Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Discours
DISCOURS
Paris Bercy - 11/12/04 - Discours de Viviane DEUXPSEUD
Notre identité face à l'islam
La défense de l'identité face à l'immigration musulmane. Intervention au Colloque l'Islam jusqu'où ?

Faute d'avoir réagi à temps nous sommes confrontés à une immigration du troisième type dite immigration de colonisation qui se distingue radicalement des deux premières :

Primo, parce qu'elle conteste ouvertement (et de plus en plus souvent par les armes) notre vision du monde et prétend détruire notre mode de vie
Secundo parce qu'elle ne peut plus être traitée par des mesures techniques uniquement : fermeture des frontières, expulsion des indésirables, inversion du regroupement familial, instauration de la préférence '' nationale ''. Ces mesures techniques sont - du moins pour certaines d'entre elles - encore nécessaires aujourd'hui, mais elles ne suffiraient plus à enrayer le phénomène d'islamisation de la France, c'est à dire sa tiers-mondisation.

Quand nous parlons de notre identité, il faut l'entendre dans sa double dimension d'identité nationale, c'est à dire française, et d'identité civilisationnelle, c'est à dire européenne car elle est aujourd'hui menacée par un adversaire qui s'il est souvent français lui-même n'est pas et ne peut pas être européen.

Deux registres s'offrent à nous
Un registre purement défensif : celui qu'adoptent, faute de mieux, les organismes en déclin. Il prône le repli sur soi et la nostalgie d'un âge d'or plus ou moins mythique ; il produit un discours autiste, définitivement stérile. Si jadis les peuples d'Europe l'avaient adopté, ils auraient rejeté l'agriculture et l'élevage comme de dangereuses innovations mettant en péril leur '' identité '' de constructeurs de mégalithes ! C'est une erreur très répandue dans nos milieux que de définir l'identité nationale comme une essence intangible. Cette erreur, si nous la commettions à notre tour, nous couperait des forces vives de notre peuple, notamment de la jeunesse, naturellement curieuse de nouveautés, et des actifs, légitimement sensibles aux thèmes du progrès.

Nous choisirons donc d'aborder la question sur un registre dynamique en couplant la défense avec une stratégie offensive de reconquista morale et mentale.

Reconquista morale et mentale
L'identité nationale et continentale est le résultat d'un processus continu, qui ne se situe pas seulement au niveau des individus, mais aussi dans la façon dont ils réagissent collectivement aux pressions et influences qu'ils subissent. L'âme d'un peuple, son génie est ce qui lui permet d'évoluer sans cesser d'être lui-même.
Les Gaulois se sont romanisés, puis les païens se convertirent et l'Eglise chrétienne récupéra les savoirs gréco-romains ; plus tard, sous l'impulsion intellectuelle des Lumières, les sciences et les techniques prirent leur envol ; l'ex peuple gaulois, devenu franc puis français, originellement constitué d'aristocrates et de paysans s'engagea dans l'industrialisation et inventa le suffrage universel !

L'identité européenne
Tout ça pour faire la France qui est l'aboutissement national d'un processus enclenché en Europe par des Européens, dont chaque étape a construit un '' étage '' de civilisation. L'identité euro-française capitalise les acquis de plusieurs '' étages '' superposés les uns sur les autres dans un mouvement continu. Nous sommes, au même titre que les autres Européens, les propriétaires occupants naturels et légitimes de '' l'étage civilisationnel '' où nous vivons.

Ce qui est choquant, c'est que nos compatriotes, dans l'ensemble, l'oublient eux-mêmes et sont à peine conscients de leur qualité de Français et d'Européens. De ce fait, ils sont faciles à dépouiller par des prédateurs qui ne sont ni l'un ni l'autre.

Notre tâche consiste donc à sensibiliser les bénéficiaires insouciants. Il faut élaborer à leur intention un discours propre non seulement à les mobiliser pour la défense de leurs '' acquis '' mais surtout pour les entraîner à continuer la construction civilisationnelle. Nous n'avons pas à rédiger un manuel de survie mais bien une '' feuille de route '' !

Ce qu'il faut rappeler en premier lieu à nos compatriotes, c'est que tout ce dont ils bénéficient aujourd'hui est d'origine exclusivement européenne. C'est en Europe et nulle part ailleurs que s'est construite toute notre civilisation : l'invention de la cité et de la liberté sous la loi par Athènes, la création du droit, la conceptualisation de la personne et la reconnaissance de la propriété privée à Rome, leur synthèse et leur valorisation dans la Chrétienté, les Lumières, l'essor des sciences et des techniques, la Révolution industrielle sont des événements qui n'ont eu lieu qu'en Europe et dont nous sommes tous les bénéficiaires aujourd'hui.

La première chose à signifier aux populations immigrées
Le politiquement correct se plait à rabâcher que la France est '' une terre d'immigration ''. Reprenons à notre compte cet argument et saisissons nous au passage de l'autorité qu'il nous confère en matière de traitement des immigrés. Nous avons en effet l'expérience et le savoir-faire : en deux générations nous avons réussi l'intégration de centaines de milliers de Polonais, d'Espagnols, d'Italiens, d'Arméniens. Preuve que nous savons parfaitement accueillir l''' étranger ''. Nous n'avons donc aucune raison d'être complexés face aux immigrés d'aujourd'hui ! Pas plus que les autres, ils n'ont à se sentir '' chez eux chez nous '' et nous, nous n'avons pas de leçons à recevoir d'eux....

Comme ceux d'hier, les immigrés d'aujourd'hui doivent s'adapter à nos lois et à nos coutumes ; si cela s'avère plus difficile pour certains que pour d'autres, ce n'est pas à nous de changer. C'est à eux, s'ils veulent rester car en s'établissant chez nous, c'est en Europe qu'ils s'installent et non dans un no man's land en déshérence.

Nous n'avons pas besoin de l'islam ; tout ce qui acceptable dans le Coran (la pudeur, la charité, le sens de l'honneur, le respect des anciens, la compassion pour les pauvres et les souffrants), nous l'avons déjà dans notre propre catalogue et depuis longtemps !...

Parallèlement à la '' ré-islamisation '' des immigrés prônée par Tariq Ramadan, nous en appelons la re-francisation de l'Hexagone et à la ré-européanisation de la France !

Chrétiens héréditaires
Elle passe par la prise en compte bien entendu de notre hérédité chrétienne. Nous sommes tous des Chrétiens héréditaires, tous, libres penseurs, agnostiques et athées compris ! Bien sûr je ne prétends pas que tous les Français sont - ou devraient être - de bons catholiques dévots. Cela ne m'intéresse même pas d'ailleurs.

Par contre, l'hérédité chrétienne est incontournable, et c'est d'ailleurs celle-là que dénoncent en premier lieu les ennemis de l'Europe et les fossoyeurs de la France.
On admet généralement l'imprégnation culturelle, dans les Arts et dans les Lettres. C'est évident, mais c'est restreindre exagérément le poids historique de la pensée chrétienne qui est à la source même de l'activisme intellectuel, juridique, politique et économique qui caractérise les Européens, et partant les Français.

Vers la fin de l'an mille, un pape décidait à Rome de réinterpréter le message christique (Matthieu 5-13 '' Vous êtes le sel de la terre '') La nouvelle théologie pose qu'on ne mérite d'aller au ciel que si l'on traduit la charité en actes, ce qui revient à améliorer réellement le monde. Or, transformer le monde implique d'abord de le connaître, puis d'instaurer un ordre social efficace qui permette d'agir sur lui.

Ce programme éthique absolument inédit sur Terre - qui fonde la foi dans le progrès et la possibilité de construire un monde plus vivable - amorce entre le XIème et le XIIIème siècle le décollage de l'Europe par rapport aux civilisations qui lui étaient jusque là égales ou supérieures (Inde, Chine) ; sécularisé au fil des âges, il se retrouve dans toutes les grandes pensées politiques aujourd'hui encore.

Il est significatif rappeler que du côté de l'islam, on proclamait au même moment (XIème siècle) la '' fermeture des portes de l'ijtihad, '' qui figeait définitivement la doctrine mahométane.

Tordons le cou au passage à un à peu-près très en vogue de nos jours : les musulmans auraient apporté une contribution décisive au développement des civilisations européennes ?

C'est vrai pour ce qui est de la conservation des savoirs grecs Qu'ils en soient remerciés, mais, comme pour le pétrole, ce sont des Européens qui en ont tiré les enseignements utiles pour le développement des sciences et des techniques.

Galilée et Copernic n'étaient pas arabes ....
En un mot, ce que les Arabo-musulmans avaient de bon à apporter à l'Europe, les Européens l'ont accueilli et fait prospérer, depuis les chiffres '' arabes '' dans les mathématiques jusqu'au couscous dans la gastronomie !
Et nous ne voulons pas troquer nos valeurs contre les valeurs de l'islam parce que ce serait un marché de dupes.

Il nous reste à trouver les mots pour le dire et actionner les bons ressorts pour faire bouger les masses françaises.
Je dis bien les masses, car il ne faut pas oublier que les Français '' de souche '', c'est à dire vos familles, vos alliés, votre parentèle - sont encore les plus nombreux, les plus instruits et les plus riches. Il est donc parfaitement légitime de refuser d'admettre de notre plein gré que des allogènes insoumis fassent la loi dans le pays !

La fierté française
Après les immigrés, notre discours s'adresse aux Français. On oublie très souvent cette chose simple qui s'appelle le patriotisme qui n'a plus de mots pour s'exprimer, ni d'espace pour évoluer.

A nous de le renouveler, de l'actualiser, quitte à revisiter les grands mythes nationaux : de Jeanne d'Arc à Marie Curie (que je cite à dessein pour son origine polonaise) ; à Mermoz et Saint-Ex, rajoutons Airbus et Ariane ; Cameron, toujours, mais aussi Kolwezi ! Labourage et pâturage, certes, plus la conquête spatiale et l'indépendance nucléaire ...

A nous d'inventer la fierté française ! C'est faisable. On a bien vu émerger des '' fiertés '' sur certains thèmes où nous n'aurions jamais imaginé qu'il y eut matière à s'enorgueillir...

Et c'est même urgent. Il faut formaliser et encourager l'expression de l'orgueil d'être Français et Européen pour contrer l'attrait par défaut de l'islamisme. Michel Konitz, avocat de terroristes islamiques français de souche le reconnaît : '' Le jeune gars blanc des banlieues est souvent isolé. Pour se faire accepter, il doit devenir champion de boxe ou musulman ! ''

Rompre enfin avec les repentances, les hontes, les contritions de tous ordres dont on abêtit les Français dès l'école, puis tout au long de leur vie.

Un exemple : l'oeuvre accomplie par les colons en Afrique. Nous n'en finissons pas d' '' expier '' dans les banlieues. Mais quand on voit l'état de nos anciennes colonies aujourd'hui, s'il fallait avoir honte de quelque chose, c'est de la décolonisation qu'il faudrait rougir... Soyons fiers plutôt d'avoir survécu à l'amputation - sans anesthésie - de notre empire !...

Le problème c'est que, même nous, nous nous associons parfois à l'entreprise générale de dénigrement. Emportés par la colère (normale devant tant d'actualités navrantes), nous souhaitons les '' réveiller '' en fustigeant nos compatriotes. Mais nous risquons de n'être entendus que par les aigris et d'indisposer les autres, ceux qui se battent, qui travaillent. Les jeunes et les actifs n'ont ni le temps ni le goût d'écouter des jérémiades de Cassandre.
C'est ce discours anxiogène évoqué plus haut que je vous invite à oublier.

Napoléon enflammait-il la Grande Armée en traitant ses soldats de poules mouillées promises à la casserole ? Jésus envoya t il Pierre et les Apôtres évangéliser le monde en les traitant de mollassons bons à rien ?

Le patriotisme économique
Le patriotisme doit évidemment s'exprimer concrètement. Nous devons rappeler à nos compatriotes qu'ils vivent dans le cadre d'un système économique et social auquel ils tiennent, qu'on appelle le '' modèle français '' et que la remise en cause de ce modèle aura des conséquences pénibles pour chacun. Nous nous contenterons ici d'un rapide survol de la question en nous bornant à faire aux travailleurs actifs et retraités, aux patrons petits et grands, aux syndicats et aux décideurs économiques dans leur ensemble quelques mises en garde :
- Le maintien de la productivité exclut définitivement l'instauration d'un mois de ramadan par an ; le développement de l'activité est incompatible avec l'exclusion des femmes.
- La Sécurité sociale et l'Education nationale sont bâties sur l'égalité des sexes, la monogamie et les droits de la personne.
- Le droit du Travail, le syndicalisme, la formation professionnelle doivent exclure toute discrimination sexuelle ou communautariste s'ils veulent garder un sens
- Des secteurs non négligeables de la recherche scientifique, de l'industrie agro-alimentaire, de la mode, des loisirs ne survivraient pas à l'application des interdits coraniques.
- Les finances de l'Etat, des entreprises et des collectivités, des écoles aux hôpitaux en passant par les équipements sportifs ne peuvent pas supporter la mise en oeuvre des normes mahométanes. Chaque Euros affecté à ces emplois illégitimes est un Euros détourné et gaspillé !

En un mot, chaque concession faite au Coran ou à la charia a un coût économique et social toujours plus lourd qui entraînera à court terme l'abaissement du niveau de vie des Français et le durcissement des conditions de vie de tous.

Voilà comment nous devons présenter les choses dans la vie de tous les jours : par le biais des '' droits acquis '', acquis par des siècles d'efforts strictement européens, l'apport des arabo-musulmans en cette matière étant absolument inexistant.

Le '' politiquement correct '' s'efforce de faire accroire que le retard universel de l'islam en matière de développement économique est du à '' l'oppression '' dont il aurait été victime de la part des puissances colonisatrices qui auraient délibérément bloqué son développement. Ce n'est pas vrai car si l'islam permettait un développement endogène, il n'aurait pas été colonisé, et s'il n'avait subi qu'un retard, la décolonisation lui aurait permis (comme à bien des nations asiatiques) de combler rapidement ce retard.

Il y a donc bien un problème de fond avec l'islam en matière de développement économique aussi ...

Hérédité chrétienne, fierté nationale, patriotisme économique. Telles sont les possibilités de réhabilitation et de renouveau. Telles sont nos forces.
Il nous reste à les déployer.

Et nous serons forts parce que nous serons rassemblés avec ceux qui nous ressemblent, pour bâtir un espace de solidarité et de résistance face à l'impérialisme islamique, pour construire une plate-forme civilisationnelle homogène et solide pour une vraie coopération avec les autres puissances du monde, dont l'islam.

Viviane DEUXPSEUD dans le trombinoscope
Les autres discours de Viviane DEUXPSEUD
Imprimer cette page


 Face au PS, l'alternative nationale
 La décadence des valeurs
 Le mondialisme triomphant !
 Immigration : l'invasion continue
 Lettre de Bernard BORNETTE
 Mondialisation, démondialisation :
les enjeux
 La dé mondialisation, c'est possible ! ou ?
 Mondialisation : La grande illusion !
 Regroupement familial : 35 ans plus tard
 Résister à la colonisation
 Qu'est-ce que la violence ?
 La violence de la pensée unique
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page