Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Discours
DISCOURS
Nice - 23/02/02 - Discours de Yves DUPONT
Pour la droite de conviction
Intervention au congrès de Nice

La dernière décennie aura été marquée par l'émergence plus ou moins éphémère de différentes expressions politiques de la droite nationale ou encore de la droite de conviction. Car c'est une constante de la vie politique française qu'il existe à toutes le époques une part importante de l'opinion qui partage nos idées.. Nombreux sont encore nos compatriotes à placer les intérêts collectifs de notre peuple avant leurs propres intérêts catégoriels.

Dans toutes les couches sociales, aux quatre coins du pays, il se trouve peu ou prou 30 % de Français profondément attachés à l'indépendance nationale, à la défense de notre identité française, à nos communautés essentielles la patrie et la famille ainsi qu' aux vertus occidentales le respect de la vie, le courage, la ténacité, le gout du travail, le respect des libertés, l'aspiration à l'ordre et l'harmonie, bref ce qui fonde l'ensemble de nos valeurs. Ensemble de valeurs dont nous souhaitons voir la traduction concrète au niveau de décision politique, c'est bien pour cela que nous nous battons.

Le paradoxe apparent c'est qu'il ne s'est pas encore trouvé 30 à 35 % de Français pour transformer leurs aspirations profondes en vote et en vote efficace. Certains ne votent pas, d'autres votent encore pour les formations politiquement correctes tandis que les autres éparpillent leurs voix sur des formations rivales. Nous touchons là au fond du problème. Trouver une expression politique qui permette de représenter et de rassembler le profond courant d'opinion que constitue la droite nationale et républicaine.

Il y a à cela plusieurs conditions impératives : ne pas être monomaniaque, pouvoir rassembler , s'appuyer sur un programme sérieux, désigner clairement l'adversaire principal.

Ne pas être monomaniaque. Dans la dernière décennie, les différentes expressions de droite nationale ont eu tendance à se spécialiser sur certains thèmes. L'ancien Front national se spécialisait, à l'époque, dans la dénonciation de l'immigration quand dans le même temps le Combat pour les valeurs de Ph de Villiers marquait son terrain sur la défense des valeurs traditionnelles. Mais cette différenciation a pris des caractères caricaturaux au point que chaque mouvement est devenu monomaniaque, spécialiste exclusif de sa thématique principale au point de rendre sinon impossible du moins très difficile le passage d'un électeur d'une formation à l'autre et du même coup de rendre impossible un rapprochement des différents mouvements en vue d'accords électoraux, voire de gouvernement. Car les mouvements ne se rapprochent qu'à la condition que leurs électorats se rapprochent. Tout se passait comme si les électeurs du MPF se sentaient non concernés par les problèmes de l'immigration tandis que de nombreux électeurs de l'ancien FN restaient insensibles à la défense des valeurs.

On a récemment vu où conduit cette spécialisation. M. de Villiers était devenu le chantre de la souveraineté monétaire. Pour quoi pas ? Mais le jour où cette souveraineté disparaît, M. de Villiers a disparu aussi. Il est symbolique et pathétique que Ph de Villiers ait choisi le jour de la disparition du Franc pour annoncer son retrait de la course présidentielle c'est à dire de fait, sa disparition.

Madame Boutin tient un discours restrictifs exclusivement limité à la défense de certaines valeurs, elle finira inéluctablement comme M. de Villiers. C'est une mauvaise action que de saucissonner l'électorat de droite en catégories qui s'ignorent les une les autres. Car enfin comment peut on vouloir assurer le renouveau des valeurs chrétiennes en ignorant totalement l'islamisation du pays ? C'est absurde. Et c'est contribuer à tromper un certain nombre d'électeurs.

On ne peut traiter un problème sans traiter aussi les autres. L'immigration renvoit immanquablement à la crise démographique et donc à la famille, l'identité à la promotion de nos valeurs, le rétablissement de la sécurité publique passe par la résolution de la crise morale que traverse le pays , la souveraineté est indissociable du patriotisme bref tout ce tient.

Le renouveau de la droite nationale passe par notre capacité à traiter globalement tout cet ensemble de préoccupation de l'électorat de droite de conviction.

La suite logique est de ne pas s'enfermer dans un bunker ; la spécialisation thématique conduit naturellement à la bunkerisation. L'ancien Front national a terminé sa course en 1998 dans une forteresse aux murs infranchissables, incapable d'accepter la moindre idée d'accord avec d'autres formations. La droite nationale s'est trop souvent balkanisées en chapelles se comportant en ennemies les unes avec les autres.
L'avenir de la droite nationale passe par la capacité à rassembler. Par le rassemblement au sein du MNR mais aussi par le rassemblement aà coté de nous de formations proches au moyen d'accords électoraux voire de gouvernement .

Il faut sortir de l'attitude que nous avons connu par le passé qui consistait à penser que ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous. C'est faux ! Nous n'avons pas cette paranoïa qui consiste à voir des ennemis partout.

Différence ne signifie pas nécessairement opposition. En l'occurrence les formations qui se partagent l'électorat de la droite de conviction sont différentes mais complémentaires. Et à terme il faudra bien trouver des accords au moins électoraux pour faire triompher nos idées qui si elles ne sont pas identiques sont néanmoins issues d'une source commune ; faute de quoi nous serions résignés à toute éternité à assister à la victoire de nos ennemis, véritables fossoyeurs de nos valeurs et de notre civilisation.

Lors des dernières élections municipales, le MNR a eu cette capacité de mettre en place des listes d'union avec le MPF, le RPF ou le CNI. L'élection présidentielle est l'occasion de franchir une étape supplémentaire. Car elle ne se fait pas autour d'un parti mais autour d'un homme. Bruno Mégret est le seul à avoir cette capacité de rassemblement autour de lui car il est en quelque sorte au centre de gravité de la droite nationale. Cela signifie qu'aucun obstacle majeur interdit à un électeur d'une autre formations (FNUF, RPF, MPF) de voter Bruno Mégret. Quel autre candidat peur en dire autant ? Certainement pas Le Pen isolé par ses outrances et sa jospino mania, certainement pas Pasqua honni par les Villéristes et certainement pas Boutin qui ignore les problèmes essentiels de l'immigration et de l'insécurité.

L'élection présidentielle permet le rassemblement dans le respect des différences car c'est un rassemblement autour d'un projet, dénominateur commun des idées de droite nationale. L'occasion est donnée d'appeler l'électorat souverainiste, aujourd'hui orphelin, à voter et à soutenir Bruno Mégret. Nous ne demandons pas aux militants et adhérents d'autres formations de quitter leur mouvement pour rejoindre le MNR. Non, nous vous appelons à soutenir Bruno Mégret dans le cadre d'un projet présidentiel qui transcende nos différences. C'est en ce sens que la candidature de Bruno Mégret est une candidature de fondation. La fondation d'un vaste rassemblement de droite nationale ayant la capacité de s'unir dans le respect de ses différences pour faire triompher nos idées.

S'appuyer sur un programme sérieux. C'est une nécessité aujourd'hui impérieuse. Lors de la phase d'émergence la question était de faire prendre conscience à nos compatriotes des graves problèmes qui les menacaient. Aujourd'hui tous les Français sont convaincus de la réalité de ces problèmes. Tous les Français connaissent, pour les vivre quotidiennement, les méfaits de l'insécurité, de l'immigration qui refuse de s'intégrer, la désintégration de la famille ou encore le reniement des valeurs traditionnelles.

Tous les Français sauf un puisque le Pdt Chirac n'a découvert que cette semaine la réalité de l'insécurité et de la violence. La question n'est donc plus de mobiliser une opinion protestataire qui cherche à attirer l'attention sur certains problèmes ; ce qu'attendent maintenant les Français ce sont des mesures efficaces, ce sont des actes pour régler leurs problèmes. C'est pourquoi le MNR dés sa création, a élaboré un programme complet, sérieux, cohérent, couvrant l'ensemble des questions qui se posent à la communauté nationale. Programme dont le sérieux permettra une mise en oeuvre immédiate, comme nous l'avons fait, avec nos programmes municipaux à Vitrolles et Marignane.

C'est cela qu'attendent nos compatriotes. Cette nouvelle attente doit s'accompagner d'un changement de forme du discours. Les outrances , les propos d'estrade ne sont plus de mise aujourd'hui. Les 35 % de Français qui pensent comme nous souhaitent que l'on donne de la crédibilité à leurs idées. Ils ne supportent plus que celles-ci soient caricaturées au point d'être diabolisées. Le renouveau c'est aussi cela, un discours sérieux et responsable. Un discours tourné vers l'avenir qui ne laisse pas de place aux nostalgies. Beaucoup à droite ont cette tendance naturelle à la nostalgie d'époque caractérisées par la grandeur de la France, nostalgie de l'empire coloniale, du 1er empire, de l'ancien régime ou des grandes heures de la république ; tout cela est légitime mais d'ordre personnel et ne saurait en aucun cas trouver une traduction politique.

Les Français savent que l'histoire ne repasse pas les plats et nous savons que notre peuple possède en lui suffisamment de ressorts intellectuels et moraux pour faire à nouveau de la France une grande nation et cela sous une forme nouvelle adaptée aux conditions du temps.

Savoir désigner l'adversaire principal. C'est essentiel. Car c'est une autre cause de la balkanisation de la droite nationale, le fait que chacun ait un adversaire principal différent. Quand l'adversaire n'est pas le mouvement concurrent qui s'adresse à un électorat proche !
C'est pourtant une des caractéristique essentielle de la politique, relevée par Julien Freund, savoir identifier clairement son adversaire. En la matière l'analyse est sans équivoque. Au plan intérieur qui régularise les clandestins, qui ouvre les frontières, qui fait voter des lois pour protéger les voyous, qui sape la famille, qui a institué le PACS, qui taxe à outrance ? C'est la gauche , c'est Jospin le trotskiste. Et au niveau international qui est l'ennemi principal de La France ou plus précisément de la civilisation européenne ? C'est à l'évidence l'islamisme qui ne cache pas son intention d'imposer en Europe sa forme de civilisation.

Certes il existe d'autres antagonismes, d'autres adversaires, que ce soient les USA lorsqu'ils veulent imposer le nouvel ordre mondial ou la droite servile qui fait le lit de la gauche, mais par rapport aux adversaires principaux , ce sont des adversaires secondaires.
Ceux qui concentrent leurs tirs sur d'autres adversaires que ceux là, comme si les USA représentaient un danger supérieur à l'islamisme, comme si la gauche et Jospin ne portaient pas la responsabilité principale de la décrépitude de notre pays, ceux là contribuent à brouiller les cartes et à rendre difficile l'union des forces nationales.

Ah si seulement toutes les forces de droite nationale pouvaient concentrer leur tir sur les mêmes cibles ! Si chacun avait en ligne de mire notre pire ennemi, la gauche et l'islamisme, ne doutons pas que la victoire serait alors proche.

Les élections à venir donne l'occasion au MNR et à son président de montrer par les faits la réalité du renouveau de la droite nationale que nous entendons incarner et susciter. Lors de l 'élection présidentielle nous pouvons faire confiance à Bruno Mégret pour traiter tous les sujets, pour tenir un discours sérieux et crédible, tourné vers l'avenir, loin des lamentations et des nostalgies, pour rassembler sur un projet au delà des différences et nous pouvons lui faire confiance pour ne pas se tromper d'adversaire.

Ce positionnement est celui d'une candidature de fondation pour une droite nationale et républicaine, moderne, tournée vers l'avenir et unie. Dans le but de gagner et à terme d'envoyer Mégret à l'Elysée.

Yves DUPONT dans le trombinoscope
Les autres discours de Yves DUPONT
Imprimer cette page


 Face au PS, l'alternative nationale
 La décadence des valeurs
 Le mondialisme triomphant !
 Immigration : l'invasion continue
 Lettre de Bernard BORNETTE
 Mondialisation, démondialisation :
les enjeux
 La dé mondialisation, c'est possible ! ou ?
 Mondialisation : La grande illusion !
 Regroupement familial : 35 ans plus tard
 Résister à la colonisation
 Qu'est-ce que la violence ?
 La violence de la pensée unique
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page