bruno MEGRET
Combat et espoir
Célébration de la Fête Nationale de Jeanne d'Arc

Nous voilà cette année à nouveau ici à Domrémy pour célébrer la fête nationale de Jeanne d'Arc.

Et si nous le faisons c'est bien sûr par attachement à nos traditions et à notre histoire, c'est évidemment par affection pour cette figure si originale, si attachante et si emblématique de notre peuple mais c'est aussi pour saluer les vertus qu'elle incarne. Car Jeanne d'Arc est aussi la manifestation historique de ces deux qualités si profondément françaises et si essentielles à la vie d'un peuple : l'aptitude au combat et à l'espoir.

L'épopée de Jeanne d'Arc est en effet là pour nous le rappeler : lorsque l'on conserve la capacité d'espérer et de se battre, lorsque l'on croit à des valeurs supérieures qui transcendent le présent, lorsque l'on est capable de refuser la fatalité et de résister à l'insupportable, alors tout est possible.

Et la France, songez-y, est aussi le produit éternellement renouvelé de cette double capacité à se battre et à espérer.

Ces capacités, Jeanne d'Arc les a incarnées et exprimées mieux que quiconque avec sa foi, ses mots et son épée. Et elle les a mises au service de son pays, au service de sa terre et des siens. Et tout l'engagement de Jeanne d'Arc se trouve résumé par cette fidélité combattante, cette espérance militante, cette foi enracinée.

L'ombre du bourreau s'allongeait déjà sur le mur humide de son cachot que Jeanne d'Arc s'écriait '' Ah si je marchais encore au milieu des arbres, je les entendrais bien, mes voix '' car c'est de la terre qui l'a vu naître, de cet attachement charnel au pays qui est le sien qu'elle tire son énergie. Et lorsque sur le bûcher elle s'est écriée '' Non mes voix ne m'ont pas menti '', on comprend qu'elle aurait aussi bien pu ajouter '' Non mes arbres ne m'ont pas menti, l'eau de la source ne m'a pas trompée, le soleil qui se lève sur le pré a tenu parole. Ma terre française est fidèle ''. Au seuil de sa vie, alors qu'elle doit affronter la mort, ses pensées vont vers les forêts de chênes qui comme elle enfoncent profondément leurs racines dans la terre de France pour s'élever vers le ciel.

Car Jeanne d'Arc ne se bat pas seulement pour la terre et les hommes de France, elle se bat pour un ordre naturel et sacré.

Et la geste de Jeanne d'Arc est en réalité toute entière consacrée à cette volonté de retrouver l'ordre et l'harmonie.

Remettre de l'ordre c'est alors bien sûr mettre fin aux pillages et aux ravages de la guerre de Cent Ans. Mais c'est plus globalement que chaque chose retrouve sa place, sa juste et légitime place.

Que les Français puissent vivre en paix en France et les Anglais en Angleterre.

Que le roi soit sacré et que le souverain règne.

Jeanne d'Arc aimait profondément la France et son peuple, mais cet amour s'accomplissait dans le cadre d'une harmonie supérieure. Elle ne dit pas comme les Anglais '' right or wrong my country, que cela soit juste ou injuste mon pays ''. Non, Jeanne sait que son amour de la France et des Français correspond à un ordre qui va au-delà du strict intérêt national.

Elle sait qu'il est juste et légitime que les Français comme les autres peuples puissent vivre libres sur leur terre, qu'il est juste et légitime que les nations puissent connaître la paix, qu'il est juste et légitime que les souverains exercent leur souveraineté.

En cela la chevauchée de Jeanne d'Arc si audacieuse soit-elle apparaît aussi profondément raisonnable. Car elle savait se battre pour des principes justes et éternels. Et c'est pourquoi, si inégal soit le combat, si puissants soient les adversaires, si insurmontables paraissent les obstacles, jamais elle n'a douté de la réussite de son entreprise. Et elle a réussi parce qu'elle combattait l'anarchie et que l'ordre doit supplanter le chaos.

Et bien chers amis cet enseignement séculaire doit nous emplir d'espoir et d'ardeur.

Car aujourd'hui en ces temps durs et incertains, alors que le chaos semble bouleverser notre monde nous luttons pour une remise en ordre, nous voulons remettre la France à l'endroit, nous réclamons le retour à l'harmonie.

Et pour ce faire nous sommes doués de ces deux vertus qui ont fait le succès de Jeanne d'Arc. Nous savons combattre et nous sommes pleins d'espérance.

Voilà pourquoi chers amis, notre présence ici aujourd'hui est un symbole et un acte politique.

Nous sommes ici aujourd'hui pour affirmer notre foi dans la France et dans sa civilisation, pour proclamer notre fidélité à notre peuple et à son destin.

Nous sommes ici pour manifester notre volonté de combattre pour notre pays et les valeurs qu'il incarne.

Et nous entendons le faire en combattant le chaos qui gagne peu à peu toute notre société. Car en regardant cette évolution inquiétante je dis qu'il est temps de remettre de l'ordre en France.

Regardez, le désordre est partout. Le désordre est politique, moral, social, économique, international.

Même l'ordre le plus élémentaire, celui qui implique la sécurité des biens et des personnes est aujourd'hui ouvertement bafoué.

Avec la montée de la délinquance et de la criminalité, notre pays s'enfonce dans un processus régressif de destruction des formes civilisées de vie sociale, notre pays sombre dans une forme larvée de barbarie. Je dis bien barbarie et ce terme n'est pas un effet de manche, il correspond à la réalité.

Tenez, les médias qui fonctionnent par obsessions successives focalisent aujourd'hui sur les tournantes.

Les tournantes, voilà, un terme sympathique, guilleret, gentillet. Mais attention, les tournantes ce n'est pas un jeu d'enfants rien à voir avec la marelle ou les chaises musicales.

Non, les tournantes se sont des viols répétés commis par une bande de jeunes sur une jeune fille souvent séquestrée pendant des heures. Les tournantes, ce sont des crimes, des crimes odieux qui traumatisent à vie les victimes. Et bien cela devient dans les cités de notre pays aujourd'hui en ce début de siècle une mode, un jeu, un rite, une coutume.

Et les journalistes ou les avocats, d'expliquer, de justifier, d'excuser et d'atténuer.

'' Dans la cité, expliquait récemment un avocat des violeurs, la fille doit porter l'uniforme c'est à dire le survêtement. En mettant une jupe, en ne respectant pas la norme, Sonia est passée dans le camp de celle qu'on ne respecte pas ''.

En d'autres termes, on nous explique que les lois de la civilisation n'ont plus cours et que ce sont les lois des bandes qui prévalent et auxquelles il faut se référer pour juger. Et c'est d'ailleurs ce que font les juges puisque les violeurs collectifs, au lieu d'être frappés d'une sanction exemplaire, n'ont écopé que de 5 ans de prison dont 3 avec sursis ; ils seront sortis dans six mois. Quant aux médias, en reprenant à leur compte le terme de tournante, en utilisant le vocabulaire des voyous eux-mêmes, ils contribuent eux aussi à banaliser, à minimiser le crime et à légitimer les pratique barbares.

Et le pire c'est que pendant ce temps, alors que la criminalité atteint des niveaux records, la classe politique et les institutions judiciaires en rajoutent dans le laxisme.

Nous venons ainsi de vivre avec la libération de Patrick Henry un événement majeur et ô combien symbolique. Vous vous rappelez il s'agit de l'assassin d'enfant qui pour la première fois avait échappé à la peine de mort et avait été condamné à la perpétuité. A l'époque, dans les années 60, cette affaire avait déchaîné les passions. Et bien on peut dire que M. Patrick Henry qui avait été le symbole de l'abolition de la peine de mort est aujourd'hui le symbole de la suppression de la peine de perpétuité. Et maintenant d'ailleurs les bonnes âmes du système, les grands prêtres du politiquement correct demandent la suppression des peines de sûreté.

Toujours plus de crimes, toujours moins de sanctions ! Si ça n'est pas le désordre et le chaos, qu'est ce que c'est !

Et qu'on ne me dise pas que les politiciens n'y sont pour rien, que la libération de Patrick Henry est une décision de justice. Car ce sont les partis en place qui ont donné à des magistrats de plus en plus politisés et irresponsables le pouvoir de faire ce qu'ils font.

Et le résultat c'est que les policiers qui sont pourtant censés incarner l'ordre et la loi ne sont plus respectés au point qu'ils sont aujourd'hui insultés, agressés et même tués. Voire tués gratuitement, froidement comme ce policier d'Evreux assassiné sans raison lors d'un contrôle de routine. Et quel soutien ont-ils de la part de l'Etat dont ils sont les représentants ? Le ministre de l'Intérieur vient aux obsèques de leur collègue assassiné et les abreuve de bonnes paroles mais dans le même temps, lorsque Chirac parle d'insécurité, il dénonce le '' tout sécuritaire ''. Quant aux jeunes loups d'Alternance 2002, ils précisent dans leur charte '' la prévention doit rester un axe fort de la politique de l'Etat ''.

Cela me fait penser au candidat RPR-UDF que j'avais en face de moi aux municipales dans mon secteur de Marseille. Il faisait soi-disant campagne pour la sécurité et quand on l'interrogeait concrètement sur son programme, il répondait '' il faut améliorer les synergies horizontales et verticales entre les différents acteurs de la sécurité ''.

La régression que connaît notre pays, c'est aussi ça : les phrases verbeuses et apparemment techniciennes qui cachent un grand désordre.

Et ce désordre on le retrouve partout. On le retrouve aussi dans le domaine économique et social qui est pourtant la priorité de nos gouvernants.

Dans le domaine économique et social, où le mondialisme fonctionne comme une formidable machine à broyer les hommes, leur communauté et leurs institutions.

L'affaire des licenciements massifs chez Danone et Marks & Spencer qui a défrayé la chronique en est une magnifique illustration.

Parce que c'est vrai qu'il est choquant de voir des entreprises mettre sur le carreau des milliers d'employés alors que leur situation financière est saine. Tout simplement parce que les lois de l'ultra libéralisme international exigent toujours plus de rendement sans se préoccuper des hommes ni de leur pays.

Et je dis qu'il est scandaleux de voir la bourse de Londres décider de rayer d'un trait de plume des milliers d'emplois en France. Et le MNR apporte son soutien aux salariés de Danone, de Marks & Spencer, de Moulinex et de toutes les multinationales qui licencient.

Nous disons nous que là encore il faut respecter un ordre légitime, une harmonie naturelle, un juste équilibre. Et qu'une entreprise doit servir les intérêts de ses actionnaires mais aussi ceux de ses salariés. Une entreprise est une communauté de travail qui doit servir tous ses membres quels qu'ils soient.

Nous disons que l'économie n'est pas une fin en soi et qu'elle doit être mise au service des individus mais aussi au service des nations qu'ils constituent. Et si l'économie détruit les communautés humaines, il faut la réguler comme nous le proposons.

Et il y a quelque chose de scandaleux à voir les dirigeants de notre pays s'indigner de cette situation alors que ce sont eux qui à travers l'Europe et l'OMC mettent en place ce mondialisme débridé. C'est Jospin et Chirac qui chacun à leur niveau apportent leur appui et leur caution à cette folle entreprise de mondialisation à outrance dont Maurice Allais, le prix Nobel d'économie, disait '' qu'elle n'a fait qu'engendrer destruction des emplois, réduction de la croissance, désordre, instabilité et misère de toute sorte ''.

Et de fait, en ouvrant à tout va les frontières, en créant les conditions d'une concurrence internationale sauvage, le mondialisme exerce sur l'ensemble des entreprises et des professions une pression si forte qu'elle fragilise désormais tout le monde. La plupart des emplois salariés deviennent aléatoires du fait des restructurations incessantes, mais aussi les emplois d'artisans, de commerçants voire de professions libérales.

Et il y a une grande hypocrisie de la part des partis politiques en place à s'en prendre aux dirigeants du groupe Danone car ils ne font que leur reprocher ce qu'ils les ont contraints à faire. On ne peut pas en effet plonger nos entreprises dans le grand bain de l'ultra-libéralisme international et leur reprocher ensuite de mettre en oeuvre ses lois implacables.

En s'en prenant aux dirigeants de Danone le gouvernement socialo-communiste bat sa coulpe sur la poitrine des industriels français.

Pire, il ajoute au désordre du mondialisme celui du socialisme. Car lorsqu'il fait voter de nouvelles lois pour empêcher les licenciements abusifs, il met en oeuvre un remède à la limite pire que le mal car il ajoute aux contraintes du mondialisme sauvages celle de l'étatisme socialiste, provoquant ainsi cette nouvelle maladie sociale source de désordre voire de chaos : le socialo-mondialisme.

On va d'ailleurs franchir d'ici à quelques mois une nouvelle étape dans ce désordre économique et social provoqué par le mondialisme. Puisque le 1er janvier 2002, les pièces et les billets d'euro vont apparaître et en quelques mois le franc va disparaître.

Il nous faudra tous devenir des champions du calcul mental ; Un euro = 6,55957 francs. Sachant qu'une salade coûte 3 francs combien faut-il la payer en euro ? Et ce sont les habitudes d'une vie, les traditions multiséculaires qui vont être ainsi bouleversées et tout cela pourquoi ? Pour une lubie mondialiste ! Car je le précise l'euro existe déjà. Sur les marchés financiers et monétaires il n'y a plus de francs, ni de marks. L'euro comme monnaie a déjà cours. Le franc n'est plus qu'un habillage de l'euro. Alors pourquoi le faire disparaître ? Pourquoi cette nouvelle forme de désordre ? Simplement pour briser les symboles de la souveraineté et de l'identité nationale ! Pour supprimer des repères ancestraux, des références immémoriales ! Pour déraciner et détruire un peu plus !

Et bien nous disons non à ce nouveau désordre. Nous disons l'Euro existe soit ! Mais gardons le franc, restons francs, soyons francs ! Et nous allons lancer une grande campagne pour mobiliser les Français en ce sens.

Car nous entendons nous opposer à ce désordre qui monte et qui s'installe dans tous les domaines de la vie nationale y compris les plus fondamentaux, les plus essentiels à la survie et à la vie de notre peuple.

A ce sujet comment ne pas être frappé par le refus du système à prendre en compte la défense des valeurs de vie et notamment les valeurs traditionnelles et familiales ?

Pourtant chacun sait bien que la puissance et le rayonnement d'un peuple a été conditionné par son dynamisme démographique.

C'est Claude Bebear, le patron d'AXA, qui n'est pas connu pour ses positions politiquement incorrectes, qui le notait récemment avec beaucoup de pertinence '' en 1700, disait-il, la France avec 20 millions d'habitants était plus peuplée que la Russie, alors que le Royaume-Uni ne comptait que 8 millions d'habitants et ce qui allait devenir les Etats-Unis, un million. Ce XVIIIe siècle fut donc français. Au cours du XIXe à la suite d'une baisse exceptionnelle de la fécondité française, l'Angleterre en triplant sa population comblait son retard sur la France. Ce XIXe siècle fut donc anglais. Au début du XXe siècle, la France comptait 40 millions d'habitants, le Royaume-Uni 38, l'Allemagne 60, les Etats-Unis 70 puis 270 millions en l'an 2000. Le XXe siècle a donc été américain.

Et demain qu'en sera-t-il ? Les prévisions ne sont pas rassurantes. En 1959 les pays du tiers-monde représentaient 67 % des habitants de la planète. En 2025 on prévoit que ce sera près de 84 %. Et dans le même temps, si rien ne change à partir de cette date, ce sera pas moins de 30 % des Européens qui disparaîtront à chaque génération.

Et face à ce péril mortel, là encore que nous propose la classe politique ? Quelles sont ses priorités ? le PACS ! La pilule du lendemain ! l'avortement pour les jeunes filles mineures sans l'accord des parents, l'allongement du délai légal de l'IVG. Et pour la famille rien ! Pour encourager la natalité rien ! Pour favoriser la venue de nouveaux enfants français rien !

Rien si ce n'est des peines de prison et des amendes pour les élus qui comme à Vitrolles veulent encourager les naissances françaises.

Rien si ce n'est l'annonce de nouvelles vagues d'immigration pour remplacer les enfants français qu'on interdit d'aider à venir. On croit rêver !

Et là encore, c'est le monde à l'envers, les idées inversées, les valeurs retournées, les légitimes hiérarchies contournées.

Et le pire c'est que ce désordre, ce chaos semble voulu, orchestré, délibéré. On a même le sentiment que les partis de l'établissement et le système au pouvoir cherche délibérément à détruire notre pays, à salir notre nation, à culpabiliser notre peuple.

Comment expliquer autrement le procès ahurissant que certains veulent engager contre notre pays et son armée à propos de la guerre d'Algérie !

Vous avez vu la campagne qui se développe à ce sujet. Il faudrait maintenant que la France demande pardon pour la guerre d'Algérie. C'est consternant et révoltant.

Car tout de même le régime algérien, c'est le régime FLN et le FLN était un mouvement terroriste qui a d'ailleurs commis d'innombrables crimes plus abjects les uns que les autres et à ces gens-là on ne demande aucune repentance et c'est à eux qu'il faudrait que nous demandions pardon ! On marche sur la tête !

Et qui demande ça ? Les socialistes qui ont eu dans leurs rangs les porteurs de valise, traîtres à leur pays et complices des terroristes algériens ?

Qui demande ça ? Les communistes qui ont été les complices de tous les crimes commis au XXe siècle par les régimes communistes et qui eux n'ont rien renié de leurs actes et de leurs engagements, eux qui n'ont demandé pardon à personne ! C'est une honte !

Déjà rappelez-vous M. Chirac a reconnu la responsabilité de la France pour les déportations perpétrées pendant la seconde guerre mondiale, faisant ainsi passer notre pays du camp des vainqueurs à celui des coupables. Et maintenant il faudrait se déclarer coupable pour la guerre d'Algérie. Et ensuite pourquoi pas pour la colonisation en Afrique, en Asie, et pour les guerres Napoléoniennes et celle de Louis XVI et que sais-je encore !

Mais on est tombé sur la tête. Ces gens qui demandent cela sont des malades ! Et je ne plaisante pas, ce sont d'authentiques psychopathes. Car enfin, que dirait-on d'un homme qui se torturerait l'esprit avec les crimes réels ou imaginaires commis par ses ancêtres ou les membres de sa famille ? On l'enverrait chez un psychiatre ! On le soumettrait à une psychothérapie. Les médecins l'inviteraient à oublier ou ignorer ce qui l'obsède pour ne s'intéresser qu'aux faits glorieux et nobles de sa famille.

Et bien nous, nous demandons la même chose pour notre peuple. Qu'on ne parle et qu'on ne s'intéresse qu'aux périodes les plus belles de notre histoire. Alors je le dis pas de repentance !

D'autant que pour la guerre d'Algérie notre pays et notre armée n'ont rien à se reprocher. Il n'y a pas de guerre propre, même celle prétendument propre menée par les Américains en Irak a été et demeure des plus contestables.

Et d'ailleurs je refuse que l'on se penche de façon masochiste sur cette période de la guerre d'Algérie qui appartient maintenant à notre histoire puisque les 30 années de prescription sont passées.

Le MNR apporte son soutien à l'armée française et à ses officiers, sous-officiers et soldats. Le MNR entend que son honneur soit défendu.

Le MNR s'oppose à quelque repentance que ce soit et à quelque poursuite que ce soit.

Et nous disons assez de masochisme ! Que les malades aillent se faire soigner.

D'autant que vous l'avez compris : ce sont toujours les mêmes qui devraient demander pardon ! Les Français, les Européens, les blancs, les chrétiens. Comme si les autres peuples, les autres civilisations, les autres religions nous étaient supérieurs en droit, en éthique, en morale !

C'est pourquoi je dénonce MM.Chirac et Jospin qui n'assument pas leurs fonctions ! Ils sont, je le leur rappelle, Président et Premier Ministre de la République française. A ce titre ils ont la charge de défendre notre nation. De par leurs fonction,s ils ne sont pas les procureurs du peuple français mais leurs avocats. Et quand ils portent des accusations contre la France ou qu'ils relaient ces accusations, ils trahissent leur mission. Et ils accentuent encore ce terrible désordre qui s'installe partout.

Et c'est pourquoi notre rôle est essentiel car nous sommes les seuls à vouloir remettre de l'ordre en France. Nous sommes les seuls à pouvoir le faire ! Et nous le ferons !

Parce qu'il ne faut pas désespérer de la France et des Français. Comme Jeanne d'Arc nous devons être des professeurs d'espérance.

Et moi je crois profondément que notre peuple va répondre à ce que nous sommes.

Ne serait-ce que parce qu'il est de plus en plus écoeuré par la classe politique et par le désordre qu'elle a créé. Les derniers scrutins l'ont montré.

Avec une abstention massive aux élections municipales qui sont pourtant celles qui normalement intéressent le plus les Français, nos compatriotes ont affirmé leur dégoût et leur rejet de la classe politique.

Et je dois dire qu'il y a quelque chose de piquant à voir de nombreux politiciens dénoncés l'émission phare de M6, la fameuse Loft Story, alors qu'en réalité le spectacle qu'ils donnent est au plan politique tout à fait comparable.

Car c'est vrai que cette émission constitue une nouvelle étape dans la dégradation morale, dans l'abaissement et la médiocrité. Comme le disait François de Closet dans ce monde là c'est '' toujours plus ''. Mais en l'occurrence c'est toujours plus minable, toujours plus bas, toujours plus laid.

Loft Story c'est en effet la comédie humaine vue depuis les toilettes, c'est l'épopée du médiocre, c'est la médiatisation de l'ordinaire, c'est l'édification du minable.

Mais c'est aussi, et c'est plus intéressant, une métaphore médiatique de notre société publique où la fausse spontanéité surveillée par 25 caméras correspond à la fausse démocratie encadrée par le politiquement correct médiatisé. Où les pensifs verbeux et les émotions de pacotilles des compères du café correspondent au vide conventionnel des discours politiques et aux manipulations affectives des politiciens.

Loft Story, c'est bête, c'est laid, mais ça n'est pas nouveau : la classe politicienne nous joue ça depuis quinze ans, depuis que la gauche et la droite cohabitent dans le même loft politique.

Et cela fait des années que les Français se voient imposer le même mauvais feuilleton médiatique plein de rebondissements plus ou moins bidons.

Jacques va t-il se fâcher avec Lionel ? François va-t-il se pacser en dépit des différences culturelles avec Dany ? Et comment Noël et Dominique vont-ils prendre la chose ? Alain a enlevé sa cravate mais va-t-il réussir à séduire Laurent avec son programme économique ? Jean-Marie va-t-il encore nous lâcher quelques énormités ? Et Robert Hue va-t-il faire sa prochaine apparition déguisée en drag queen ?

Ils sont tous là et en 2002 il n'en restera qu'un. Mais en attendant, ils cohabitent dans les mêmes palais nationaux, le tout sous le regard permanent d'une kyrielle de caméras qui leur dictent peu ou prou leur comportement.

Oui la classe politicienne c'est loft story ! C'est aussi nul aussi factice et aussi inutile, sauf que les Français en sont plus que lassés et que pour eux c'est surtout bof story.

Et en contre point il est frappant d'observer le succès fulgurant d'un film actuellement projeté dans les salles de cinéma. Un film français d'une grande fraîcheur qui s'appelle '' Le fabuleux destin d'Amélie Poulain ''. Oh ceci n'est pas une épopée, ce n'est pas Jeanne d'Arc, ou Bonaparte. Non, c'est un film qui parle simplement de la France, et d'un certain bonheur d'être français. D'une France remise en ordre où l'on pourrait de nouveau jouir de notre pays et de tous ces charmes, déambuler sans crainte dans les rues, se reconnaître dans les passants, une France où les bons sentiments ne sont pas ridiculisés, où vivre ensemble veut encore dire quelque chose.

D'ailleurs le journal Libération ne s'y est pas trompé. Alors que le réalisateur du film expliquait qu'il avait cherché à recréer l'atmosphère du Paris traditionnel le journaliste qui l'interviewait devait le rappeler à l'ordre : '' l'air d'accordéon, les quartiers villageois, le drapeau français, on peut aussi en avoir peur. La France, poursuivait-il, est quand même un petit pays assez médiocre avec un lourd passé collabo ''.

Et bien, n'en déplaise à l'intelligentsia, ce film qui ne fait même pas partie de la sélection officielle du festival de Cannes a déjà fait le bonheur en deux semaines seulement de plus de deux millions de spectateurs.

Ce succès à sa façon est pour nous un signe supplémentaire. Il montre le décalage qui existe entre les Français et le système, il démontre l'attachement instinctif de nos compatriotes à la France, à ce qu'on pourrait appeler la douce France.

Et il prouve que ce sentiment peut se manifester spontanément, subitement, en dehors de tout soutien médiatique ou institutionnel. En cela le fabuleux destin d'Amélie Poulain pourrait bien annoncer celui du MNR.

Oh certes, nous ne faisons pas de cinéma mais nous en appelons aux même sentiments que ceux qui font le succès de ce film.

Nous voulons une France remise en ordre, c'est à dire une France qui retrouve son harmonie. Son harmonie intellectuelle, morale, populaire et naturelle.

Et sur ce projet nous avons, j'en suis convaincu, le soutien d'une large fraction de notre peuple.

Or c'est ce projet que nous allons incarner et défendre pour les échéances majeures qui s'annoncent.

Les municipales et les cantonales qui viennent de s'achever ont été des succès !

Oh certes, ce n'est pas la grande percée que nous attendons pour les années à venir mais c'est l'enracinement de notre jeune mouvement.

Tous les observateurs qui nous avaient oubliés s'attendaient à notre disparition ; c'est au contraire une fondation solide et définitive que nous avons réalisée.

Nous avons été présents dans 400 communes et 1300 cantons. Dans les 212 villes de plus de 9000 habitants nous avons réalisé un score moyen d'environ 10 %. Dans 23 villes nous avons dépassé les 20 %. Nous avons conservé nos deux villes Marignane et Vitrolles et cela malgré tous les obstacles financiers, médiatiques, judiciaires, politiques et institutionnels.

C'est donc un réel succès qui nous a rendus plus forts et qui nous place d'emblée devant le MPF et le RPF à parité avec le FN et les Verts. Mais dans une dynamique de progression et de conquête.

Car notre combat n'est plus marginalisé, nous avons réussi un début de dédiabolisation et d'ouverture. Nous avons par exemple réussi à constituer une trentaine de listes d'union.

Nous sommes maintenant solidement confortés dans notre entreprise de renouveau national. Notre jeune mouvement a pris ses marques, nous disposons d'un programme, d'un appareil, d'un réseau d'élus enracinés, d'une stratégie et d'un idéal. Et nous voilà à pied d'oeuvre pour nous lancer dans la seconde phase de notre combat : les élections législatives et présidentielles.

Nous aurons en juin 2002 577 candidats partout en France métropolitaine et en Outre-mer.

Et j'annoncerai le moment venu à l'automne ma candidature à la Présidence de la République.

Nous serons également présents aux élections sénatoriales de septembre.

Et nous allons commencer dès maintenant la préparation de ces échéances essentielles.

D'ores et déjà, nous avons commencé à investir nos candidats aux législatives et nous lançons la collecte des 500 signatures nécessaires pour être présents à la présidentielle.

Je vous invite tous à vous mobiliser pour cette collecte, car il s'agit là d'une tâche difficile qui ne peut être menée que par des contacts directs et personnels avec les maires. Je demande donc à tous ceux qui peuvent agir pour cette collecte d'entrer en contact avec leurs secrétaires départementaux ou avec le siège pour nous signaler les maires amis qu'ils connaissent ou pour se porter volontaire dans cette collecte.

Encore une fois cette tâche est lourde, mais je le dis aux observateurs, nous la mènerons à bien. Nous aurons nos cinq-cents signatures quoi qu'il en coûte et quoi qu'il arrive !

Et je serai candidat à la Présidence de la République.

Je serai candidat tout comme mes camarades candidats aux législatives pour incarner cette volonté de remettre de l'ordre en France.

Pour offrir une alternative au système nauséeux de la loft politique, pour rendre aux Français l'espoir pour briser ce mur du fatalisme et de la résignation qui les rend si tristes.

Nous serons candidats pour expliquer à nos compatriotes que rien n'est trop tard et que tout est possible dès lors qu'ils le veulent.

Chers amis, comme Jeanne d'Arc l'a fait en son temps, nous devons nous dresser et dire à nos compatriotes qu'ils cessent de se plaindre et de se lamenter, qu'ils cessent de se culpabiliser et de se vautrer dans l'impuissance, qu'ils se remettent debout, qu'ils reprennent conscience d'appartenir à un grand peuple, à une nation qui possède un destin et qu'ils agissent, qu'ils choisissent, qu'ils décident. Non pas comme des spectateurs avachis et moutonniers mais en hommes libres et lucides.

Vive la France !

Bruno MEGRET dans le trombinoscope
Les autres discours de Bruno MEGRET
Imprimer cette page


 Face au PS, l'alternative nationale
 La décadence des valeurs
 Le mondialisme triomphant !
 Immigration : l'invasion continue
 Lettre de Bernard BORNETTE
 Mondialisation, démondialisation :
les enjeux
 La dé mondialisation, c'est possible ! ou ?
 Mondialisation : La grande illusion !
 Regroupement familial : 35 ans plus tard
 Résister à la colonisation
 Qu'est-ce que la violence ?
 La violence de la pensée unique
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page