Communiqués
Agenda
Discours
Événements
Élections
Audio-Vidéo

Fil directeur
Programme
Dossiers
Ouvrages
De A à Z

Organisation
Fédérations
Trombinoscope
Adhésion / Soutiens
Images

Contacts
Tracts
Affiches
Magazines
Associations
Boutique



   Inscrivez-vous     OK
   Vous êtes ici : Accueil > De A à Z
DE A À Z
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Lettre F

Famille

Cellule de la base de la société, elle constitue le premier lieu d'épanouissement des personnes grâce aux liens très forts d'amour et de fraternité qu'elle représente. Par son rôle dans l'éducation des enfants, elle contribue également à transmettre les valeurs et les traditions de notre civilisation en même temps qu'elle assure le renouvellement des générations et la perennité de notre peuple. Espace de liberté et d'identité, la famille a de tout temps été attaquée par les systèmes d'inspiration socialiste, qu'ils soient totalitaires (encadrement des enfants au sein d'organisations étatiques) ou sociaux-démocrates (refus de toute politique familiale digne de ce nom). Face à la dénatalité, à la pression de l'immigration extra-européenne et à la perte de repères qui marquent notre époque, la famille française doit être réhabilitée et encouragée.
Voir aussi :  Démographie  
QUE FAIRE ? Instaurer une vraie politique familiale (n° 542 à 562)
Fédéralisme (européen)

Transfert de souveraineté des nations d'Europe au profit de l'Union européenne afin de faire de celle-ci le principal outil d'organisation politique, économique et social du continent. Le fédéralisme est artificiel et liberticide parce qu'il nie la réalité des communautés naturelles et des libertés publiques : il revient à empêcher les Français de rester maîtres chez eux, les décisions les concernant étant prises ailleurs et par d'autres. Jusqu'à une date récente, le fédéralisme européen n'était que sous-entendu par la construction européenne. Le traité de Rome (1957) avait fixé un cadre posant la coexistence de domaines intergouvernementaux, où prévalent les décisions prises à l'unanimité, et de domaines communautaires où prévaut la règle de la majorité, instrument du fédéralisme. L'Acte unique (1987) communautarisa les questions commerciales, le traité de Maastricht (1993) la monnaie et celui d'Amsterdam (1998) ce qui relève de la politique d'immigration. L'élargissement rapide de l'Union européenne aux pays de l'Est, voire à la Turquie, va renforcer cette dérive : une Europe à 28 ne pourra prendre des décisions qu'à la majorité de ses membres. Par son discours au Reichstag allemand le 27 juin 2000, Jacques Chirac s'est officiellement prononcé pour la mise en oeuvre institutionnelle du fédéralisme : '' Il est des moments où il faut savoir prendre des risques, la poursuite de la grande aventure communautaire est à ce prix. ''
Voir aussi :  Amsterdam  Bruxelles  Europe  Maastricht  
QUE FAIRE ? Fonder une nouvelle Europe (mesures n° 195 à 207)
Fiscalité

Voir :  Prélèvements obligatoires  
Fonctionnaires

Agents de l'Etat ou des collectivités publiques, ils sont aujourd'hui trop souvent et injustement méprisés par leurs compatriotes ainsi que par leurs autorités de tutelle. Investis de missions d'intérêt général et pouvant requérir le concours de la force publique, les fonctionnaires français sont obligatoirement, logiquement et légalement, de nationalité française.
Voir aussi :  Bureaucratie  Bureaucratie  Dépenses publiques  Dépenses publiques  Etat  Etat  
France

'' Nous affirmons sans ambages notre attachement à notre peuple et notre amour de la France. Pour nous, elle représente un trésor vivant. Sans elle, quelque chose d'essentiel manquerait au monde. Certains prétendent l'amputer, la faire naître en 1789 ou mourir en 1940. Nous, nous en recueillons tout l'héritage, son histoire et sa foi, ses penseurs, ses chefs et ses ingénieurs, ses rois et ses généraux, ses arts et sa science, ses vins et sa cuisine. Du plus profond de son inépuisable richesse intellectuelle, affective et morale, la France nous parle par ses voix intérieures depuis des millénaires. Mémoire et source de vie, elle est le résultat d'une longue histoire d'amour entre un peuple et une terre. Non sans mal, dans le sang, la sueur et les armes, mais aussi par le coeur et le génie, le peuple a fécondé la terre et la terre a façonné le peuple. De cette nation, '' faite de main d'homme '' pour reprendre la belle formule de Paul Valéry, est née une très haute civilisation qui s'est élevée au sommet des réalisations humaines et des conquêtes de l'esprit '' (Bruno Mégret, Pour que vive la France, programme du MNR, 30 septembre 2000).
Francophonie

170 millions de personnes parlent français à travers le monde, sur tous les continents, auxquels s'ajoutent 80 millions de '' francisants '' qui apprennent notre langue. Ces chiffres font du français la troisième langue la plus parlée dans le monde, mais loin derrière le chinois et l'anglais.
Cette influence culturelle est malgré tout d'autant plus remarquable qu'en dehors de la France, seuls deux pays ont pour langue officielle et maternelle le français : la Belgique et le Québec. Notre langue et les références culturelles qui s'y attachent constituent donc une forme de résistance à l'uniformisation planétaire et un formidable atout aujourd'hui battu en brèche par la domination de l'anglo-américain, notamment dans les domaines institutionnels et commerciaux.
QUE FAIRE ? Défendre notre culture (n° 19 à 22, 33 à 39)
Renforcer les institutions francophones (mesure n° 194)
Fraternité nationale

Si les membres de la communauté nationale constituent une grande famille, ils doivent nouer entre eux des liens de solidarité comparables à ceux qui existent entre frères. La fraternité entre Français est au coeur du programme de justice sociale du MNR.
Voir aussi :  Nation  Patrie  Peuple  
QUE FAIRE ? Rétablir la solidarité entre Français (n° 474 à 497)
Frontières

Limite qui fixe l'étendue d'un territoire et en protège l'accès. La frontière n'est pas une muraille infranchissable. Elle constitue le point de contact et d'échanges entre différents espaces politiques et doit donc agir comme une membrane protectrice laissant passer ce qui est bénéfique, empêchant d'entrer ce qui est néfaste. Abolir les frontières d'une nation revient donc à supprimer les défenses immunitaires du peuple qui la compose.
Voir aussi :  Ecluses douanières  Etat  Souveraineté  
QUE FAIRE ? Réguler les échanges commerciaux (n° 178 et 182)
Maitriser l'immigration (mesure n° 133 à 135)
Fuite (des cerveaux)

Départ massif des chercheurs, scientifiques, jeunes cadres et entrepreneurs français à l'étranger, principalement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, où les salaires sont plus intéressants, les contraintes administratives moins lourdes et les impôts plus faibles. Un récent rapport parlementaire estime à 431 357 le nombre de Français expatriés dans ces deux pays, en augmentation de plus de 30 % depuis 1995.
Cette hémorragie des éléments les plus dynamiques de notre peuple est à rapprocher de la politique officielle d'accueil des '' étudiants étrangers '', principalement issus des pays en voie de développement.
QUE FAIRE ? Favoriser les talents (mesures n° 373 à 385)
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
 Consulter notre magazine
 Contactez-nous
 Découvrez le MNR
 Adhérez au MNR

    Culture
    École
    Économie
    Environnement
    Europe
    Famille
    Identité
    Immigration
    International
    Islam
    Libertés
    MNR
    Mondialisation
    Nation
    Politique
    République
    Sécurité
    Social
    Travail
    Turquie
    Valeurs


 OK
 
Remonter en haut de la page