Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > Discours
DISCOURS
Saint-Denis-Stade de France - 14/11/01 - Discours de Bruno MEGRET
Déclaration de Saint-denis
Déclaration de candidature à la présidence de la République

Ma candidature est donc la réponse à ceux qui défient notre pays, qui bafouent nos lois, qui détruisent nos valeurs et qui diluent notre identité. Elle est la réponse à ces politiciens qui ont renoncé à aider les Français et à défendre la France, à ces politiciens qui subissent, qui se résignent et qui se soumettent.

Elle est un espoir offert à tous mes compatriotes qui souffrent de voir leur pays régresser, s'abaisser et se dénaturer, une main tendue vers tous ces Français qui sont blessés dans leur chair et dans leur coeur de se trouver abandonnés aux voyous, à la précarité ou à la misère par ceux-là même qui ont pourtant mission de les protéger. Ma candidature est un acte de foi dans la France, son génie et sa grandeur, à un moment où nous traversons une période critique de notre histoire.

Sous l'action d'une pensée unique socialo-mondialiste d'essence totalitaire, toutes nos valeurs traditionnelles sont aujourd'hui inversées et un profond désordre s'empare de notre pays, compromet tout son avenir en tant que république mais aussi et surtout en tant que peuple et que nation. C'en est au point que les idées sont aujourd'hui purement et simplement renversées : ce qui est bien est mal, ce qui est normal est condamnable, ce qui est bénéfique est interdit, ce qui est néfaste est encouragé.

Ainsi l'État se retourne-t-il contre la nation et la justice contre les patriotes. Ainsi les criminels sont-ils libérés quand les policiers sont assassinés. Les droits des voyous sont sans cesse renforcés quand le droit à la sécurité est quotidiennement bafoué. Les parasites reçoivent toujours plus de subsides quand ceux qui travaillent sont de plus en plus ponctionnés. Les enfants français sont de moins en moins nombreux mais les familles sont de plus en plus pénalisées. Les entreprises sont soumises à une concurrence de plus en plus sauvage quand l'État leur impose toujours plus de contraintes. L'islamisme menace notre pays mais l'islam est promu et les mosquées subventionnées. L'immigration devient de plus en plus massive mais les clandestins sont régularisés et les frontières de plus en plus ouvertes. Le patriotisme est admiré chez les autres mais il est pourchassé et condamné chez nous.

Voilà pourquoi j'appelle les Français à dire non à ce désordre mortel qui entraîne notre pays sur la voie de la régression, du chaos et de la barbarie. A dire non à cette classe politique qui est incapable de s'opposer aux forces illégitimes et délétères qui désagrègent notre société.

Mais, dans le même temps, j'affirme qu'il n'y a aucune fatalité au déclin de notre pays et que l'avenir reste ouvert pour peu que les Français le veuillent. C'est pourquoi j'inscris ma candidature dans une démarche de renouveau pour rendre l'espoir à nos compatriotes. Je veux remettre les idées à l'endroit, rétablir l'harmonie sans laquelle il n'y a plus de civilisation. Et si j'entends incarner l'impératif de sécurité pour notre peuple, je veux aussi être porteur des idées fortes et simples qui peuvent demain permettre à la France de prendre un nouvel essor.

Et, ce faisant, je suis en harmonie avec mes compatriotes car je veux ce à quoi ils aspirent. Comme eux, je veux que les honnêtes citoyens soient protégés et les voyous sévèrement sanctionnés, qu'on ne tolère aucun délit impuni et que les criminels les plus odieux encourent la peine de mort. Comme eux, je veux que l'ordre républicain soit rétabli dans les zones de non-droit, que les bandes ethniques soient démantelées et les trafics d'armes et de drogue interrompus. Je veux que les familles soient aidées, les naissances encouragées, le mariage réhabilité et le PACS abrogé. Comme les Français, je veux que l'école assure la transmission de nos savoirs de civilisation, enseigne les nécessaires règles de vie en société et soit libérée du racket, de la drogue et de la violence. Comme nos compatriotes, je veux que ceux qui créent des richesses puissent jouir des fruits de leurs efforts, choisir librement la durée de leur travail et cesser d'être pénalisés et ponctionnés par l'État. Je veux que nos concitoyens disposent tous d'un emploi leur permettant d'en vivre dignement, qu'ils puissent posséder un logement, que leurs retraites soient garanties et que la fraternité resserre les liens entre eux. Comme nos compatriotes, je veux que les Français soient maîtres chez eux et prioritaires en France, que les délinquants étrangers et les clandestins soient expulsés tout comme les Français de papier qui bafouent nos lois et qui doivent pour cela être déchus de leur nationalité. Comme eux, je veux que notre peuple soit protégé des menaces islamistes, qu'il inspire de nouveau le respect et que l'armée française soit renforcée. Je veux qu'une nouvelle organisation de l'Europe permette à notre continent de retrouver sa puissance et qu'un nouveau concert des nations vienne se substituer au nouvel ordre mondial américain.

Ces idées simples mais essentielles pour défendre l'identité et la souveraineté de notre nation, pour assurer la sécurité et les libertés de notre peuple et pour promouvoir les valeurs de notre civilisation, je m'engage à les mettre en oeuvre. Comme je m'engage à servir notre peuple et à n'avoir d'autres objectifs que le bien-être matériel et moral de nos compatriotes et l'intérêt général de notre nation.

Et l'engagement que je prends s'inscrit dans la durée car ma candidature n'est pas une démarche de circonstance mais un acte de fondation qui vise à créer en France dans les quelques années qui viennent une grande force nationale et républicaine capable d'assurer la relève politique dont notre pays a besoin. Car je suis convaincu que la France peut connaître un renouveau sans précédent et mon but est de libérer ses forces et son génie, aujourd'hui muselés, pour que notre nation redevienne la première puissance en Europe et l'Europe la première puissance dans le monde.

C'est possible car je sais que les Français vont se réveiller. Et c'est pourquoi mon intention n'est pas de flatter nos compatriotes par un discours démagogique mais de les mettre devant leurs responsabilités. Ceux qui refusent le désordre dans lequel la France se débat doivent maintenant cesser de se plaindre et de se lamenter. Ils doivent agir en se sentant à nouveau concernés par la politique et en cessant de soutenir les gouvernements de gauche comme de droite qui depuis des décennies sont responsables de tout ce qu'ils dénoncent.

Nous devons nous souvenir que nous sommes un grand peuple, que nous appartenons à une grande nation. Nous devons reprendre confiance en elle car en bien d'autres occasions dans sa longue histoire la France a connu des périodes critiques parfois bien pires que celle que nous traversons aujourd'hui et chaque fois elle a su trouver en elle-même les ressources pour se ressaisir et reprendre sa marche en avant.

C'est à ce sursaut que j'appelle aujourd'hui les Français. N'oublions pas que la France est notre patrie, la terre de nos ancêtres, la nation qui nous a transmis la magnifique civilisation dont nous avons hérité. Ne fermons plus les yeux sur la beauté et la richesse de tout ce qu'elle représente. Retrouvons l'amour que tous au fond de nous-mêmes nous lui portons. Songeons au chaos qu'elle laisserait autour de nous et dans notre coeur si elle disparaissait. Et libérons-nous de la pensée unique, rejetons le carcan du politiquement correct. Retrouvons la fierté de ce que nous sommes, la France a besoin de nous !

Bruno MEGRET dans le trombinoscope
Les autres discours de Bruno MEGRET
Imprimer cette page


 Face au PS, l'alternative nationale
 La décadence des valeurs
 Le mondialisme triomphant !
 Immigration : l'invasion continue
 Lettre de Bernard BORNETTE
 Mondialisation, démondialisation :
les enjeux
 La dé mondialisation, c'est possible ! ou ?
 Mondialisation : La grande illusion !
 Regroupement familial : 35 ans plus tard
 Résister à la colonisation
 Qu'est-ce que la violence ?
 La violence de la pensée unique
 Archives

 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page