Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Discours
DISCOURS
Lille - 18/04/09 - Discours de Annick MARTIN
"Ce n'est pas la force mais la persévérance qui fait les grandes oeuvres"

Notre courant politique est arrivé à la croisée des chemins : un cycle se termine, celui du lepénisme et c'est à nous qu'il appartient désormais de déterminer l'avenir de ce que j'appelle par commodité de langage '' la famille nationale ''.

Notre réunion aujourd'hui, à Lille, est la preuve qu'une volonté émerge de toutes parts pour transformer cette famille nationale émiettée et dispersée en une véritable force d'avenir. Et je suis à la fois fière et heureuse au nom du MNR que j'ai l'honneur de représenter, de participer à ce que je crois être la naissance d'un grand pôle national.

Mais avant de crier victoire, je veux rappeler quelque chose de fondamental. Un rassemblement, une alliance, un regroupement, appelons cela comme on veut, cela ne se décrète pas d'en haut, en imposant tel ou tel cadre, selon des négociations menées par les seuls dirigeants, loin des militants et du terrain. Non. Le vrai rassemblement se fait par la base, par la volonté des militants, par la confiance acquise ou retrouvée dans le travail en commun, sur le terrain, face aux difficultés.
Agir ensemble, agir groupés, travailler à des objectifs communs, c'est ainsi que nous allons construire ce pôle national solide et efficace. Et je dis bien construire et non reconstruire. Il ne s'agit pas en effet de reconstituer un FN bis, ni dans le fonctionnement, ni dans la tactique, ni dans les dérives programmatiques.

Construire une nouvelle force politique nationale ? Les sceptiques me diront que ce n'est pas possible, que les formations en présence sont éparpillées, trop nombreuses et trop variées : le MNR, le Parti de la France, la NDP, le Front régional de PACA, les identitaires, les amis de Jacques Bompard, les clubs de réflexion... je suis persuadée au contraire que la multiplication des courants et des formations n'est pas un obstacle majeur à la création d'une vraie force et que face à nos adversaires, plus nous serons nombreux, plus nous serons puissants.
Nous pouvons faire de cette variété un atout formidable qui nous permettra de coller à la réalité sociologique ou régionale. Mais pour cela nous devons travailler ensemble en complémentarité et non en rivalité.

Je suis confiante, il n'y aura pas de cacophonie car en ce qui concerne les convictions qui nous animent, je n'ai aucun doute !

Je sais que nous avons tous à coeur de défendre notre peuple, même s'il nous déçoit parfois, de faire reculer le mondialisme et son cortège de conséquences néfastes : immigration, islamisation, délocalisations, désindustrialisation, chômage, perte de notre identité et recul de nos valeurs. Je n'ai aucune inquiétude à cet égard. Et les élections européennes vont prouver que nous sommes capables de travailler main dans la main.

Oui, ces élections européennes sont capitales, certainement pas par leurs résultats, puisque nous savons déjà que les Français écoeurés par le traité de Lisbonne imposé par Sarkozy alors qu'ils avaient dit NON au TCE, vont boycotter ce scrutin ; mais elles sont capitales parce qu'elles vont être pour nous l'occasion de tester notre capacité à travailler ensemble sur un objectif précis, dans un esprit de camaraderie et d'entraide.
Je sais que nous sommes capables de le faire dans le respect de la diversité et de l'identité de chacun. Nous sommes capables aussi, pour la France, pour les valeurs que nous défendons, de faire taire les rancoeurs et les déceptions.

Ici, dans la circonscription du grand Nord-Ouest, notre tête de liste est Carl Lang. Nous avons confiance en l'homme, nous avons confiance en ses convictions. Déjà les cadres du MNR du NPC ont commencé à travailler avec les cadres du Parti de la France pour coordonner nos efforts, sans ostracisme. C'est en donnant l'exemple que nous verrons venir à nous d'autres formations. Au moment où le mondialisme induit une crise sans précédent et que l'on nous propose pour remède encore plus de mondialisme, personne ne reste indifférent. Tous ceux qui avaient posé le sac ou qui étaient restés en marge se réinvestiront si nous sommes capables de proposer une voie nouvelle et audacieuse, si nous sommes capables de rompre non seulement avec le système mondialiste mais aussi, et peut-être est-ce le plus difficile, avec des habitudes passéistes. Il faut travailler en permanence à la mise à jour de nos propositions. (Rappelons-nous du concept de '' préférence nationale '' développé par J.-Yves Le Gallou, qui est devenu obsolète du fait du nouveau code de la nationalité). C'est pourquoi le MNR n'a jamais cessé le travail politique et à l'heure de la communication , sans changer notre ligne fondamentale, il faut savoir faire des propositions innovantes et adpatées à l'évolution du contexte social, national et européen.
Ainsi, tout dernièrement, nous avons proposé une véritable révolution sociale consistant à abolir les charges sur les salaires et à les remplacer par une taxe sur le CA. D'un coup on revalorise le pouvoir d'achat de 15 à 20% et on soulage les entreprises qui emploient, en taxant au passage les produits d'importation. C'est un exemple...

A chaque scrutin, notre mouvement s'est efforcé de revoir et de rénover son programme lorsque cela était nécessaire.
Ainsi, en ce qui concerne l'Europe, nous ne nous sommes pas contentés de critiquer, avec plus d'un Français sur deux, l'Europe de Bruxelles. Nous avons construit un projet européen, fait des propositions précises.

Le MNR est favorable à l'existence d'une Europe qui ne soit ni une casemate, ni un hall de gare, mais la maison commune des peuples européens. Dans un monde multipolaire en guerre économique, voire en guerre armée, une Europe européenne, indépendante et puissante est non seulement nécessaire, mais indispensable.

Une Europe européenne, chacun comprend ce que cela signifie : une Europe fondée sur une civilisation européenne aux racines greco-romaines et chrétiennes, dans un territoire européen.
À ce titre, il n'est pas question d'admettre la Turquie. Comme il n'est pas question de continuer à admettre des flux ininterrompus d'immigrés extra-européens. (Et je pourrais reprendre les propos d'Aimé Césaire qui a utilisé l'expression '' génocide par substitution '' pour un phénomène identique dont, selon lui, étaient victimes les Antillais...)
Nous savons tous à quel point l'identité européenne est en danger et en France tout particulièrement, où Sarkozy a choisi comme nouveau Ministre de l'immigration et de l'identité, le socialiste Besson, et, comme conseiller Attali qui a remis à l'ordre du jour les préconisations de l'ONU concernant l'immigration africaine en Europe.
Jusqu'aux Le Pen qui sont allés faire la '' retape '' auprès des immigrés d'Argenteuil désignés comme '' branches de l'arbre France ''...
Quant au problème de l'entrée de la Turquie dans l'Europe, Sarkozy tient un double langage puisqu'il ne s'est pas opposé à l'ouverture de nouveaux chapitres de négociations en vue de l'entrée de la Turquie dans l'Europe alors qu'il vient nous dire qu'il a toujours été opposé à son adhésion.

Une Europe indépendante : pour nous cela entend la constitution d'une alliance armée indépendante de l'OTAN, qui n'a plus de raison d'exister depuis la disparition du bloc soviétique. Outre l'indépendance militaire, l'Europe doit être indépendante monétairement et l'Euro doit devenir une monnaie de change et de réserve, les contrats d'exportation doivent être négociés en euros et non en dollar. L'Europe doit s'affranchir de la main-mise américaine.

Enfin, une Europe puissante, cela implique que les ayatollahs de la Commission européenne cessent de tirer contre l'Europe au nom de la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles que nous sommes les seuls au monde à appliquer avec une telle rigueur. Une Europe puissante doit mettre en oeuvre une véritable préférence européenne et par conséquent un système d'écluses douanières aux frontières et non le libre-échange total prévu par le traité de Lisbonne. (Pour rappel, le MNR préconise la création de taxes anti-dumping fiscal, social, environnemental et d'une taxe énergétique en fonction de l'éloignement du lieu de production.)
De grands projets industriels européens doivent être mis sur pied, parallèlement à des programmes de recherche scientifique à l'échelon du continent.

Je vous ai présenté les grandes lignes de notre projet car il est d'actualité, mais c'est à Carl Lang de nous parler des enjeux de l'élection européenne de juin et des propositions que nous allons soutenir à cette occasion. Je ne m'étendrai donc pas sur ce sujet.

Pour conclure, j'ai souhaité, en quelques mots, vous rappeler que tous ici, avons de l'expérience et des compétences. Nous formons des équipes courageuses et volontaires et dans ce rapprochement des différentes composantes de la famille nationale chacun trouvera sa place, selon ses affinités et sans renoncer à son identité.
C'est pour moi une des principales clés du succès.

Par ailleurs, nous avons une occasion historique unique : dans ce contexte de crise du mondialisme, les demandes des Français sont de plus en plus pressantes et il est impossible au gouvernement de les satisfaire, du fait même de la mondialisation. Nos compatriotes commencent à se poser des questions sur le bien-fondé de telle ou telle politique d'immigration ou de santé, pour ne citer que ces exemples. Jusqu'à présent on a réussi à détourner leur attention sur les parachutes dorés des patrons, des faits divers sordides ou les nouvelles plaques d'immatriculation ! Mais on ne pourra pas indéfiniment masquer les problèmes.
Nous devons donc être prêts et proposer un projet politique global, tenant compte de la situation de crise internationale, à brève échéance.

Le MNR a un rôle capital à jouer dans cette refondation : il l'assumera avec loyauté et détermination.


Annick MARTIN dans le trombinoscope
Les autres discours de Annick MARTIN
Imprimer cette page


 Face au PS, l'alternative nationale
 La décadence des valeurs
 Le mondialisme triomphant !
 Immigration : l'invasion continue
 Lettre de Bernard BORNETTE
 Mondialisation, démondialisation :
les enjeux
 La dé mondialisation, c'est possible ! ou ?
 Mondialisation : La grande illusion !
 Regroupement familial : 35 ans plus tard
 Résister à la colonisation
 Qu'est-ce que la violence ?
 La violence de la pensée unique
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page